Première visite de Macky en France : naïveté ou inexpérience du président sénégalais ?

Les États ont-ils des amis? En tout cas, la conduite de la France de Sarkozy permet de répondre à cette question, si l’on tient compte de la guerre en Libye et du coup d’Etat de la France en Côte-d’Ivoire, sans oublier la récente  sanction envers le « mauvais élève » ATT du Mali. En effet, Macky est quelqu’un de très naïf et inexpérimenté en matière de relations internationales, au regard du leitmotiv de son discours raté:’merci la France’ pour l’aumône (‘130 millions d’euros dont un décaissement immédiat de 50′) et les nouveaux accords de défense!

Du jamais vu dans un monde où rien n’est fait au hasard! Inquiets, les Sénégalais se demandent ce qu’il y a réellement derrière cette rencontre, à huit clos? Mon intime conviction, c’est qu’il existe bel et bien des conditionnalités avant la signature d’un quelconque accord, surtout lorsqu’il s’agit du néo-colonisateur qui s’est vaille que vaille agrippé à ses anciennes colonies. En attestent les relations tumultueuses entre  la France et l’Afrique toujours marquée par l’hypocrisie, le cynisme et la barbarie, depuis la colonisation à nos jours ! Son prédécesseur avait au moins eu le mérite de démythifier l’ancienne puissance coloniale en prenant le soin de revoir les « accords de défense » réduits au strict minimum, même s’il avait quelquefois commis des erreurs intolérables en acceptant par exemple d’être le « courtier » de Sarkozy à Benghazi. N’avait-il pas dit dès son élection en 2000: « Il n’y a pas que la France dans le Monde. Il y a la Chine et les Etats-Unis ».

Pourquoi donc son successeur s’est-il aveuglément livré, aujourd’hui 18 avril 2012, à son fameux « ami » qu’il s’est même permis d’appeler affectueusement et familièrement par ces termes  « Nicolas, mon ami » pendant la conférence de presse théâtralisée, afin d’exhiber ce qu’ils avaient pourtant sournoisement réfuté tout au long de la campagne électorale sénégalaise: leur proximité et complicité? D’aucuns disaient même que Macky était le candidat de la France ! Une accusation balayée du revers de la main par les soi-disant amis de longue date, « intimement liés ». Autrement dit, si Macky avait de peur de perdre la confiance des Sénégalais hostiles à  un Sarkozy qui avait l’outrecuidance  de s’attaquer  à l’homme noir lors de son fameux discours de Dakar (26 juillet 2007), suivi de la signature des « accords Co-développement » insensés légalisant les charters en direction de Dakar, quant à Sarkozy, il entendait tout simplement préserver les relations de la France avec n’importe quel candidat élu par le peuple.

Alors que la France cherche à défendre ses intérêts partout dans le monde, quitte à commettre le massacre, le nouveau président Macky Sall vient prêter le flanc en ressuscitant des «  accords de partenariat » entre les deux pays, sans arrière-pensées. De plus, a-t-il besoin de Sarkozy pour s’attirer les bonnes grâces du Fmi? En tout cas,  je suis tombé des nues en apprenant l’arrogante déclaration inattendue du président français, dont les jours sont comptés à l’Elysée : « Je verrai avec le Fmi pour qu’il aide Macky Sall ». Bref, il est évident qu’avec Macky le peuple est loin de sortir de la misère et de la précarité!

 Diop Dame

Liens où cet article est publié:

connectionivoirienne.net

cherif.dailybarid.com

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *