Meeting pour les 100 ans de l’ANC

Le président Jacob Zuma a prononcé un discours devant des dirigeants africains et plusieurs dizaines de milliers de partisans de l’ANC, lors d’un meeting à Bloemfontein, où fut créé le mouvement de la lutte contre la ségrégation raciale.
Le président a d’abord rendu hommage à tous les gens et organisations qui ont contribué à mettre fin au régime de l’apartheid.
S’adressant à tous les Sud-africains, il leur a demandé d’aider l’ANC à construire « une société libre, démocratique, sans discrimination de race ou sexuelle et prospère ».
Nelson Mandela, le premier président d’une Afrique du sud, devenue démocratique et multiraciale, n’a pu assister à la cérémonie en raison d’une santé fragile.

Âgé de 93 ans, Nelson Mandela n’est pas apparu en public depuis la cérémonie d’ouverture de la Coupe du monde de football en 2010.
Parmi les personnalités présentes aux festivités il faut noter la présence du Très révérend Desmond Tutu, prix Nobel de la paix et du militant pour les droits civiques, l’Afro-Américain Jesse Jackson.
Le Congrès national africain, quoique toujours populaire, est miné par des scandales de corruption et affaibli par des divisions politiques.
Les célébrations du centenaire de l’ANC se poursuivront tout au long de l’année jusqu’au congrès du parti au pouvoir prévue à la fin de l’année.
Un parti affaibli par des divisions
La réélection de Jacob Zuma à la tête de l’ANC n’est pas acquise.
Le président Zuma a affirmé que l’ANC était une maison pour tous.
L’une des forces de l’ANC dans sa lutte contre l’apartheid est qu’il a reçu le soutien de « nationalistes, de marxistes, d’africanistes, des travailleurs, de capitalistes, des femmes, d’hommes, des jeunes, des ruraux et des habitants des villes, des riches et des pauvres ».
Il a annoncé que des mesures pratiques seront rapidement prises pour revitaliser la participation au sein des instances du parti qui dépasse le million d’adhérents.
Mr. Zuma a mis en garde contre les luttes intestines et rappelé la nécessité de discipline interne.
Enfin l’éducation et la formation professionnelle, a-t-il promis, seront en tête des actions de son gouvernement pour accélérer le rythme du changement.
Il a cité le préambule de la constitution: « l’Afrique du sud appartient à tous ceux qui y vivent, Blancs et Noirs, et aucun gouvernement ne peut une autorité légitime sans la volonté du peuple. »
L’opposition a critiqué le coût des manifestations pour le centenaire de l’ANC, estimé à 12 millions de dollars.

Source: bbc.co.uk

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *