Report procès Katinan : La justice ghanéenne exige des preuves dans une semaine

Le tribunal du District Magistrate Court à Accra présidé par Ali Baba Bature a, à l’issue de l’examen de l’affaire de Justin Katinan en ce mercredi 17 octobre donné le délai d’une semaine à l’Etat ghanéen pour présenter les preuves qui justifient les accusations de crime de sang retenues contre Katinan. La prochaine comparution de Katinan est prévue le 24 octobre 2012.

Pour le juge Baba Bature, la non présentation des preuves pourraient conduire à l’abandon de l’affaire par le tribunal, ce qui signifierait une remise en liberté du porte parole en exile de l’ex Président ivoirien Laurent Gbagbo. Le juge a expliqué qu’en tant que réfugié, les droits de l’ivoirien doivent être respectés et il ne devrait pas être détenu avec des criminels de droit commun.
Pour l’audience de ce mercredi à Accra, loin de débattre du fond de la demande de l’extradition de Katinan vers la Cote d’Ivoire comme le réclament les autorités ivoiriennes, la justice s’est plutôt attardée sur la possibilité pour les deux tribunaux saisis à se prononcer en même temps sur l’affaire d’une seule personne.
En présentant sa thèse, madame Merley Wood, la procureure de l’Etat a estimé que les deux tribunaux peuvent travailler chacun pour sa part. A l’opposé, Patrick Sorgbodzor, l’avocat de la défense, a fait savoir que ce serait une absurdité de laisser deux juridictions se prononcer sur l’affaire concernant un seul accusé. Il a par conséquent prié le juge de ne pas considérer cette option. Mais en fin de compte, il a été retenu que les deux affaires pour lesquelles on incrimine Katinan peuvent se traiter en même temps par les deux juridictions saisies.
Mais pour que cela soit possible, le juge Baba Bature a exigé que pour la prochaine comparution, la procureure de l’Etat présente les preuves de l’accusation ou à défaut l’affaire sera déchargée, c’est-à-dire annuler.
Lors du procès du mardi 16 octobre, l’Etat a émis l’intention de retirer la plainte pour meurtre qui pèse contre Katinan de sorte à le mettre à la disposition du tribunal d’Osu, lieu où l’ivoirien a été assigné pour crimes économiques. Les deux tribunaux saisis à Accra sont le « District Magistrate Court » et le « Osu District Court ».

Reporté à plusieurs reprises, que réservera l’issue du prochain procès ? Les autorités ivoiriennes vont-elles étayer les preuves de l’accusation de meurtre retenue contre l’ex ministre du Budget de Gbagbo ? En tout cas, les services d’Interpol qui ont re-arrêté Katinan le 28 septembre dernier à Accra devront se justifier. La comparution du 24 octobre prochain sera peut être un tournant dans ce procès à plusieurs facettes.

Mensah

 

Source: koaci.com

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *