RD Congo : Fermez les yeux, on ne tue que des Congolais

L’occupation depuis dimanche de la ville congolaise de Goma par l’armée rwandaise, muée en pseudo-rébellion M23, a ouvert la voie à d’atroces massacres des civils congolais sans défense. Des femmes enceintes que l’on éventre après les avoir violées, des petits enfants abandonnés à eux-mêmes que l’on martyrise et des corps mutilés jonchant les rues, l’horreur est à son comble. Mais le silence de la communauté internationale sur ces massacres sonne comme un permis de tuer les Congolais chez eux donné aux troupes rwandaises. Silence donc les Rwandais déciment les Congolais !

Insoutenables sont les images des massacres des paisibles citoyens congolais perpétrés dans leur propre pays par les troupes rwandaises. Des images qui tournent en boucle sur les réseaux sociaux et sur les quelques rares médias occidentaux qui tiennent encore à rester humains : comme celle de cette femme enceinte violée puis tuée à coups de baïonnette ou celle de cet enfant découpé à la machette, si ce n’est cet homme qui étêté et dont on a enfoncé le sexe dans la bouche. Bien entendu, pour se donner bonne conscience, l’ONU a rapporté ces faits dans un nouveau rapport.

Mais la communauté internationale, fort concentrée sur la situation au Proche-Orient, a brillé par une indifférence qui pousse aux questionnements. Une indifférence qui montre clairement que les valeurs véhiculées par les Nations unies sont à géométrie variable. Un seul citoyen français enlevé par des terroristes au Mali a plus d’importance que des milliers des Congolais que l’on égorge dans ce qui est devenu une boucherie à ciel ouvert. Et les Rwandais s’en donnent à cœur joie. Ils massacrent comme bon leur semble !

Bénéficiant de la complicité du pouvoir « vichysant » de Joseph Kabila, un sujet rwandais notoire, les troupes de Kigali ne font pas dans la dentelle. A Goma, depuis seulement trois jours, elles ont fait les ménages. Selon des sources proches des ONG basées dans la province du Nord Kivu, au moins 1000 personnes ont été tuées, pour des milliers gravement blessés qui meurent comme des mouches faute de soins. Mais pire, la capitale du Nord-Kivu a été vidée de ses populations, avec des dizaines de milliers des personnes qui ont pris les routes du désespoir pour éviter la furie rwandaise.

Mais venant du Congo-Kinshasa, transformé depuis la chute de Mobutu en un théâtre d’expérimentation d’atrocités les plus ignobles, ces scènes sont loin d’émouvoir. Les chaînes internationales occidentales comme France 24, Rfi, Bbc et autres jouent leur jeu favori : faire la bonne place aux criminels qui paradent avec des armes ‘’High Tech’’ plutôt que de parler et montrer des images d’apocalypse des femmes mutilées et des enfants martyrisés dont les Rwandais, dans une rare cruauté et sans retenue, écourtent la vie.

Certes, les condamnations fusent de partout, mais elles sont plus convenues. Entre les Américains qui soutiennent l’entreprise criminelle du Rwanda au Congo-Kinshasa, mais s’empressent timidement de condamner l’action belliqueuse de leur sous-traitant Kagame et les Français qui, en retard et sans efficacité, remuent le Conseil de sécurité qui a fait du même Rwanda un membre non permanent, on ne sait plus où est le vrai. Seule vérité : les populations du Congo-Kinshasa triment depuis 1996. Plus de 7 millions de morts. Massacres à répétition, génocide et déportation provoquée, tout ça semble passer au compte des pertes et profits. Fermez les yeux, on ne tue que des Congolais.

Les Rwandais, grands barbares devant l’Eternel en profitent. Chaque fois que leurs humeurs l’exigent, ils agressent le Congo-Kinshasa sans défense, malgré le déploiement de la plus grande force onusienne dans le monde pour y garantir la paix et protéger les populations civiles. Les troupes rwandaises vident des localités congolaises de leurs populations autochtones et les remplacent par des ressortissants rwandais, une stratégie de colonie de peuplement qui leur permet de brandir des revendications les plus fallacieuses sans se gêner et sous les applaudissements de John Major et Hillary Clinton, épouse Bill Clinton : ‘’the brain behind DRC’s destabilisation’’ pour le dire en anglais.

MAIS QUE FONT ENCORE LES CASQUES BLEUS LA-BAS ?

Dans un précédent article je me suis demandé ce que faisaient les casques bleus onusiens au Congo-Kinshasa (http://pambazuka.org/fr/category/features/85500). La réponse semble couler de source : ces sont de paisibles voyeurs qui ignorent le sens de leur mission. Car on ne peut être chargé de garantir la paix et permettre des troubles sans broncher ; on ne peut protéger des populations civiles en les regardant se faire massacrer. Justes bons pour pondre des rapports que personne au Conseil de sécurité des Nations Unies, où les intérêts les plus odieux sont privilégiés, ne tient à considérer.

Alors que reste-t-il aux Congolais ? La mort ou se défendre. Là aussi, les choses ne sont pas simples. Les casques bleus, qui ne sont pas capables d’assurer leur mission de paix et de protection des populations civiles, interdisent aux Congolais -Je parle du peuple congolais- de se défendre contre les envahisseurs. Chaque fois que les Congolais, surtout dans la capitale, veulent défendre leur pays, ce sont des chars menaçants que l’on déploie à travers la capitale congolaise. De quoi imaginer que leur vraie mission consiste à soumettre le Congo-Kinshasa à la domination du Rwanda surarmée par les Américains et les Belges.

Mais, comme dans les années 60, les calculs de grande puissance, qui se cachent derrière l’arrogance du Rwanda vis-à-vis du Congo-Kinshasa, risquent de produire des résultats catastrophiques. Car, les Grands Lacs, la bestialité des Rwandais faisant, sont désormais entrés dans la période des affrontements entre peuples. A Bruxelles, des Congolais s’en sont pris violemment aux Rwandais alors qu’à Kinshasa, même la ressemblance le simple faciès tutsi est devenu une cause de guerre. Les congolais se mobilisent -encore, une fois, je parle du peuple congolais- pour se défendre.

Partout où se trouvent des Congolais, la colère monte. La rage au cœur, ils n’ont qu’une idée en tête : défendre la terre de leurs ancêtres et les manœuvres du M 23, notamment son invite à la diaspora congolaise, n’y feront rien. La plaie est tellement béante pour la souder avec quelques propos hypocrites. ‘’Aux armes Congolais’’ est devenu le cri de ralliement des tous, mêmes ceux qui, il y a peu, étaient divisés par les blessures causées par le hold-up électoral de l’imposteur ‘’Joseph Kabila’’. Advienne que pourra donc ! Aux armes Congolais !

Par Mohamed Mboyo Ey’ekula

Source: pambazuka

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *