Yémen : La menace terroriste est une pure fabrication selon le diplomate français Gilles Gauthier

Par Silvia Cattori, le 11 août 2013

ObamaAu sujet de la menace terroriste présentée par les États-Unis comme imminente au Yémen et des fermetures d’ambassades occidentales, M. Gilles Gauthier (*), ancien ambassadeur de France au Yémen, a déclaré sur les ondes de France Culture, que les dirigeants européens se sont couverts de ridicule.

Au journaliste (1) Lors de l’émission « Les Matins d’été » de France Culture, du 8 (…) qui demandait si les éléments qui ont permis aux États-Unis de faire état d’une menace imminente au Yémen étaient crédibles et si la fermeture des ambassades et l’évacuation des ressortissants américains ne servaient pas à justifier les écoutes généralisées dénoncées par Edward Snowden M. Gilles Gauthier a répondu :

« Je voulais d’abord vous dire que j’ai beaucoup aimé votre présentation (2). Nous avions nous aussi été agréablement surpris par l’honnêteté rare de la (…) parce que depuis quelques jours je suis ahuri par la présentation des évènements […] touchant le Yémen par la presse, par tous les médias.

Effectivement on a un évènement totalement fabriqué ; une communication américaine qui devient un évènement […] et à ce moment-là tout le monde commence à s’affoler […]. Je crois qu’il y a un emballement ; c’est-à-dire que nos chancelleries à nous, nos dirigeants européens, sont pris dans le mouvement, ne savent plus trop ce qu’ils font et ils suivent et ils ferment eux aussi les ambassades […]. C’est un peu dérisoire tout ça…Je suis très content que votre radio, votre émission remette un peu les choses d’aplomb… ».

(…)

« J’étais ambassadeur au Yémen jusqu’à il y a 3 ans ; et j’y suis retourné au mois de janvier […] Il y avait eu un moment où le mouvement d’Al-Qaïda avait entièrement contrôlé une assez importante région proche d’Aden. Depuis, le président yéménite a réussi très intelligemment à la récupérer entièrement. On n’en a pas beaucoup parlé ; c’était un évènement positif. […] Les Américains avec leurs drones ne sont pas capables de faire ça. Cela a été fait en coopération avec le président et les tribus du sud. Du coup les gens d’Al-Qaïda se sont trouvés dispersés […] Donc effectivement il y a un danger de ce type … pour les Américains, mais ils sont en danger aussi à cause de leur politique… ».

À la question de savoir si la méthode des États-Unis – l’usage des drones pour combattre le terrorisme – n’est pas contreproductive et si on ne créé pas du terrorisme avec les drones, Obama étant sur la même ligne que George Bush junior, Gilles Gauthier a répondu :

« Bien sûr, la politique des drones est une façon de fabriquer les terroristes […] Oui c’est dommage, c’est regrettable. Il (Obama) est totalement sur la même ligne ; il l’a même accentuée […] ; les États-Unis, un pays qui a des valeurs démocratiques, sont totalement en dehors de tout droit international ; l’usage des drones en dehors des situations de guerre […] les opérations de guerre sur un territoire étranger, sont une monstruosité. […] Le Yémen n’est pas les État-Unis ; ils n’ont aucun accord militaire officiel qui les autorise à faire cela ; ils sont dans un cadre tout à fait illégitime qui peut être qualifié d’opération terroriste […] ce sont des opérations qui n’entrent dans le cadre d’aucune légitimité internationale. »

(*) Après plusieurs postes au Liban, en Tunisie, en Algérie, au Bahreïn et en Egypte, Gilles Gauthier devient ambassadeur de France au Yémen en octobre 2006.

Source:cherif.dailybarid.com

Notes :

(1) Lors de l’émission « Les Matins d’été » de France Culture, du 8 août.

(2) Nous avions nous aussi été agréablement surpris par l’honnêteté rare de la part du journaliste

Sur http://www.mondialisation.ca/yemen-la-menace-terroriste-est-une-pure-fabrication-selon-le-diplomate-francais-gilles-gauthier/5345526

Sur http://www.france-irak-actualite.com/article-yemen-la-menace-terroriste-est-une-pure-fabrication-selon-le-diplomate-fran-ais-gilles-gauthier-119491089.html

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *