« PRINTEMPS ARABES »: LES OBJECTIFS VISÉS NE SONT PAS LA DEMOCRATIE !!, Par Moïse Cisse

JEUNESSE AFRICAINE, JE DIS : CES  » PRINTEMPS ARABES, » LES OBJECTIFS VISÉS NE SONT PAS LA DEMOCRATIE !!

Les révolutions suscitent l’étonnement, l’admiration, l’espoir mais aussi la compassion quant à la férocité de la répression des régimes en place.

La Tunisie, l’Égypte, le Yémen, la Libye et la Syrie vivent avec plus ou moins de violence ces « printemps arabes ».

Les manifestations en Tunisie et en Égypte ont connu un provisoire dénouement avec le renversement de Ben Ali et Moubarak.

Je crains que dans ces deux pays, la révolution ait été confisquée par les caciques des régimes antérieurement en place sous l’influence de l’ami Étasunien et Français.

Il en ira probablement de même du Yémen.

Quant à la Libye, détentrice de richesses pétrolières, c’est une autre paire de manches.

L’OTAN sous commandement américain, soutient militairement les conjurés et bombarde les infrastructures du pays dont chacun sait qu’il ne dispose que d’une faible armée sous-équipée pour en assurer la défense. L’impérialisme n’est pas mort et pourrait instaurer le chaos.

La Syrie ne présente aucun intérêt sauf pour les complexes militaro-industriels des EU mais un enjeu géopolitique.

Son alliance avec l’Iran et le Hezbollah libanais, ses frontières avec Israël en font un enjeu non négligeable si l’on considère que l’Irak conquise, la Jordanie et la Turquie pro-occidentales font de ce pays enclavé une proie que l’impérialisme EU cherchera par tous les moyens à domestiquer.

 

La liste s’allonge: après Ben Ali, Moubarak et Ben Laden, c’est au tour de Kadhafi. Les deux premiers avaient rendu les armes; les deux suivants ont rendu l’âme. Ils avaient en commun d’alterner l’uniforme d’apparat et le treillis de combat, le bâton de commandement et la kalachnikov. Dictateurs ou terroristes – parfois les deux -, ils s’étaient fait la main sur des compatriotes coupables de leur résister, avant d’assassiner des innocents de toutes nationalités. Le Tunisien et l’Egyptien ont maintenant, l’un en exil, l’autre sur une civière, maille à partir avec la justice. Les deux autres ont eu droit à une procédure plus rapide puisque, entre leur arrestation et leurs exécutions, il ne s’est écoulé que quelques secondes. Un avenir, qu’on souhaite proche, dira si Bachar el-Assad, lui, aura besoin d’un avocat ou d’un légiste.

Je le dis ces printemps arabes ne doivent pas faire illusion, noyautés par des pays étrangers aux intérêts des justes revendications de ces peuples, participent à la mise en place d’une stratégie du chaos dont les objectifs visés ne sont pas la démocratie mais l’accaparement des richesses des uns et l’instauration d’une pax américaine dans le croissant fertile au profit d’Israël.

Source Moïse Cisse

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *