Réflexions et démocratie pluraliste au Congo-Brazzaville: analyse des essais de Denis Sassou Nguesso

kodiaL’excellent essai de Noël Kodia Ramata, publié aux éditions ICES en 2011,synthétise l’œuvre manifeste de l’auteur Denis Sassou Nguesso. Un ouvrage de 116 pages qui édifie les lecteurs sur l’analyse précis des essais de ses trois livres, notamment: le manguier, le Fleuve et la Souris-Parler vrai pour l’Afrique- L’Afrique, enjeu de la planète. Trois ouvrages écrits au cours des premières années du renouveau démocratique sur fond du pluralisme politique. Une œuvre composite qui dessine un lumineux espoir et un désir d’avenir meilleur.

Un sérieux travail qui donne une synoptique lecture de pensée politique, des réflexions philosophiques et poétiques. En mettant en exergue les ouvrages, il a mis en avant le message véhiculé par le chef de l’état Congolais. Son préfacier Alexandre Dzela  Mpassi souligne: «Noël kodia Ramata donne en partage une autre page de l’écriture au Congo: la littérature politique » page 5. Une grande première dans la critique congolaise d’orientation politique où le pionnier Noël Kodia Ramata a excellé pour donner à l’écrivain Denis Sassou Nguesso ses lettres de noblesse en scrutant de fond en comble ses œuvres d’essence politique. Un exercice littéraire périlleux et fort audacieux qui rend hommage à l’auteur dans son élan intérieur de transmettre l’écho lointain enfoui dans le tréfonds de son âme.

En ressortissant cette singulière voix, Noël Kodia Ramata est allé aux confins des profondeurs hadaux où l’auteur a puisé son inspiration pour faire passer son message endogène en symbiose avec son dessein national. Un projet sociétal que l’écrivain-président draine depuis son accession au pouvoir jusqu’à nos jours en passant par les turbulences de sa vie passée dans l’opposition. Un passage symbolique d’un homme dans le désert initiatique et dans le champ de la résurrection de l’esprit. Un récit émouvant d’un chercheur aux creux des vagues de son océan agité. Et d’un politique dans un champ abyssal qui a sculpté son âme de l’écrivain dans la solitude et dans le silence où l’esprit délaissé à entendu l’essentiel et découvert sa véritable nature.

Un messager du temps d’espoir

Noël kodia Ramata dans ce précieux travail qui l’honore, en découvrant la quintessence de l’écho, a mis en évidence l’énigme cachée. Cette poésie mêlée à la politique qui fait de l’Homme un  politique libéré de ses propres entités pour livrer à ses sujets ce qu’il a reçu de la puissance Une. Une lecture d’orfèvre qui a ciselé la pièce luisante du poète intérieur pour donner aux lecteurs avertis ses vérités ensevelies dans les igues de son esprit.

En assemblant, en condensant et en résumant les œuvres du chef de l’Etat Congolais, Noël Kodia Ramata éclairant l’opinion a fait de l’écrivain-président l’homme de la synthèse, de compromis, de dialogue et de rassemblement. Une image solaire que l’auteur lui-même dans son for intérieur cherchait à faire passer à travers ses lignes et son écriture singulières. En passant à l’écriture, l’auteur s’est dépouillé de sa nature et revêtu l’habit nouveau pour redonner à ceux qui l’apprécient et l’aiment l’image d’un président modèle. Qui a forgé, avec le burin des épreuves, une figure atypique et façonné, avec l’argile des actes, un visage digne et exemplaire.

Ainsi, l’écrivain a fécondé au sortir de la guerre dans la grande souffrance et le rejet intégral l’œuvre poétique de portée immense et considérable. Une œuvre écrite dans le temps du souffle d’en haut sous l’empire du spectre de la lumière. Dans ce sillage le Ministre d’état Isidore Mvouba évoque une image spirituelle: «j’ai, plus d’une fois,surpris le président de la république en méditation sous le manguier face à l’Alima». Il enchaine: «c’est la solitude du leader trahi par les siens, comme qui dirait ô dieu tout puissant protège-moi de mes amis, et mes ennemis je m’en charge, il a eu à le constater».Dans la même veine, Noël kodia Ramata révèle: «quand le président de la République avait déclaré qu’il remettait notre pays entre les mains de l’Eternel, cela l’avait profondément marqué. «Le président Sassou est né sur une terre d’évangélisation, la terre de Tsambitso, qu’on appelle Sainte-Radegonde. Vous savez que le président Sassou a, longtemps, été communiste et ça, il ne s’en est jamais caché. Il y avait, donc, un pas à franchir: remettre le Congo entre les mains de Dieu… C’est ce côté énigmatique qui m’a toujours fasciné sur ce personnage», a-t-il témoigné»(1).

En lisant le président congolais plongé dans l’univers ombreux, Noël kodia Ramata est ébloui en découvrant la volonté ardente du président dans sa vision grandiose du pouvoir qu’elle rendait au service du peuple. Une croyance en l’homme, en ses vertus fondamentales de compréhension, de pardon, de tolérance, que l’homme politique cultivait dans son jardin intérieur. Cette énigme dévoilée que ce dernier gardait en soi. Il confesse: «je comprends, et je pardonne, tous les orateurs qui ont parfois, dans leur profession de foi patriotique, tenu des propos malveillants à mon endroit» page 80. «Le mal, je suis donc seul à l’assumer, et je l’assume, à titre collectif et individuel, au nom de tous les dirigeants de ce pays qui ne sont plus. Je m’abstiens et je m’abstiendrai d’accuser qui que ce soit».page 79.Et il conclut:«L’avenir de la démocratie dans le monde, en Afrique, dans cette partie de l’Afrique et au Congo, appartient non à ceux qui prétendent être innocents, purs et sans taches, mais à ceux qui saurant se convertir à cette nouvelle exigence »idem. De plus, «on ne construit jamais l’unité et l’avenir sur les déchirements et la haine »page 78.

Avec sa plume l’infatigable écrivain-politique s’est attelé à faire ressortir son arme idéologique. Et à démontrer sa politique démocratique, celle qui symbolise l’unité indivisible, incarne la paix constructive et exprime la concorde nationale. Dans ses livres ces messages incandescents s’enchainent et s’enchevêtrent pour inculquer au peuple le choix de la liberté, de la dignité, de l’unité, le sens de l’effort et le gout du travail. Ces précieuses valeurs longtemps exaltées et qui ont influencé sa vie et couronné ses réussites politiques. A ce propos, il écrit:« notre ambition globale demeure encore et toujours la liberté, la dignité, le bien-être et le progrès. C’est le combat, nous devons le gagner pour que se perpétuent l’indépendance et la nation. Ainsi sera tenue la promesse fondée sur l’unité, le travail et le progrès» page 95. Il ajoute: « c’est dans l’unité nationale, la paix et la démocratie que nous devons désormais bâtir le nouveau Congo »page 81

Un porteur du chemin d’avenir meilleur

Depuis son ascension au pouvoir «l’homme des masses et des actions concrètes» a toujours porté ces spécifiques verbes. Un rêve intérieur devenu réalité malgré les soubresauts de la crise mondiale et des crises intérieures qui ont secoué son parcours politique. C’est l’accomplissement total: «le destin exceptionnel d’un enfant de la brousse» comme le titre fort justement André Soussan[1].

Il va sans dire que, de 1979 à nos jours, le discours de l’homme a beaucoup changé. Aujourd’hui, il est porteur d’un dessein sur le chemin d’avenir meilleur. Ce «Chemin d’avenir» est le « pacte national qui vise à répondre à l’urgence sociale et à l’exigence de développement de notre pays par sa modernisation et son industrialisation »page 92. Il précise: «on ne peut pas parler du « Chemin d’avenir sans faire allusion à la «La Nouvelle Espérance» qui apparait comme le début du nouveau programme» page 40.

A la lumière, c’est un homme nouveau et un politique nouvel qui a cherché à faire passer en ce temps fugace ses idées et pensées par le biais des ouvrages au service du peuple. Un bâtisseur imbibé de politique et/ou un architecte orienté par le feu de l’ultime but de l’humanité qui a toujours hanté ses nuits. Et gouverné ses jours voués à l’immolation de soi dans l’intérêt commun et le bien être du peuple. Un esprit chevaleresque et ardent défenseur de la paix universelle que Noël Kodia Ramata a découvert dans ses œuvres de sélection qui exhalent son noble âme cachée au public. Ce vaillant peuple auquel il dédie… et voué sa vie en acceptant avec dignité, conscience et humanité la conduite de sa principale destinée. Une véritable mission politique, sociale et humaine que l’écrivain-président voulait faire ressortir, rejaillir et resplendir au profit de la Famille du Congo et/ou peuple du Congo. Et faire comprendre allégrement à ses irréductibles adversaires l’autre versant de son propre miroir politique.

Une bien meilleure leçon de vie et de résurrection que le président Denis Sassou Nguesso a essayé de mettre en exergue pour faire distiller, propager et divulguer ses pensées de poète, d’écologiste et de politique chevronné. Ces trois natures, illuminant son œuvre et magnifiant son écho intérieur, qui résument à fortiori l’œuvre rassemblée du chercheur de l’amour au delà des difficiles passes et critiques acerbes qui ont jonché son propre chemin.

En conclusion

Au-delà, de l’homme politique connu et reconnu, le critique  littéraire Noël Kodia Ramata a trouvé en scrutant les œuvres une autre personne inconnue du public. Une image surprenante qui colore ses livres écrits dans les heures sombres, dans les temps de souffrances, dans les moments de doutes et de réflexions. Ces extrémités qui ont fait comprendre l’essayiste Noël Kodia Ramata à saisir l’auteur dans ses recoins insoupçonnés de l’esprit et impénétrables de l’âme en lui donnant l’archétype du chevalier de beauté et de lumière.

En somme ses livres, au regard de l’analyse de son discours et itinéraire politique, «révèlent la personnalité politique du président Denis Sassou Nguesso. Des livres qui laissent percevoir la trace pédagogique et didactique forgée par première vocation de leur auteur» page 7. De plus, il constate: «le manguier, le fleuve et la souris se relit à certains moments en abyme dans «Parler vrai pour l’Afrique» car les deux essais développent presque les mêmes sujets sociopolitiques dans l’espace et le temps….Quant au troisième ouvrage, «L’Afrique, enjeu de la planète», il développe un point annoncé dans les deux autres livres, mais épouse grandement ici une analyse scientifique »page 68. Il «pose essentiellement les problèmes entre l’homme et la nature sur fond du développement durable…» page 64. Il apparait amplement que la vision de l’écrivain Dénis Sassou Nguesso s’inscrit dans la logique d’un politique spécial animé par dessein écologique teinté des sublimes idéaux de défense et de protection de la planète… Oui, il reste et demeure un véritable «enfant de la forêt» page 43.

Enfin, l’universitaire, en présentant au public cet essai pour l’intérêt et la richesse de la politique et le politique au Congo, a réalisé un travail d’artiste qui mérite d’être souligné et rangé dans les annales des critiques de la vérité. Professionnaliste apprécié et nationaliste reconnu, Noel kodia-Ramata a livré ici une critique objective, comme à l’accoutumée, bien loin de toute connotation ou coloration politique. Un immense amour de rassemblement anime sans fin ce fervent défenseur de la littérature Congolaise. Et de notre beau patrimoine culturel. C’est ce feu ardent de l’unité que ce dernier à découvert dans cette odyssée livresque où l’écrivain-président est mis au piédestal rayonnant. Au sommet de la pyramide où les thèses tous les écrivains brillent au firmament pour l’absolue félicité du Monde Unifié. Et des peuples radieux qui le peuplent.

Par Yves Makodia Mantséka  

Couv-Ramata (20)

(1)    Lire l’article de Pascal Azad-DOKO in journal la semaine africaine:

 http://www.lasemaineafricaine.com/index.php/national/4603-livre-noel-kodia-ramata-analyse-les-trois-essais-de-denis-sassou-nguesso

Les œuvres de Noël Kodia-Ramata

Noël Kodia-Ramata est essayiste, romancier, poète et critique littéraire. Il est l’auteur de plusieurs articles dans les presses nationales, internationales et dans le net.

I/ Articles divers dans la presse et le net que vous pouvez retrouver dans son blog : http://noelkodia.unblog.fr/

II/ Ouvrages:
- Les enfants de la guerre, roman, Editions Menaibuc, 2005.
- Mer et écriture chez Tati Loutard : de la poésie à la prose, Editions Connaissances et Savoirs, 2006.

 - Fragment d’une douleur au cœur de Brazzaville, Editions l’Harmattan 2009

 - Dictionnaire des œuvres littéraires Congolaises, Editions Paari, 2010

 - Un journaliste blanc sous le soleil de l’équateur, Editions Edilivre, 2011

 

 


[1] Soussan André: le destin exceptionnel d’un enfant de la brousse, édition Ramsay, Paris, 2001

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *