Sexe au Vatican : Enquête choc sur les dessous du Saint-Siège

Sexe au Vatican est un livre révélations sur les mœurs des prêtres à Rome. Abus sexuels sur des religieuses, avortements forcés, chèques du Vatican pour acheter le silence des mères élevant des fils et filles de prêtres… L’auteur Carmelo Abbate dit tout ! Extraits.

Son reportage choc sur le milieu des prêtres gays à Rome avait provoqué un scandale mondial en 2010. Avec Sexe au Vatican, enquête sur la face cachée de l’Eglise, le journaliste italien Carmelo Abbate va encore plus loin : abus sexuels sur des religieuses, avortements forcés, chèques du Vatican pour acheter le silence des mères élevant des fils et filles de prêtres… De la ville Eternelle à l’Amérique latine en passant par la France, à grands renforts de témoignages, de dialogues et de descriptions de scènes inimaginables, Carmelo Abbate brise un à un les derniers tabous sur la double-vie des prêtres. Explosif.

Extraits choisis…

Les folles nuits des prêtres homos

« Les deux strip-teaseurs attaquent de lentes ondulations. Sur scène, ils attirent un homme. Il est français. Il vit à Rome. C’est l’organisateur de la soirée. (…) Ils le prennent en sandwich. Se frottent, s’enroulent autour de lui. Ouvrent sa chemise. Le caressent. Le touchent. Le Français est un prêtre. Voilà quelques jours, il célébrait la messe au petit matin à la basilique Saint-Pierre. Au Vatican. Le Français n’est pas le seul prêtre présent à cette fête. Il y a aussi un prêtre italien, avec des lunettes, il a entre quarante et cinquante ans. Et un prêtre allemand. Et un prêtre brésilien, jeune, grand, beau gosse. Et sûrement d’autres encore. »

« Ça te plairait de faire ça dans la chapelle »

Chat sur un forum gay avec un prêtre surnommé « Ciaotesoro »

« – Comment elle est ta chambre ?

 Grande.
- Mais meublée dans le style couvent ?

- Non. Ça te plairait de faire ça dans la chapelle ?

-Mon Dieu… Ce serait fabuleux. C’est possible?

-Oui.
-Putain, je veux venir. Même pour pas longtemps.

Parties sadomasos avec vue sur la coupole de Saint-Pierre

« Il lui a fait visiter l’appartement, et ils ont admiré le panorama : depuis la chambre on voyait la coupole de Saint-Pierre. Ils discutaient quand soudain le prêtre a fermé la fenêtre et a ordonné à son invité de le suivre dans le petit salon. C’est à ce moment-là que Raffaele est devenu son esclave. (…) Dans l’armoire, il a pris un collier. Il l’a passé au cou de son « esclave » et l’a fermé avec un cadenas en disant : « A partir de maintenant, tu m’appartiens. » Il lui a expliqué qu’il existait un code dans le sadomasochisme. Vert : la torture est supportable. Jaune : niveau d’alerte. Rouge : ça suffit, ce n’est plus tenable. Raffaele devait se servir de ces couleurs pour lui signifier son niveau de satisfaction, et lui dire s’il pouvait endurer le jeu. »
Extrait d’une discussion avec un prêtre assez célèbre en Italie, surnommé « don Contradiction »

« -Vingt Ave Maria me suffisent pour me repentir d’être allé avec une femme. Je ne fais rien d’autre que me déchirer l’âme pour une vocation que j’endure.
-Tu les récites souvent, ces vingt Ave Maria ?

-Rarement dans la dernière période. Mais, pendant de longues années, je me suis mêlé aux oiseaux de nuit qui fréquentent les boîtes de Toscane et les discothèques de la marina. Je m’amusais jusqu’à l’aube. Je buvais, je dansais. (…)
-Combien de femmes tu t’es fait en une année ?

-Te dire combien… Je peux passer la question.

-Non.
-Salaud! Sept, huit, dix par an. Y compris les filles tarifées. Ça, c’est quand je n’en peux vraiment plus. »

Abus sexuels sur des religieuses par des prêtres et des évêques

« L’Eglise de Rome a admis en 2001 que dans 23 pays au moins, des prêtres avaient commis des abus sexuels sur des femmes, souvent des religieuses. La plupart de ces abus se seraient produits en Afrique, où sont enregistrés des cas de sœurs forcées de prendre la pilule parce qu’elles ont fréquemment des rapports sexuels avec des prêtres ; et des cas de sœurs décédées au cours d’un avortement, dont l’enterrement est célébré par le prêtre même dont elles ont dû subir les abus. Ce n’est pas tout. Le quotidien britannique Guardian a pu citer le cas de 29 sœurs de la même congrégation mises enceintes par des prêtres de leur diocèse. Ou de sœurs stagiaires obligées de se prêter à des actes sexuels avec des prêtres ou des évêques. »

Carole Behn

Source: francesoir.fr

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *