Un gouvernement socialiste qui fonce vers le mur

Non seulement les prévisions économiques ne sont pas rassurantes, mais les perspectives sur le chômage sont très inquiétantes. Le matraquage opéré sans discernement pour satisfaire la technocratie bruxelloise a laminé la croissance, réduit le pouvoir d’achat et surtout précipiter l’évasion fiscale. Les cabinets fiscalistes ‘spécialisés’ pour réagir à des politiques gouvernementales nihilistes sont débordés par les projets d’évasion fiscale. Même les classes moyennes veulent dégager ou sauver ce qui peut l’être car les mesures de 2012, très amères, ne sont qu’un avant-goût de ce qui va suivre. Il faut être candide pour croire en la parole d’un socialo-mondialiste.

Faut-il croire ce que des fonctionnaires nous écrivent au sujet de discussions sur la suppression des allocations familiales à partir d’un certain revenu ?

La dernière étude de l’Institut national de la statistique et des études économiques (Insee) démontre l’échec du gouvernement Ayrault. Non seulement les technocrates socialistes sont incapables de redresser la situation économique du pays, mais les mesures prises vont l’aggraver. On fera un constat très amer à la fin du premier semestre 2013, nous assurent les économistes que nous estimons… et ils sont peu nombreux.

Le budget 2013 établi par le gouvernement Ayrault est fondé sur une croissance qui ne sera pas au rendez-vous. Là où il fallait du doigté, les socialistes sont venus avec leurs gros sabots donner des leçons aux entrepreneurs, accuser du doigt ceux qui travaillent, ceux qui ont réussi et souhaitent récolter les fruits de longues années de travail. Ils reviennent à leur politique de lutte sociale, idéologique, signes annonciateurs de leur échec patent à faire ce qu’ils ont promis.

Les Français reçoivent les impôts, les charges, etc., tout augmente alors que les chiffres d’affaires des PME PMI plongent et que les banques ne prêtent pas.

Les donneurs de leçons sont pris en flagrant délit de magouilles fiscales après avoir protégé l’ancienne équipe dont ils partagent les mêmes objectifs mondialistes : faire de la France une petite province du village global.

Les gens aisés dégagent de la France comme l’ont fait les grosses fortunes en Grèce et en Espagne avec le racket fiscal. L’austérité, l’absence de croissance, vont conduire à la chute des recettes fiscales. Alors ?

Qui paiera en France quand les gros s’en vont ?

Qui va satisfaire le Marché quand il décidera de faire remonter les taux d’intérêt ?

Qui peut croire que dans les temps prochains il n’y aura pas plus de nouvelles mesures d’austérité ?

La parole des politiques ? Ils parlent de la demande intérieure mais elle est de plus en plus déprimée. L’INSEE révèle que le pouvoir d’achat des ménages enregistre l’une de ses chutes les plus spectaculaires de ces dernières années.

Les élites qui gouvernent en apparence ont décidé de réaliser l’ajustement demandé par la Haute finance du point de vue salarial. Seul un gouvernement socialiste pouvait faire cela. D’aucuns peuvent l’interroger sur la manière dont il entend soutenir le séisme social. S’il a accepté le pouvoir, il faut logiquement conclure qu’il n’en sait strictement rien… Il continuera à manger dans la main de ceux qui l’ont placé là… aux commandes d’un pays qui n’a plus que des prétentions mais aucune direction. Même l’armée est en train d’être décapitée avec le fameux logiciel Louvois. Comment faire quand on ne reçoit pas de salaire mensuel ? Des milliers de militaires sont concernés avec leurs familles ! C’est une honte qui favorise le programme mondialiste d’extinction des armées NATIONALES. On aimerait voir un tel logiciel fonctionner pour l’Otan… mais cela a peu de chance de se vérifier.

Ce n’est pas pour autant que l’avenir de la France est « décapitée ». Elle renaitra, sûrement, mais à l’heure de la divine Providence. En attendant, il va falloir supporter les marionnettes de l’oligarchique apatride.

Source:liesi

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *