Succès d’Istanbul, Israel ne décolère plus!

Décidément la pilule est trop dure à avaler. Pour celui qui a remué ciel et terre pour saper les négociations d’Istanbul, il est vraiment dur à constater que tous ses complots sont tombés à l’eau, puisque les négociations Iran/5+1 à Istanbul sont jugées constructives pour part et d’autre.

De sorte que le Premier ministre sioniste, Benyamin Netanyahou, n’a pas pu cacher sa colère contre les résultats positifs des négociations Iran/5+1. D’après lui, l’accord, obtenu par les deux parties, qui permet l’organisation du deuxième tour des négociations à Bagdad, est « un cadeau offert à l’Iran ».

Il n’est pas difficile de comprendre la colère des responsables sionistes car nombreux étaient les sphères politiques occidentales et les médias liés aux sionistes qui ont essayé de suggérer que les négociations d’Istanbul ne mèneraient à nulle part.

S’accrochant à leur théories insensées, ces milieux politiques et médiatiques cherchent à faire croire que les pressions de l’Occident contraindraient l’Iran à reculer de ses positions pour ainsi faire renoncer le groupe 5+1 à s’assoir à la table des négociations avec Téhéran, ce qui leur aurait permis de baliser le terrain à une action militaire contre l’Iran.

Le samedi 14 avril, les représentants d’Iran et des 5+1 se sont réunis, après 15 mois, à Istanbul pour débattre du nucléaire iranien.

Les membres de la délégation iranienne et du groupe 5+1, excepté ceux des Etats-Unis, se sont rencontrés avant l’ouverture officielle des négociations dans la conjoncture où ils étaient pour la plupart optimistes quant à ce tour de dialogue.

Toujours dans ce contexte, Ben Rhodes, vice-conseiller américain à la sécurité nationale, a jugé constructives les négociations d’Istanbul précisant que celles-ci étaient marquées d’une ambiance constructive. Pour lui, les négociations d’Istanbul, ont ouvert un nouvel horizon sur le règlement de la question nucléaire.

Selon les analystes, le changement de cap des Occidentaux vis-à-vis de l’Iran puise dans l’échec des sanctions anti-iraniennes. D’importantes sanctions financières, commerciales et énergétiques qui ont visé, pendant l’année dernière, l’économie de l’Iran, avaient pour objectif de plier l’ordre de la République islamique d’Iran ne souhaitant que de se profiter de ses droits incontestables.

Or, ces sanctions, notamment énergétiques, ont eu de mauvais impacts sur l’économie exsangue des pays européens d’autant plus que les candidats à la présidentielle américaine se préparent pour la course à la Maison Blanche, sur le fond des manifestations anticapitalistes. Il va de soi que dans une telle conjoncture, les parties occidentales feraient mieux opter pour une approche diplomatique envers l’Iran.

Reconnaissant l’application des sanctions les plus vigoureuses par l’Occident contre le peuple iranien, le président américain, Barack Obama, a précisé que les négociations avançaient bien.

Ceci dit, il est normal de voir le régime sioniste en émoi des résultats positifs des négociations. D’autre part, ce que Netanyahou appelle un « cadeau fait à l’Iran » montre en effet que celui-ci est arrivé à faire avancer les négociations d’Istanbul de manière qu’elles se poursuivront afin de favoriser le terrain aux coopérations d’envergure sur l’échiquier international.

Source: french.irib.ir

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *