Succès de la diplomatie iranienne pour le sommet des non-alignés de Téhéran

Nouveau succès de la diplomatie iranienne : une centaine d’États du monde et une trentaine de chefs d’États et de gouvernement seront présents fin août à Téhéran pour le sommet des non-alignés

J’ai déjà eu l’occasion de souligner l’important succès diplomatique remporté par l’Iran il y a deux semaines (le 9 août dernier), dans l’organisation d’une conférence consultative sur la Syrie.

Réunie à Téhéran, principal allié régional de Damas, cette conférence s’était déroulée en présence de représentants de 29 États, dont j’avais signalé qu’ils représentaient 3.528.129.000 habitants, soit 50,9 % de la population mondiale.

L’Iran était donc parvenu à rassembler des dirigeants représentant une majorité de la population mondiale pour appeler à un dialogue national en Syrie et se démarquer ainsi de la position va-t-en-guerre du camp euro-atlantiste.

UNE CENTAINE D’ÉTATS DU MONDE – ET UNE TRENTAINE DE CHEFS D’ÉTAT ET DE GOUVERNEMENT – PRÉSENTS FIN AOÛT À TÉHÉRAN POUR LE SOMMET DES NON-ALIGNÉS

Cette fois-ci, l’Iran fait encore beaucoup mieux.

Le chef de la diplomatie iranienne Ali Akbar Salehi vient en effet d’annoncer qu’au moins une centaine d’États, membres du Mouvement des Non-Alignés qui en compte 120, ont confirmé leur participation au prochain Sommet de cette organisation, qui se tient justement à Téhéran.

Parmi cette centaine d’États représentés, une trentaine le seront par le niveau suprême de leur chef d’État ou de gouvernement.

Parmi les dirigeants annoncés figurent notamment :

– le nouveau président égyptien Mohammad Morsi, qui transmettra à l’Iran la présidence tournante du Mouvement des Non-alignés. Fait important, il effectuera à cette occasion la première visite en Iran d’un chef d’État égyptien depuis la rupture des relations diplomatiques entre les deux pays il y a trente ans.

– le premier ministre indien Manmohan Singh,

–         le dirigeant cubain Raul Castro,

–         le président libanais Michel Sleimane,

– le président du Présidium de l’Assemblée populaire suprême de Corée du Nord Kim Yong-nam,

–         le président du Soudan Omar el-Bechir,

–         et aussi, plus inattendu compte tenu de son extrême proximité d’avec les Américains, l’émir du Qatar Hamad ben Khalifa al Thani. Sera-t-il là pour faire ensuite rapport à Washington ? Ou bien pour y mener une nouvelle intrigue ?

En revanche, le président syrien Bachar al-Assad, allié de Téhéran, « pourrait ne pas pouvoir assister au sommet. »

Outre les chefs d’État ou de gouvernement, plus de soixante pays seront représentés par leur ministre des affaires étrangères, ce qui est considérable.

À l’occasion de ce sommet, l’Iran prendra pour 3 ans (2012-2015) la présidence tournante du Mouvement des Non-alignés, qui a été exercée par l’Égypte pour la période 2009-2012, et qui sera ensuite confiée au Venezuela pour la période 2015-2018.

UN INCONTESTABLE SUCCÈS DIPLOMATIQUE POUR L’IRAN

Le ministère iranien des affaires étrangères a beau jeu d’insister sur 3 éléments :

1)- la centaine d’États représentés constitue un très bon chiffre, comparable à celui des sommets précédents des Non-Alignés,

2)- ce sommet est le plus grand événement diplomatique de l’histoire de l’Iran.
Les Fêtes de Persépolis pour le 2.500ème anniversaire de l’Empire perse, organisées par le Shah d’Iran en 1971, n’avaient pas drainé autant de représentants d’États et n’avaient pas un objectif politique international. Elles avaient surtout un but de consolidation du régime monarchique iranien, et avaient attiré essentiellement des monarques, les présidents américains Nixon et français Pompidou ayant notamment décliné l’invitation.

3)- cette présence très nombreuse témoigne de l’échec des efforts euro-atlantistes visant à isoler le régime de Téhéran en raison de son programme nucléaire controversé.

Le vice-président iranien Ibrahim Azizi a ainsi tenu à préciser que « la tenue de ce sommet va montrer au monde entier que les complots (des Occidentaux) contre notre gouvernement sont stériles. »

À ce propos, l’attention des chancelleries du monde entier se focalise actuellement sur la présence éventuelle du secrétaire général de l’ONU Ban Ki-Moon, qui a été invité à ce Sommet.

Selon le ministère des affaires étrangères iranien, celui-ci devrait venir, ce qui serait normal compte tenu de l’importance mondiale de l’événement.

Mais, sa présence n’est pas sûre car le Premier ministre israélien Benyamin Netanyahou a exercé des pressions considérables pour qu’il ne s’y rende pas, pressions qui ont été relayées par les autorités américaines. Le parti que prendra Ban Ki-Moon sera donc à suivre de près.

Parmi les autres participants, il sera intéressant de voir si la Chine, qui n’est plus membre du Mouvement des Non-Alignés mais seulement « observateur », sera représentée, et à quel niveau.

De même, il sera important de voir si certaines rumeurs, qui font état de la venue surprise à Téhéran du président russe Vladimir Poutine et du président turc Abdullah Gül, seront ou non confirmées.


LE MOUVEMENT DES NON-ALIGNÉS

Il est utile de rappeler que le Mouvement des Non-Alignés est une organisation internationale regroupant 120 États en 2008 (17 États et 9 organisations internationales y ayant en outre le statut d’observateur). Cela en fait l’organisation mondiale qui rassemble le plus d’États, à l’exception de l’ONU et des agences spécialisées de l’ONU.

Le terme de « Non-alignement » fut inventé par le Premier ministre indien Nehru lors d’un discours en 1954 à Colombo, capitale de l’île encore dénommée Ceylan à l’époque.

Le Mouvement lui-même fut lancé en 1956, conjointement par Nehru, l’Égyptien Nasser, le Yougoslave Tito et le Cambodgien Sihanouk. Il visait alors, dans le contexte de la guerre froide, à se rassembler pour contrecarrer l’influence des États-Unis et de l’URSS qui cherchaient à rallier le monde à leur cause.

Le premier Sommet se tint à Belgrade en 1961 : il regroupa alors 25 États seulement.

L’organisation, dont le siège est à Lusaka en Zambie, regroupe désormais près des deux tiers des membres des Nations unies et 55 % de la population mondiale.

Le but du Mouvement des Non-Alignés a été redéfini, dans la
« Déclaration de la Havane » de 1979, qui précise que les Non-Alignés visent à assurer « l’indépendance nationale, la souveraineté, l’intégrité territoriale et la sécurité des pays non alignés dans leur lutte contre l’impérialisme, le colonialisme, le néocolonialisme, la ségrégation, le racisme, et toute forme d’agression étrangère, d’occupation, de domination, d’interférence ou d’hégémonie de la part de grandes puissances ou de blocs politiques » et de promouvoir la solidarité entre les peuples du tiers monde.

Qui, franchement, peut désormais être contre ces grands principes ? Principes qui sont d’ailleurs en parfaite harmonie avec les principes du droit international, tel qu’il a été codifié par la Charte des Nations-Unies ?

CONCLUSION : UN PIED-DE-NEZ À LA THÉORIE GUERRIÈRE EURO-ATLANTISTE DU « CHOC DES CIVILISATIONS »

Les pays représentés au Mouvement des Non-Alignés appartiennent à tous les continents (y compris l’Europe avec la Biélorussie), et en particulier l’Amérique du Sud, toute l’Afrique, tout le Moyen Orient, le sous-continent indien et l’Asie du sud-est.

Cette très grande variété constitue le plus grand pied-de nez que l’on puisse opposer au découpage artificiel par religions ou « civilisations » promu par les think-tanks bellicistes de Washington et de l’OTAN.

Cette capacité massive de rassemblement des Non-Alignés fait ressortir par contraste ce qu’est l’OTAN / UE : un bunker agressif, qui ose se qualifier de « communauté internationale » alors qu’il ne représente même pas 20% des êtres humains vivant sur terre.

Si la France renouait avec la grandeur de son histoire, ce n’est certes pas dans ce bunker occidental de l’OTAN / UE qu’elle devrait se placer. C’est son adhésion au Mouvement des Non-Alignés qu’elle devrait envisager. Pour contribuer à faire du IIIe millénaire un avenir de paix entre toutes les nations, tous les peuples et toutes les religions du monde.

François ASSELINEAU

Source: u-p-r.fr

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *