TRIPOLIGATE : SOUPÇONS DE FINANCEMENT LIBYEN DE SARKOZY. GUÉANT EN GARDE À VUE !

Luc MICHEL
2015 03 06

Photo : Mouammar Kadhafi acceuille Nicolas Sarkozy et Claude Guéant à Tripoli le 25 juillet 2007/ Reuters .

Photo :
Mouammar Kadhafi acceuille Nicolas Sarkozy et Claude Guéant à Tripoli le 25 juillet 2007/ Reuters .

Le TRIPOLIGATE rebondit. « C’est l’un des dossiers les plus sensibles visant Nicolas Sarkozy. Le régime de Kadhafi a-t-il financé sa campagne en 2007? Quel rôle aurait joué Claude Guéant? Accusations, démentis, investigations… L’absence de preuves n’éteint pas l’affaire » analyse L’Express. Après l’authentification du document libyen impliquant Sarkozy par les experts judiciaires et malgré la censure totale de Mediapart sur ce sujet par les médias de l’OTAN, l’affaire vient de rebondir !!!

« Claude Guéant a été placé en garde à vue ce vendredi matin dans l’enquête sur les accusations de financement libyen de la campagne présidentielle de Nicolas Sarkozy en 2007 », ont indiqué à l’AFP des sources concordantes, confirmant une information de L’Express.

Des juges d’instruction du pôle financier de Paris s’interrogent notamment sur la découverte en 2013 d’un virement de 500.000 euros sur le compte de l’ancien ministre de l’Intérieur et qui fut pendant 10 ans le bras droit de Nicolas Sarkozy .

Que dit encore L’Express sur l’implication de Gueant :
« Au début de l’été 2013, l’ex-secrétaire général de l’Elysée avait livré une première explication aux policiers de la Division nationale des investigations financières (Dnif). D’après lui, ces fonds proviennent pour l’essentiel de la vente de deux tableaux du XVIIe siècle, acquis par son épouse dans les années 1990. A dire vrai, peu de gens ont eu l’occasion de contempler ces deux marines signées d’un petit maître flamand, Andries Van Eertvelt (1590-1652). Voilà maintenant plus d’un an et demi que la justice enquête sur cette vente, cherchant à la fois à retrouver les tableaux et à mieux connaître un Malaisien amateur d’art, avocat de profession. dont L’Express avait révélé l’identité en novembre 2013: il s’appelleSivajothi Muthiah Rajendram. Claude Guéant nous avait alors confirmé que c’était bien cet homme qui avait acquis les deux toiles. Les enquêteurs avaient sollicité l’aide de la Malaisie dans le cadre de leurs investigations et ont donc décidé d’entendre l’ancien ministre devenu avocat. »

LE TRIPOLIGATE : UNE AFFAIRE A SUIVRE …

« Cet argent-là n’avait pas d’odeur. Du moins entre les années 2005 et 2010. La période était au rapprochement diplomatique, aux mirobolants contrats de vente d’armes et même aux promesses de coopération sur le nucléaire civil… Aujourd’hui, les pétro dollars déversés à l’époque par le défunt colonel Kadhafi (1942-2011) empoisonnent la vie de quelques-uns des plus proches collaborateurs de Nicolas Sarkozy. Claude Guéant en tête. Parmi les six enquêtes judiciaires qui visent l’entourage de l’ancien président de la République, celle concernant un « supposé financement libyen », instruite depuis le 19 avril 2013 par les juges Serge Tournaire et René Grouman, est de loin la plus sensible. Car l’objet du soupçon est énorme : la Libye aurait-elle financé de manière occulte la campagne présidentielle de Nicolas Sarkozy en 2007? Et cela pour un montant de 50 millions d’euros ? »

LM pour ELAC & ALAC Committees/ 2015 03 06/
Avec AFP – PCN-SPO/

ALLER PLUS LOIN/
Lire : Luc MICHEL, TRIPOLIGATE : FR3 RELANCE LE DOSSIER ET EVOQUE ‘LA VOIX ACCUSATRICE DE KADHAFI !
Sur http://www.elac-committees.org/2014/01/29/elac-alac-website-tripoligate-fr3-relance-le-dossier-et-evoque-%e2%80%98la-voix-accusatrice-de-kadhafi/
Et Luc MICHEL, PCN-SPO / L’ARGENT SALE DE LA SARKOZYE : VOILA TRIPOLI QUI APPARAIT DANS LE « KARACHIGATE » !
Sur http://www.elac-committees.org/2011/10/05/pcn-spo-l%e2%80%99argent-sale-de-la-sarkozye-voila-tripoli-qui-apparait-dans-le-%c2%ab-karachigate-%c2%bb/

LM / ELAC & ALAC /

Photo :
Mouammar Kadhafi acceuille Nicolas Sarkozy et Claude Guéant à Tripoli le 25 juillet 2007/ Reuters .

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *