Naufrage de la Françafrique : l’illustration de l’exemple Loïk Le Floch-Prigent

Par Jean-Pierre Paumont

L’Afrique est de plus en plus considérée comme un continent d’avenir. En effet, la croissance mondiale fortement tirée par l’émergence de pays importants tels que la Chine ou la Russie entraine une demande de matières premières accrue. Que ce soit le pétrole, les matières agricoles ou même les métaux rares utilisés dans nos téléphones portables, l’Afrique reste sans doute la première source pour l’exploration de ces ressources.

Il en résulte incontestablement un regain d’intérêt pour le continent Noir et ce de la part d’acteurs toujours plus nombreux et diversifiés. Ces acteurs recouvrent aussi bien des pays en croissance que des multinationales ou des groupements affairistes. Cependant, les réseaux plus ou moins traditionnels persistent…

Ainsi, l’actualité récente en France (et notamment la dite « affaire des mallettes » mais pas seulement) a pu nous montrer à quel point les liens politico-business peuvent continuer à jouer un rôle plus ou moins heureux. Certes, des pratiques anciennes de collusion perdurent et évoluent difficilement mais, ce sont surtout les individus qui ont du mal à changer et qui bloquent toute meilleure efficacité dans le développement des affaires internationales.

Actuellement, l’actualité africaine présente un cas intéressant somme toute assez illustratif des errements et des abus de ce que beaucoup ont abusivement appelé la « Françafrique ». Ainsi, l’ancien président de la société pétrolière Elf Aquitaine, qui après avoir été condamné et enfermé par la justice française à plusieurs reprises, remplit à son tour l’actualité judiciaire africaine aussi bien en Afrique de l’ouest qu’en Afrique centrale.

Loïk Le Floch-Prigent est depuis le début de l’année 2011 fortement suspecté d’avoir jouer à l’égard d’un ressortissant du Golfe persique. Il aurait crédibilisé une opération opérée par un gang d’Africains et ce, pour un montant dépassant les 40 millions de dollars. Ce rôle de complice a amené Loïk Le Floch-Prigent à se retrouver mis en examen par la justice togolaise et à faire l’objet d’un mandat d’arrêt international émis au mois de mai dernier.

Source: http://www.agoravox.fr/actualites/politique/article/naufrage-de-la-francafrique-l-103523

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *