Sénégal : l’agonie du M23, empoisonné par l’idée du « report » des élections

A quelques heures des élections présidentielles du 26 février, le mouvement du 23 juin vient d’être divisé et soufflé par l’initiative unilatérale de son coordonnateur, Alioune Tine, qui a appelé au boycott des urnes.

Une décision jugée discrétionnaire et immédiatement récusée par le Pdg de Walftv, Sidy Lamine Niasse,  qui l’accuse de vouloir plonger le pays dans le chaos en évoquant son appartenance à l’obédience altermondialiste, connue pour son « radicalisme » et son « rôle » dans les Révolutions en Egypte, Tunisie et Libye…  Pour lui, M. Tine doit « s’arrêter » car il n’a aucune légitimité pour parler au nom du peuple, le soupçonnant d’avoir eu d’autres motivations antinomiques de l’intérêt du pays. Des leaders de l’opposition et de la société civile lui ont illico emboîté le pas en incitant le peuple à aller voter massivement. Parmi ces derniers, il y a entre autres Talla Sylla, Amsatou Sow Sidibé, Macky Sall, Mohammadou Mbodji, Moustapha Niasse et Tanor Dieng, qui ont tous enfoncé le clou en disant que le M23 ne représente pas les partis d’opposition, dans la mesure où il n’a pas de candidat: « il faut faire partir Abdoulaye par les urnes ».

Alioune Tine est donc désavoué par presque tous les ténors de l’opposition, pour ne pas dire isolé sur la scène politique. Mais, il peut toujours compter sur les autres leaders jusqu’au-boutistes, très déterminés contre la candidature de Wade, quitte à boycotter les élections. En effet, le blog contre Wade s’est fissuré, au profit de la paix et de l’intérêt du peuple. Quid du mouvement d’humeurs qui avait mis tout le pays en ébullition ? Le jeu en valait-il la chandelle, puisque le vent de contestation a été finalement balayé par la « brise » de mer qui avait été évoquée par le président lors des sanglantes révoltes populaires, macabres. Autrement dit, la « tempête » contre l’illégalité de la candidature de Sa Majesté soulevée par l’opposition  a ainsi connu une accalmie, pour ne pas paraphraser Wade qui affirmait, à la surprise générale, que le vent ne deviendrait jamais un ouragan.

Enfin, le « lâcher de colombes » de Gorgui est exaucé par le dieu de la paix qui vient de frapper à nouveau à la porte du pays. En fait, une partie de l’opposition a appelé le peuple à aller voter massivement, rejetant le mot d’ordre lancé par Alioune Tine, coordonnateur du M23, de plus en plus isolé. Même le mouvement « Y en-a-marre » lui a tourné le dos. Divisé et désavoué, le M23 vit ses derniers jours, à cause de la bourde d’un seul homme qui est toujours appuyé par l’aile radicale de l’opposition. Mais que deviendra le mouvement « Y en-a-marre », si jamais Wade remporte les élections, à partir du moment où son giron, le M23 est voué aux gémonies ? En tout cas, s’il est évident que les « y en-a-marristes » ont perdu la première bataille, ils ont décidé de continuer la lutte aux côtés des partisans de la paix, afin de ne pas confisquer la volonté du peuple.
Vive la paix, la démocratie et le respect de la volonté du peuple!

Diop Dame

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *