Sénégal : Une attaque de rebelles casamançais fait 11 morts, 3 blessés et plusieurs disparus

La Casamance reste un lieu peu sûr. (Photo d'archives)

La Casamance reste un lieu peu sûr. (Photo d'archives)

Une trentaine de jeunes, pour la plupart de Diagnon (Casamance), partis chercher des bois de meuble (teck) dans la forêt de Bissine ont été pris pour cibles ce lundi matin par les combattants du Mouvement des forces démocratiques de la Casamance (Mfdc) qui ont ouvert le feu sur eux. Le bilan provisoire, selon une source jointe sur place par téléphone, est lourd : 11 morts, trois blessés graves par balles et plusieurs disparus.

L’armée sénégalaise a entamé à la mi-journée dans la zone (sud-est de Ziguinchor), une patrouille pour trouver d’éventuels survivants.

Les combattants du Mfdc ont interdit, depuis plusieurs années, l’exploitation des produits de la forêt devenue leur chasse gardée. En 2008 ils avaient coupé les oreilles de 17 jeunes en signe de représailles.

Le conflit en Casamance constitue l’un des épisodes marquants de l’histoire du Sénégal indépendant. En effet, dès la souveraineté nationale et internationale acquise par le Sénégal en 1960, des Casamançais avaient rêvé de leur propre autonomie. Cependant « cette auto-détermination » a tardé à venir et entre temps des terres auraient été attribuées aux populations musulmanes venues du Nord, notamment pour y cultiver de l’arachide et contrôler le commerce et les infrastructures touristiques.

La résistance s’organisa alors. Le premier incident grave en 1982 mit le feu aux poudres et déclencha un conflit qui éprouve toute cette région depuis des décennies.

Trois soldats sénégalais avaient été tués et six autres blessés le 20 février denier lors d’une attaque des indépendantistes Casamançais contre un cantonnement de l’armée dans le village de Karongue. Ce qui portait à 15 le nombre de soldats sénégalais tués depuis le 27 décembre 2010.

D. GOULY
Fraternité Matin

Source: connectionivoirienne.net

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *