Voisins complices : Le Rwanda, l’Ouganda et la RDC orientale

La troïka composée du Rwanda, de l’Ouganda et de la communauté internationale continue de déstabiliser le Congo oriental en toute impunité, installant de manière endémique un massacre des populations. Est-ce que le Tribunal Pénal International n’existe que pour les Charles Taylor et Laurent Gbagbo mais pas pour Tony Blair, George W. Bush, Museweni et Kagame ?

Le carnage, qui est le lot quotidien de la population congolaise du Congo oriental. Une réalité que le quotidien congolais « le Potentiel » désigne sous le terme de « génocide oublié »[1] de par la volonté de la communauté internationale. En fait, la communauté internationale a été le témoin des atrocités commises au Congo oriental, aussi bien par les troupes congolaises que par les groupes armés tutsis et hutus, avec la complicité de certains Congolais, depuis que les Casques bleus ont été déployés en RDC, il y a plus d’une décennie.

La Grande Bretagne, les Etats-Unis et l’Union européenne ne peuvent ignorer plus longtemps la complicité du Rwanda et de l’Ouganda qui, tous deux, fournissent des armes et des soldats au chef rebelle tutsi Bosco Ntaganda (lui et son prédécesseur ont déjà été inculpés par le TPI) dans la région troublée du Nord Kivu en RDC. La Grande Bretagne, les Etats-Unis et l’Union européenne ont maintenant été pris en flagrant délit et ne peuvent prétendre ne pas être au courant du complot qui est en train d’être manigancé par le Rwanda et l’Ouganda au Congo oriental (l’annexion du Congo oriental par le Rwanda et l’Ouganda, selon le précédent du Soudan)

Trois rapports officiels établis par les Casques Bleus en mission au Congo et rendus publics par la BBC [2], par Human Rights Watch [3] et par le gouvernement congolais (suite à une enquête approfondie qui comprend des entretiens avec des combattants rwandais capturés sur la ligne de front [4]), ont tous confirmé que le Rwanda, pour la énième fois et une fois de plus, se trouve sur la ligne de front au Congo oriental. Selon le ministre congolais de l’information, Lambert Mende Omalanga : « 200 à 300 rebelles ont été recrutés par le Rwanda afin d’infiltrer le Congo. Ils ont été soumis à un bref entraînement militaire avant d’être déployés contre les forces armées de la RDC » [5]

De toute façon, pour la population congolaise il n’y là rien de nouveau. Une année avant que le Rwanda ne rejoigne le Commonwealth (novembre 2009), le quotidien The Telegraph, proche du parti conservateur britannique et donc de la Couronne, révélait que le chef rebelle tutsi congolais, le général Laurent Nkunda, avait été recruté du sein de l’armée rwandaise. Le Rwanda permettait donc que son territoire soit utilisé comme lieu de recrutement pour le mouvement rebelle responsable du sang versé en RDC, selon des informations de première main et les preuves accumulées par The Telegraph

Un combattant de 27 ans du mouvement de Kunda a dit qu’il avait servi comme commandant de compagnie dans l’armée rwandaise.  » Il y a beaucoup d’anciens soldats rwandais dans le CNDP (les rebelles du général Kunda). Lorsque j’étais encore dans l’armée rwandaise j’ai été en contact avec eux. Ils voulaient que je rejoigne le CNDP », a-t-il déclaré. « J’ai décidé de les rejoindre parce que combattre pour le CNDP c’est comme combattre pour le Rwanda » [6]

Il est dit que le département d’Etat américain a mis sévèrement en garde [7] les gouvernements contre le soutien apporté aux groupes rebelles et aux mutins qui opèrent en RDC orientale, sans toutefois nommer le Rwanda. Dans une déclaration du 6 juin 2012, intitulée « Situation in the Democratic Republic of Congo », le porte-parole du département d’Etat américain, Marck C. Toner a déclaré : « Les Etats-Unis sont préoccupés par une mutinerie persistante des officiers et soldats, précédemment membres des forces armées de la République démocratique du Congo (RDC), qui opèrent maintenant dans le Nord Kivu en tant que groupe armé sous le nom de M23, et par des rapports récents qui allèguent des soutiens extérieurs au M23″ [8]

L’Union européenne pour sa part, dit être » grandement préoccupée » par les mutineries dans l’armée de la République démocratique du Congo orientale, selon le blog de la chef de la politique étrangères Catherine Ashton. « L’Union européenne pour sa part, dit être gravement préoccupée par les récents développements au Kivu et la détérioration de la situation sécuritaire. Les développements actuels requièrent l’attention de tous les pays de la région. La récente coopération entre le Rwanda et la RDC sur ces questions est nécessaire et positive. L’Union européenne est préoccupée par le fait que cette dynamique pourrait être en danger », a soutenu Ashton dans sa déclaration. [9]

Après toutes ces larmes de crocodiles, le Rwanda va simplement faire le dos rond et recommencer demain, aussi longtemps qu’il sera nécessaire de fournir des minerais à l’Occident.

Kagame, Museweni et leurs soutiens occidentaux ont été découverts. Le monde entier peut maintenant voir ce qui alimente ce conflit. Comme l’a écrit Jacqueline Umurungi, quelques-uns des plus grands admirateurs de Kagame sont Bill Clinton, Tony Blair et le magnat de Starbucks, Howard Schultz. L’évangéliste américain, Rick Warren le considère comme approchant du modèle et même Bill Gates a investi dans ce qui a été nommé une « success story » africaine. Oui, les libéraux occidentaux, les évangélistes réactionnaires et les capitalistes profiteurs voient en Kagame le héraut d’une nouvelle Afrique, autosuffisante et prospère. La Grande Bretagne subventionne 50% du budget national du Rwanda. [10] Maintenant, vous comprenez pourquoi la guerre au Congo, avec ses riches gisements, ne prendra jamais fin et pourquoi « les Congolais ne sont pas près de sécher leurs larmes » [11]

Kinshasa a intégré les Congolais de l’ethnie des Tutsis dans l’armée nationale. Même ceux recherchés par le TPI pour crimes contre l’humanité comme le général Bosco Ntaganda, « né au Rwanda où il a combattu avec les rebelles tutsis qui ont porté l’actuel président Paul Kagame au pouvoir et mis un terme au génocide en 1994″, selon la BBC [12]. Le Congrès National pour la Défense du Peuple (CNDP), un ancien mouvement rebelle, a été transformé en parti politique et intégré dans la coalition du président Kabila au pouvoir.

Le président Kabila les a mis à la tête des opérations militaires contre les milices accusées d’avoir commis le génocide au Rwanda en 1994. Kinshasa a même passé un accord avec Kigali afin de permettre à l’armée rwandaise de poursuivre les milices hutues sur territoire congolais. Soit dit en passant, le TPI a récemment innocenté Calixte Mbarushimana, un Hutu responsable d’atrocités en République démocratique du Congo en 2009 [13].

Alors les Congolais ont compris que les Tutsis continueront de faire usage de la guerre contre les génocidaires hutus comme prétexte pour occuper et exploiter systématiquement les concessions minières. Raison pour laquelle les soldats tutsis refusent catégoriquement d’être transférés dans d’autres parties du Congo. Ils veulent juste être postés au Congo oriental, à proximité de la frontière rwandaise. Mais l’armée congolaise est supposée être une armée nationale et non une armée ethnique. Lorsque le président Kabila a donné l’ordre de transférer tous les soldats du Congo oriental afin de servir dans d’autres parties du Congo, la rumeur a couru que Ntaganda allait être arrêté et livré au TPI (Kabila a dit qu’il devait être jugé au Congo). Ntaganda avait incité à une mutinerie connue sous le nom de Mouvement du 23 Mars (un nouveau nom pour le CNDP), parce qu’ils avaient rejoint l’armée congolaise dans le cadre d’un accord de paix survenu en mars 2009 mais ont fait défection se plaignant « d’être médiocrement traités »

Assez c’est assez ! Les régimes Tutsis du Rwanda et de l’Ouganda, bien armés et soutenus par l’Occident doivent comprendre qu’il y a un dicton qui dit « Mentez ! Mentez ! il restera toujours quelque chose à propos de quoi mentir, notamment la vérité ». « La communauté internationale » attestera une fois de plus de sa complicité dans le complot contre la République démocratique du Congo si une fois encore le Rwanda et l’Ouganda tirent leur épingle du jeu. Est-ce que le Tribunal Pénal International (TPI) n’existe que pour les Charles Taylor et Laurent Gbagbo mais pas pour Tony Blair, George W. Bush, Museweni et Kagame ?

REFERENCES:
[1] Le Potentiel. 2012. Face à l’indéniable implication du Rwanda dans la guerre au Kivu, les Etats-Unis, la Grande-Bretagne, l’UE… mis devant leurs responsabilités !, Kinshasa, 11/06/2012.
[2] BBC. 2012. Rwanda ‘supporting DR Congo mutineers. BBC News Africa. 28 May 2012.
http://www.bbc.co.uk/news/world-africa-18231128
[3] Smith, David. 2012. Rwandan military ‘aiding war crimes suspect’ in Congo – Human Rights Watch. The Guardian, World News, Rwanda. 4 June 20. http://www.guardian.co.uk/world/2012/jun/04/rwandan-military-war-crimes-suspect

[4] Groupe L’Avenir. 2012. Est de la Rd Congo : Enfin le Rwanda démasqué. lundi 11 juin 2012. http://www.groupelavenir.cd/spip.php?article45903

[5] Le Potentiel. 2012. Face à l’indéniable implication du Rwanda dans la guerre au Kivu, les Etats-Unis, la Grande-Bretagne, l’UE… mis devant leurs responsabilités !, Kinshasa, 11/06/2012.
[6] Blair, David. 2008. DR Congo rebels recruited from Rwanda army. The Telegraph. 20 Nov 2008. 
http://bit.ly/MHp9pI
[7] AfroAmerica Network. 2012. US Government Warns Governments Supporting Rebellions in DRC. 8 June 2012. http://bit.ly/Kvzquo

[8] Toner, Mark C. 2012. Situation in Eastern Democratic Republic of the Congo. Press Statement. US Department of State, 6 June 2012. http://www.state.gov/r/pa/prs/ps/2012/06/191902.htm

[9] AFP. 2012. EU ‘concerned’ over army mutiny in DRC. News24. 8 August 2012. http://www.news24.com/Africa/News/EU-concerned-over-army-mutiny-in-DRC-20120607

[10] Umurungi, Jacqueline. 2012. The Untold Stories: Again Rwanda is on the front line in the Congo Conflict.Who is fooling who? Inyenyeri News. NYENYERI NEWS, 28 May 2012. 
http://bit.ly/OFjumW
[11] Hubert, Thomas . 2012. Havoc as Congolese flee the ‘Terminator’. BBC News Africa. 11 May 2012.
http://www.bbc.co.uk/news/world-africa-17994753
[12] BBC. 2012. Congo warlord Bosco ‘Terminator’ Ntaganda ‘replaced’. BBC News Africa, 8 May 2012.
http://www.bbc.co.uk/news/world-africa-17992994
[13] Reuters. 2012. ICC confirms release of Congo war crimes suspect.
http://yhoo.it/K46RxR

Source: pambazuka.org

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *