Mandat d’arrêt de la CPI pour Gbagbo, transféré d’ici mercredi

L’ex-président ivoirien Laurent Gbagbo a reçu mardi un mandat d’arrêt de la Cour pénale internationale (CPI) et doit être transféré à La Haye mercredi « au plus tard », a annoncé à l’AFP l’un de ses avocats.

« Le procureur a notifié un mandat d’arrêt international au chef de l’Etat Laurent Gbagbo. Il va s’agir de le transférer à La Haye, je ne sais pas quand, ça peut être aujourd’hui, demain au plus tard », a déclaré Me Jean Gbougnon.

Cette annonce, à une dizaine de jours des élections législatives du 11 décembre, lui a été faite mardi à Korhogo (nord) lors de l’audition, qui avait débuté lundi, de M. Gbagbo (66 ans) par un juge d’instruction ivoirien, selon l’avocat.

Arrêté le 11 avril à Abidjan et détenu ensuite à Korhogo, Laurent Gbagbo, de même que son épouse Simone qui est en détention à Odienné (nord-ouest), a été inculpé en août pour « crimes économiques » commis durant la crise post-électorale de décembre 2010-avril 2011.

Plusieurs dizaines de personnalités du régime déchu, des civils et des militaires, sont détenues pour crimes de sang, « atteinte à l’autorité de l’Etat » ou crimes économiques.

Née du refus de M. Gbagbo de reconnaître sa défaite à la présidentielle de novembre 2010, la crise, conclue par deux semaines de guerre, a fait quelque 3.000 morts.

Parallèlement à la justice ivoirienne, la CPI conduit depuis octobre sa propre enquête sur des crimes contre l’humanité et crimes de guerre commis pendant la crise et dont sont accusés le camp Gbagbo et celui du nouveau président Alassane Ouattara.

lepoint.fr (AFP)

Laurent Gbagbo inculpé par la Cour pénale internationale

Le procureur général de la Côte d’Ivoire a notifié à Laurent Gbagbo, l’ex-président ivoirien, le mandat d’arrêt émis par la Cour pénale internationale (CPI), mardi 29 novembre, en début d’après-midi, a indiqué au Monde Me Jean Serge Gbougnon, l’un de ses avocats. Délivré sous scellés par les juges de la Cour, basée à La Haye, le mandat porte sur les crimes commis par les forces loyales à l’ancien chef d’Etat à la suite du second tour de la présidentielle, le 28 novembre 2010.

Le mandat d’arrêt aurait été signifié à Laurent Gbagbo en présence de deux de ses avocats, à Korhogo, dans le nord de la Côte d’Ivoire, où il est incarcéré depuis son arrestation, le 11 avril 2011. En septembre, le nouveau président ivoirien, Alassane Ouattara, avait indiqué qu’il renverrait Laurent Gbagbo devant la CPI.

MANDATS D’ARRÊT AVANT LES ÉLECTIONS LÉGISLATIVES

La semaine dernière, l’avocat de l’Etat ivoirien, Me Jean-Paul Mignard, avait indiqué au Monde que des mandats d’arrêt seraient émis avant le 11 décembre, date des élections législatives en Côte d’Ivoire. L’avocat français ajoutait que Simone Gbagbo, l’épouse de l’ex-président, ainsi que Charles Blé Goudé, chef des Jeunes patriotes, étaient eux aussi dans le viseur de la CPI.

Maître Emmanuel Altit, avocat de Laurent Gbagbo, chargé de le représenter devant la Cour pénale internationale, avait pour sa part estimé que « l’arrestation du président Gbagbo est illégale et sa détention arbitraire » et indiqué que dès lors, la CPI ne pouvait avaliser une telle situation.

Le scrutin de 2010 avait entraîné des violences dans tout le pays entre les forces loyales au président sortant, Laurent Gbagbo, et les partisans d’Alassane Ouattara, dont la victoire avait été reconnue par la communauté internationale. Selon l’ONU, ces violences auraient fait plus de 3 000 morts.
Stéphanie Maupas

LEMONDE.FR

Source: connectionivoirienne.net

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *