SENEGAL Présidentielle 2012 : La situation se complique pour Me Wade

Un séminaire international se tient à Dakar pour discuter de la recevabilité ou non de la candidature d’Abdoulaye Wade. Plusieurs constitutionnalistes y assistent à cette importante rencontre. Mais le fait qui a attiré l’attention, c’est l’avis du professeur sénégalais agrégé en droit, Seydou Madani Sy qui laisse entendre que le premier mandat de Wade a débuté en 2000.

Que va dire le conseil constitutionnel ? Cette question taraude l’esprit de tous les citoyens sénégalais. Les magistrats ont-ils le courage de dire le droit ? En tout cas, les libéraux qui se réunissent depuis ce matin au méridien président de Dakar soutiennent que la candidature de leur candidat est bien valable. D’ailleurs, ils vont investir leur candidat le 17 décembre prochain, lors d’un congrès.

Aujourd’hui, ils sont au méridien président de Dakar pour ne parler que de la candidature de Me Wade. C’est le premier ministre Souleymane Ndéné Ndiaye qui a présidé la cérémonie du séminaire international sur la candidature de Me Wade à Dakar.
Des juristes sont venus de divers horizons à travers le monde. Pour le professeur agrégé en droit Seydou Madani sy , le premier mandat que le président de la République a commencé à exercer à partir de 2000 est bien pris en compte par la constitution de 2001 qui fixe le nombre de mandat à deux. Cet homme connu pour son expérience a tenté de décortiquer la situation, en expliquant d’une manière claire ce que dit le droit.

‘’Pour moi, le président de la République a été élu en 2000 et la nouvelle constitution de 2001 considérait son premier mandat en cours comme le premier de la série de deux mandats qu’il ne peut dépasser’’, a déclaré M. Sy .

Avant d’ajouter : ‘’L’histoire constitutionnelle du Sénégal fait qu’une nouvelle disposition constitutionnelle entre toujours en jeu dès son adoption,‘’c’est le premier mandat du président élu en 2000 qui entre en ligne de compte dans le décompte des mandats qui lui sont applicables’’ et qui fait qu’en 2007, Me Wade briguait son deuxième mandat de président du Sénégal ».

‘’Le problème, c’est qu’en 2007, au moment où il se présentait, la question du nombre de mandat n’a pas été soulevée’’, a expliqué Madani Sy qui a été médiateur de la République.
Avec un langage franc, M.Sy dira qu’il n’est pas majoritaire dans la salle, parce qu’il sait que d’autres juristes diront le contraire.

Malickou Ndiaye

http://www.koaci.com/articles-71511

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *