Un mort dans des violences au Sénégal

Le pouvoir et le mouvement d’opposition M-23 appellent chacun à un congrès ce vendredi au lendemain de violences politiques qui ont fait un mort et trois blessés. Le maire socialiste, Barthélémy Diaz, a tiré sur une foule qui, dit-il, avait assailli l’institution municipale qu’il dirige depuis 2009. Il accuse le pouvoir d’avoir envoyés ces hommes.

Le Parti Démocratique Sénégalais, au pouvoir, et ses alliés mobilisent leurs militants pour un grand congrès d’investiture du président Abdoulaye Wade dont la candidature à un troisième mandat est contesté par l’opposition.

De son coté, le mouvement du 23 juin qui regroupe des partis d’opposition et des organisations de la société civile organise ce qu’il appelle un « congrès du peuple » pour réitérer son opposition à la candidature d’Abdoulaye Wade.

L’opposition accuse le pouvoir de dépenser des centaines de millions pour convoyer des personnes vers la capitale afin de montrer « une fausse majorité » à l’opinion internationale. De son coté, le pouvoir estime que les opposants ne veulent pas de a candidature d’Abdoulaye car ils savent qu’ils vont perdre les élections dès le premier tour.

Ce jeudi, le bras-de-fer politique a pris une nouvelle tournure avec la mort d’un jeune homme qui faisait partie d’un groupe d’individus qui avaient assailli la mairie de Sicap-Mermoz dirigée par l’opposition depuis les dernières élections locales de 2009.

Lors d’une réunion du bureau politique du parti au pouvoir, le président Wade a accusé l’opposition de vouloir le salir auprès de l’opinion internationale en menant des campagnes à l’étranger.

Des membres du congrès américain ainsi qu’un parlementaire britannique, Lord David Steel, ont demandé au président sénégalais de renoncer à se présenter pour éviter des tensions électorales à ce pays. Le Sénégal organise une élection présidentielle le 26 Février

Source: bbc.co.uk

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *