Un diplomate français au Togo accusé d’avoir sodomisé un jeune homme

Vers une nouvelle tension diplomatique entre Lomé et Paris : Un diplomate en poste à l’Ambassade de France au Togo accusé d’avoir sodomisé un jeune togolais après lui avoir administré des substances nocives
Certains diplomates européens en poste en Afrique et particulièrement au Togo, se comportent comme en territoire conquis où ils commettent des infractions gravissimes sans être inquiétés au nom de l’immunité diplomatique dont ils jouissent. C’est le cas d’un diplomate français en poste à l’Ambassade de France au Togo, accusé d’avoir sodomisé un Togolais de 25 ans, son «garde du corps». Avant de commettre cet acte odieux qui risque, à terme, de mettre à mal les relations entre Paris et Lomé, ce diplomate aurait administré des substances nocives au jeune homme. Les Conseils de la victime ont adressé une correspondance à l’Ambassadeur de France au Togo dans ce sens. Un certificat médical établi révèle que le jeune homme a «un anus ouvert avec une congestion péri-anale et des traces de liquide».

Les faits
Le jeune togolais âgé de 25 ans, dont nous taisons le nom pour raison de convenance et de décence se plaint d’avoir été victime de sodomie le 08 septembre 2011. Il a été engagé, en qualité de «garde du corps», le 05 septembre 2011, par le diplomate indélicat. Des faits qui lui sont reprochés, il ressort que dans la nuit du 08 septembre 2011, le diplomate, après avoir administré au jeune homme des substances nocives l’a sodomisé.
Sentant des douleurs anales, le malheureux jeune homme se rend à l’hôpital où le diagnostic est sans appel : «Anus ouvert avec une congestion péri-anale et des traces de liquides».
Les enquêtes diligentées par le Parquet de Lomé ainsi que par la Direction Centrale de la Police Judiciaire ont permis d’établir la véracité des faits reprochés à l’auteur. Mais étant donné que ce dernier jouit de l’immunité diplomatique, il n’a pas été inquiété.
Quant à la victime, elle continue de souffrir des séquelles de l’acte odieux et immoral de ce diplomate qui, contre toute attente, refuse de réparer les préjudices causés. Cette affaire, au demeurant, incroyable, suscite indignation et dégoût et on se demande si le seul fait de bénéficier de l’immunité diplomatique, dispense ce diplomate de poursuites judiciaires ou de réparation des dommages causés. Son acte étant constitutif des délits de viol et d’outrage aux bonnes mœurs prévus et punis par les dispositions des articles 87 et 88 du Code Pénal togolais.
Les autorités togolaises sont-elles vraiment au courant de cette affaire ? Que disent-elles ? Que font-elles ? Quant à l’Ambassade de France au Togo, il nous revient qu’elle a été informée de l’affaire par les avocats de la victime. Alors qu’attend-elle pour réagir face à cette situation qui n’est autre qu’un abus de pouvoir et d’autorité ?

Le Changement

Source: lynxtogo.info

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *