VOUS AVEZ DIT ABOLITION DE L’ESCLAVAGE…DEPUIS QUAND ? (ROBERT BIBEAU)

ROBERT BIBEAU
29 mai 2013

esclave-INL’esclavage survit à son abolition

Alors que François Hollande, a commémoré l’abolition de l’esclavage, rappelant que le préjudice ne pourra jamais être réparé, quelques jours auparavant 1100 esclaves salariés modernes trouvaient la mort suite à l’effondrement d’un immeuble au Bengladesh dans lequel ils travaillaient sans relâche, à coup de cravache, payés misérablement, afin que les riches puissent vendre pour quelques euros, des habits «à la dernière mode».  Le 10 mai 2013 Radio-France-Culture commémorait à sa façon la journée internationale de l’abolition de l’esclavage pourtant encore bien présent sur tous les continents (1).
«L’esclavage existe bel et bien en Mauritanie», c’est par ces mots, exprimés durant la Convention de mai 2012, que Messaoud Ould Boulkheir, président du Parlement, répondait aux Mauritaniens qui réfutaient l’existence d’un tel crime contre l’humanité sur les terres mauritaniennes. Des travaux réalisés par les associations mauritaniennes de défense des Droits de l’Homme, ont affirmé la réalité de l’esclavage.».
Dernier État en date à interdire l’esclavage, en 1981 la République de Mauritanie a soi-disant aboli les pratiques esclavagistes. Depuis 2007, la loi considère l’esclavage comme un crime passible de 10 ans de prison. Auparavant, le décret colonial français de 1905 le réprimait également, mais aucune sanction n’ayant jamais été appliquée, l’esclavage sévit et les pouvoirs politique, judiciaire et religieux ainsi que certains milieux intellectuels nient l’existence de l’esclavage que 700 000  à un million d’esclaves mauritaniens subissent encore aujourd’hui (2).
«À la quasi-indifférence de la «communauté internationale» et des médias, 20% des Mauritaniens seraient encore réduits à l’esclavage. Le pays compterait le plus grand nombre d’esclaves de la planète, même si la loi criminalise cet acte. Décryptage d’une injustice et du combat de l’IRA (Initiative de Résurgence du mouvement abolitionniste) dirigé par son président Biram Ould Dah Boulkheir» (3).
Chacun d’entre nous sait très bien ce qu’il faut penser de cette soi-disant «Communauté internationale» d’une poignée de pays néo-colonisateurs qui prétend imposer sa loi. Eh bien en Mauritanie et au Sahel, la loi de cette «Communauté internationale des riches», c’est l’esclavage en catimini. Quant aux peuples du monde ils ne savent rien de ce qui se trame dans ce pays du Sahel en crise perpétuelle par les manigances des puissances métropolitaines.
Ainsi, la pseudo «Communauté internationale» s’accommode très bien de ce que l’Émirat islamiste du Qatar – leur riche allié crapuleux – pratique ouvertement les nouvelles formes d’esclavage moderne et elle ne dit mot donnant ainsi son consentement (4).

Une culture esclavagiste séculaire en Mauritanie et au Sahel

La population mauritanienne  est composée de Maures blancs, d’origine arabo-berbère dite «beydane», et de noirs, appelés Haratines, et de Négro-Mauritaniens issus des ethnies Peul, Soninké et Wolof. Le mot «haratine» provient de l’hassanya, dialecte de la région utilisant des bribes de langue arabe. Cette correspondance linguistique indique que ces derniers sont des  descendants d’esclaves – pseudos  affranchis – et appartenant réellement à des propriétaires  Maures [http://www.haratine.com/].

La société maure ne fait pas de différence entre l’esclave et l’affranchi-Haratine. Un proverbe mauritanien exprime parfaitement cette idée: «La différence entre un esclave et un affranchi est comme la distance entre la queue de la vache et la terre. Lorsque la queue est longue, elle touche terre». La différence est inexistante.

Quand elle sera conquise, l’émancipation des esclaves Haratines bouleversera l’économie et les rapports sociaux de cette société arriérée – semi-féodale – décadente, n’ayant pas encore accédée à l’industrialisation. Cet immense progrès social aura pour conséquence de détruire les reliquats du mode de production esclavagiste, d’abolir peu à peu les pouvoirs des «castes», des clans et des tribus et de renforcer le pouvoir des bourgeois nationaux.

L’influence des beydanes – propriétaires d’esclaves – s’estompera. L’édification d’un sentiment d’appartenance national mauritanien prendra un nouvel essor, de même que les forces productives et les rapports de production bourgeois. L’éradication complète de cet artéfact fossile d’un temps archaïque est une nécessité historique non seulement pour les esclaves eux-mêmes, mais pour la bourgeoisie mauritanienne compradore corrompue également, qui ne pourra jamais jouir pleinement de la  spoliation du peuple mauritanien tant que perdureront les forces de la réaction esclavagiste-beydane.
Luttes de classe pour l’éradication de ces pratiques fossiles
Cette lutte de résistance anti-esclavagiste est récurrente. Ainsi en 2009, Paris accueillait au Grand Palais une hypocrite conférence sur les thèmes pompeux : «L’esclavage en terre d’Islam : pourquoi les maîtres mauritaniens n’affranchissent-ils pas leurs esclaves ?». YAHYA Ould Brahim, ancien esclave, racontait son effroyable parcours : « Je suis esclave depuis ma naissance. J’ai été séparé de mes parents, de mon frère et de ma sœur. Je travaillais dur pour mon maître, sans rétribution et toute la journée. Quand celui-ci me battait, il me disait de ne pas crier, car ça pouvait gêner les voisins»  [http://haratine.blogspot.fr/2013/05/mauritanie-hypocrisie-autour-de.html].
Expliquant les relations entre les esclaves et les maîtres, YAHYA témoigne d’une voix empreinte de colère «L’esclavage traditionnel persiste dans mon pays sous trois formes :

  1. Domestique, par laquelle l’esclave est attaché au maître durant toute sa vie, sans contact avec sa famille d’origine.
  2.  Sexuelle, donnant au maître un droit de cuissage sur toutes les femmes travaillant et lui appartenant (le maître propriétaire du bétail humain a le premier droit d’engrosser la femme bétail esclave. Si la femme – bétail esclave – met bât d’un bébé ce petit «animal parlant» est la propriété du maître esclavagiste qui peut en disposer comme son bien propre – le vendre ou le donner. NDLR).
  3.  Agricole, les esclaves sont chargés des travaux les plus durs, des tâches considérées comme les plus avilissantes par le groupe dominant arabo-berbère » Visionnez ce  témoignage de deux esclaves  http://www.youtube.com/ watch?v=ifuHn_Hj5lU

L’IRA et les autres associations combattant l’esclavage, comme L’Association des Haratine de Mauritanie en Europe (A.H.M.E), S.O.S Esclaves, et SOS-Abolition accusent les esclavagistes de se fonder sur l’interprétation de livres de juristes datant du Moyen-âge pour légitimer l’esclavage (…) Biram, leader de l‘IRA, a fait la seule chose digne d’un homme libre, il a procédé à l’autodafé de plusieurs de ces livres fossiles qu’il appelle des «codes esclavagistes». L’exégèse d’un des textes carbonisés, «l’abrégé de Khalil», traite l’esclave «d’animal parlant».
«La destruction des livres par le feu a créé l’émoi en Mauritanie. Certains détracteurs de l’IRA ont accusé l’association d’apostasie et de blasphème. Argument fallacieux, si l’on tient compte du fait que les ouvrages n’ont aucun caractère sacré déclare Biram. Conscients de la polémique qu’aurait pu engendrer un tel acte, les pyromanes des textes féodaux ont pris soin de retirer toutes les pages contenant des versets du Coran. Cela n’a pas empêché Biram d’être emprisonné en compagnie d’Abidine Maatala, Issa Ould Alioune et Yacoub Diarra pour atteinte aux valeurs culturelles de la Mauritanie.» [http://haratine.blogspot.fr/2013/05/mauritanie-hypocrisie-autour-de.html].
L’État néocolonial mauritanien  complice
«Il est intolérable que de nombreux citoyens mauritaniens continuent à gémir sous le joug de l’esclavage alors que les prisons sont vides de tous les responsables de tels crimes. Une telle situation ne saurait trouver d’explication en dehors de la complicité manifeste de l’État (…). C’est l’État qui freine l’application pleine et entière de la loi 2007/08 criminalisant l’esclavage et les pratiques esclavagistes.» (5).
Hommes et femmes, ouvriers, prolétaires, travailleurs, esclaves salariés occidentaux, doivent solidarité à leurs frères esclaves agraires en cet enfer du Sahel mauritanien, malien, nigérien, somalien et leur émancipation doit être une préoccupation autant que leur propre résistance quotidienne à l’exploitation. Émancipation et liberté pour les frères Haratines de Mauritanie.

Source:les7duquebec.com
___________________________________

(1)   [http://www. franceculture.fr/emission-les-matins-lutte-contre-l%E2%80%99esclavage-un-combat-actuel-2013-05-10]. Et [http://www.les7duquebec.com/actualites-des-7/arretons-la-comedie/].

(2)   Il est difficile de connaître le chiffre exact car les recensements sont rares et pas toujours fiables. La population totale de la Mauritanie serait de plus de 4 millions d’habitants,  45 % sont analphabète et la population esclave estimée à 20% [https://fr.wikipedia.org/wiki/Mauritanie].

(3)   [http://haratine.blogspot.fr/2013/05/mauritanie-hypocrisie-autour-de.html].
(4)   [http://www.courrierinternational.com/article/2013/04/19/au-royaume-de-l-esclavage-moderne].

(5)   [http://haratine.blogspot.fr/2013/05/abrogation-du-systeme-de-tacheronnat-en.html ].

[Source pour notre article : http://www.lejournalinternational.fr /Mauritanie-hypocrisie-autour-de-l-esclavage_a740.html ].

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *