RDC- Etienne Tshisekedi: sur les traces d’Ouattara

En résidence surveillée (très surveillée), l’autre président de la RDC n’a pu se rendre au stade des martyrs où il devait prêter serment ce matin « devant le peuple Congolais », selon le communiqué très officiel du chef du gouvernement parallèle de la RDC.

Le grand rassemblement a été étouffé dans l’œuf à grands renforts de chars postés devant l’entrée du stade, d’eau et d’hommes armés jusqu’aux dents (ce n’est pas qu’une simple image).

Le domicile d’Etienne Tshisekedi est devenu le palais présidentiel, un bunker en carton où par la force des choses, le sphynx de Limete n’a pas eu d’autre choix que de prêter serment dans sa maison, sûrement devant une cour constitutionnelle à lui, à l’abri des caméras et des projecteurs.

Ceux qui voulaient empêcher cet “acte de subversion” en sont pour leurs frais.

Alassane Ouattara qui connaît plus d’un rayon de cette posture doit sûrement compatir à l’épreuve que traverse Etienne Tshisekedi car, tout comme lui, il faudra s’armer de patience (beaucoup), ce qui n’est certes pas suffisant, car dans le cas de la Côte d’Ivoire, l’”enfant chéri” de la communauté internationale s’est vu prêter les rebelles de Guillaume Soro, les éléments de la force Licorne, les casques bleus de l’ONU ; il était même question d’envoyer une coalition interarmée de la CEDEAO. Ouattara avait tout.

Le voici donc, le talon d’achille de ya Tchitchi: Il n’a aucun interprète du langage doum doum, aucun général ou colonel poids lourd connu. L’armée est à la botte de Joseph Kabila, un excellent calembour pour illustrer la situation désespérée dans laquelle se trouve Etienne Tshisekedi WA MULUMBA.

La communauté internationale a une arête en travers de la gorge.

Elle ne sait quelle attitude adopter.

Elle scrute la boule de Crystal à l’ombre du Sphynx de Limete. Après elle pourra se positionner, car sa justice est équipée d’une girouette qui lui indique la direction du vent.

Elle le sait, tout le monde sait, que Joseph Kabila est illégal, qu’il a triché, tellement, au point de faire douter l’arithmétique avec des scores cauteleux qui dépassent le nombre des inscrits. Des listes électorales où des gens revenus d’entre les morts l’auraient voté, même que contre le gré de certains électeurs, ils se sont vus attribuer un sexe qu’ils n’avaient pas, des hémaphrodites électoraux ! Une vraie performance !

Cette communauté internationale a prêté sa langue aux shahs d’Iran où se passent des choses nettement plus intéressantes, avec tout un comité de stratèges qui travaillent à mettre sur pied un parfait subterfuge pour justifier les « voyages militaires » en vue de l’instauration de la démocratie érigée en modèle de gouvernance idéale.

Le défaut de Tshisekedi ? Il est trop arrogant, populiste, sa “langue ne porte pas caleçon” comme on dit en Côte d’Ivoire, il dresse le peuple contre les étrangers et ne rassure guère les milieux d’affaires à cause surtout d’une apologie du nationalisme poussée à l’extrême et qui promet de jurer avec « le tout pour le peuple ». Or, quel intérêt y a-t-il à « sponsoriser » un évènement si tout ce qu’on y gagne c’est le ternissement de son image ? C’est dans cette logique que nous nous trouvons !

Toute le monde s’offusque, se convulse, condamne avec la plus grande fermeté ou dernière énergie selon la formule consacrée, se dit fortement préoccupé (ah bon ?), mais personne ne dit ce qu’il faut : Kabila est-il légitime ? Doit-il “dégager” ? La CPI doit-elle commander des toners de cartouches d’imprimantes supplémentaires pour distribuer ses cartons rouges ? Au lieu de cela, on se perd dans des élucubrations qui taquinent l’infini.

Parions que si Tshisekedi fait comme Dos Santos (proposer aux Américains le triple de ce que pouvait leur offrir Savimbi), cette vielle dame à la langue bien pendue qu’on appelle la communauté internationale (d’intérêts, cela s’entend), retrouverait subitement son éloquence, sa pudeur pucelle en prônant le respect de la voix du peuple ! Elle ferait pousser une queue et des cornes à Joseph Kabila dans les Une de ses journaux à grande audience, ferait voter une résolution en faveur d’une intervention en RDC (il faut bien trouver du boulot aux soldats Américains rapatriés d’Irak). Je vous garantis qu’en un tour de passe-passe dont seul un druide sénior maîtrise le secret, on mettrait l’irascibilité d’Etienne Tshisekedi sur le dos d’un pauvre surmenage ! On en ferait même le papi le plus cool et le plus génial du monde, un père Noël quoi !

Pour le moment les Rdcéens doivent se contenter d’un “Président à domicile !”

Van Manchette

Source: afrik-online.com

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *