Mamadou Koulibaly sur le Mali: Les accords de défense sont des accords commerciaux mal ficelés

«La Côte d’Ivoire ne progresse pas avec Ouattara»

Il s’est battu bec et ongles pour être président de Côte d’Ivoire. Il a créé un parti, s’est battu contre trois présidents, s’est allié avec une rébellion armée et depuis deux ans qu’il est au pouvoir, il a des résultats qui n’impressionnent ni ses adversaires, ni certains membres de la communauté internationale qui ont été parmi ses fervents défenseurs. «La Côte d’Ivoire sous le président Alassane Ouattara n’a pas fait beaucoup de progrès», dit l’ancien président de l’Assemblée nationale et chef du parti politique LIDER, le Pr. Mamadou Koulibaly. Alors que l’ancien chef de l’Etat Laurent Gbagbo doit être jugé par la CPI, le Pr. Mamadou Koulibaly a émergé comme le critique le plus acerbe de Ouattara et ne ménage pas ses efforts pour le dépeindre comme un leader qui est incapable de résoudre les problèmes complexes auxquels est confrontée la Côte d’Ivoire. Les questions de sécurité se posent avec acuité, le processus de réconciliation est au point mort, le chômage est élevé, les éléments de l’ex-rébellion ont pris en otage Ouattara et la situation des droits de l’homme n’est pas bonne, dit Koulibaly dans son évaluation du Président Ouattara. Koulibaly, qui a été victime d’un accident dans des circonstances douteuses au cours de l’année dernière, s’en prend à Ouattara en raison de sa politique du «deux poids deux mesures», comme le prouve un système de justice qui ferme les yeux sur les excès de ses propres partisans. Au sortir d’une crise, les fondations de l’Etat ivoirien sont fragiles et si le Président Ouattara continue d’agir comme un leader qui vit dans la peur et est incapable de contrôler ses milices armées, le pays court le risque de dégénérer en un chaos encore plus grand, explique le professeur.

Interview réalisée par Ajong Mbapndah | Pan African Visions | 18 janvier 2013

Professeur Koulibaly, cela fait deux ans maintenant qu’Alassane Ouattara préside aux destinées du pays. Peut-on avoir une idée sur la façon dont Côte d’Ivoire se porte politiquement, économiquement et socialement ?

Bientôt deux ans en effet que Ouattara est au pouvoir. La confiance n’est toujours pas rétablie entre lui et son opposition, entre lui et les populations qui n’ont pas voté pour lui, entre lui et son armée, sa gendarmerie, entre lui et toutes les composantes des FRCI qu’il a mises en place et qui n’arrêtent pas d’attaquer son régime, de le harceler au point de l’obliger à être ministre de la défense. Il y a aussi de la déception entre lui et la communauté internationale qui ne voit toujours pas arriver la démocratie au nom de laquelle il a été installé. Jusqu’à présent, il n’a pas encore instauré la réconciliation, dont on parle d’ailleurs de moins en moins et qu’il a remplacée par l’utopie de l’émergence de la Côte d’Ivoire en 2020.

Economiquement, la crise ne fait que s’aggraver. L’investissement direct étranger est rare et les promesses d’aide publique au développement qui lui ont été faites alors qu’il était encore reclus au Golf Hôtel ne se concrétisent pas par des arrivées de fonds frais. Les investisseurs privés nationaux et étrangers, du fait de l’insécurité et de la corruption dans les hautes sphères de l’administration, hésitent à s’engager. L’emploi qu’il avait promis n’est pas au rendez-vous, alors que le chômage augmente, aggravé par le rattrapage ethnique appliqué par Ouattara, qui consiste à faire remplacer les travailleurs par ses militants ethniques. Il est vrai que d’anciens projets de dépenses publiques en infrastructures ont été repris et sont en cours de réalisation, mais à des coûts surfacturés et dans des conditions scandaleuses.

Socialement, de nombreux corps de fonctionnaires attendent que Ouattara réalise ses promesses d’augmentation des salaires. Les étudiants, qui ont vu la réhabilitation de leurs universités à des coûts exorbitants et surfacturés, attendent de voir les bibliothèques ouvertes et équipées, de même que les restaurants universitaires et les laboratoires des sciences et techniques. En attendant, ils se contentent de regarder les cafétarias et les brasseries montées par les amis de Ouattara sur le campus, qui vendent des sandwichs et des déjeuners à des prix hors d’atteinte, ce qui a entrainé des grèves des étudiants, après celle des enseignants qui attendent toujours le paiement de l’intégralité de leurs heures supplémentaires. L’ambiance sociale est surtout marquée par l’insécurité distillée par les FRCI, le coût élevé de la vie, le racket et la criminalisation de l’Etat.

La sécurité reste un défi de taille et il y a des rapports sur des violations des droits de l’homme. D’où vient la violence et quel est son but ?

La violence aujourd’hui vient essentiellement des FRCI. Elles sont les seules à détenir des armes et à occuper l’ensemble du territoire, mais sont dans des logiques de contrôle de zone d’influence. Les factions se battent les unes contres les autres pour le contrôle des prébendes, étant donné que l’Etat ne leur paie pas de solde. Livrés à eux-mêmes, ces combattants doivent survivre par le racket, le vol, l’agression et la violence. Ouattara, pour les avoir avec lui lors de son accession au pouvoir contre les troupes de Gbagbo, leur a promis des emplois dans l’armée, la gendarmerie et la police. Mais ces troupes issues de mêmes groupes ethniques n’ont pas eu gain de cause, et par crainte qu’ils ne retournent leurs armes contre lui, Ouattara leur demande, ainsi qu’aux supplétifs dozos, de se redéployer dans tout le pays, dans toutes les villes et les villages, pour y assurer la sécurité. Mais sur place, l’on constate qu’avec leur présence, les vols et l’insécurité augmentent plutôt. Ces miliciens demandent à être pris en charge par les populations et sont violents quand les gens ne répondent pas favorablement à leurs doléances. La Côte d’Ivoire vit dans la peur.

Qu’en est-il des efforts de réconciliation ? Un comité de réconciliation dirigé par Charles Konan Banny est supposé exister. A-t-il servi à quelque chose ?

La CDVR de Charles Konan Banny est animée par des personnes de bonne foi, mais qui hélas travaillent sous l’autorité de Ouattara lui-même. Il ne donne pas les moyens financiers et politiques à cette commission pour la rendre efficace. Il lui donne un agenda de deux ans pour une réconciliation qui, un an et demi après, n’a pas encore commencé ses travaux sérieux. La CDVR parle de réconciliation pendant que Ouattara fait la promotion de l’injustice, de l’impunité et que la violence exercée par les FRCI continue de plus belle. La procédure de réconciliation n’est pas crédible et elle est torpillée par Ouattara lui-même, qui ne semble pas du tout pressé d’y arriver.

Nous avons également entendu dire que vous dénoncez la corruption qui s’est installée sous le gouvernement actuel. Quels faits pouvez-vous énoncer pour étayer vos accusations ?

La corruption est flagrante sous Ouattara même si elle a toujours existé dans les différents régimes qui se sont suivis en Côte d’Ivoire. D’abord il y a la justice qui est totalement corrompue alors que Ouattara a changé tous les principaux responsables de l’autorité judiciaire et qu’il est lui-même président du conseil supérieur de la magistrature. Il peut ainsi poursuivre ses principaux adversaires d’hier pour crimes économiques ou crimes de sang, mais ferme les yeux sur les crimes commis par ses propres hommes et les FAFN devenues depuis les FRCI.

Ouattara engage de nombreux travaux d’infrastructures, mais jamais il ne fait d’appels d’offre publics pour l’attribution des marchés. Les projets sont annoncés à un certain coût au départ et puis, mois après mois, l’on voit les coûts s’accroitre sans explications pertinentes. Le cas le plus flagrant est la réhabilitation des universités, dont le coût initial était de quarante milliards de francs cfa environ, qui sont ensuite passés à soixante puis à cent milliards. A ce stade des cent milliards, en conseil de ministres, Ouattara a jugé que le projet avait été surfacturé d’au moins quarante milliards. Pour toute sanction, il a renvoyé le directeur des affaires financières du ministère de l’enseignement supérieur, sans toucher au ministre lui-même qui ne démissionne pas non plus. Quelques semaines après, le même ministre nous informe que le coût réel des chantiers est plutôt de cent soixante quinze milliards de francs cfa et cela n’a eu aucune conséquence sur lui. Il y a le cas de cet autre ministre, qui est soupçonné d’avoir détourné plus de quatre milliards de francs cfa devant revenir aux populations victimes des déchets toxiques déversés à Abidjan par le bateau Probo Koala de Trafigura il y a quelques années. Le ministre a été chassé du gouvernement, mais aucune poursuite n’a été engagée contre lui, la justice n’ayant rien eu à lui reprocher. Ils sont tous deux députés et souhaitent devenir maires de différentes villes en Côte d’Ivoire. Les cas de ce genre existent à profusion.

Pour être juste envers lui malgré vos critiques, y a-t-il quelque chose que vous pensez que le président Ouattara a fait de bien ?

Oui, vous avez raison. Abidjan est devenue un peu plus propre que sous le régime précédent. Il est vrai que le projet du troisième pont d’Abidjan, qui trainait depuis Houphouët-Boigny, voit sa construction engagée avec Ouattara. Il est aussi vrai que dans la ville d’Abidjan, des trous sur les routes ont été bouchés, surtout dans les quartiers huppés de Cocody. Il faut aussi souligner que Ouattara, après avoir commencé son règne avec un gouvernement de quarante ministres, est revenu à 28 ministres maintenant. Vous voyez il a travaillé et nous ne l’oublions pas. Mais retenez quand même, pour faire court, que le marché du troisième pont a été conclu dans des conditions totalement obscures. Personne ne sait quel en est le coût exact, ni quelles sont les garanties financières et économiques sur lesquelles l’Etat s’est engagé pour les quarante prochaines années. Ni la population, ni le parlement n’ont été infomés de ces marchés publics. En outre, il n y a pas que les routes d’Abidjan en Côte d’Ivoire. Il y a l’intérieur du pays, par exemple les zones de production du cacao qui n’ont pas de routes et qui pourtant financent fortement le budget de l’Etat.

Vous êtes maintenant à la tête de votre propre parti LIDER, qui ne s’en est pas très bien sorti lors des dernières élections. Comment se porte le parti et quel rôle comptez-vous jouer dans le façonnement d’un avenir meilleur pour la Côte d’Ivoire ?

LIDER est allé aux élections législatives dans des conditions difficiles sur lesquelles nous ne reviendrons pas. Nous sommes sortis de ces élections sans aucun élu, alors que nous présentions douze candidats et que nous venions d’arriver sur le marché politique depuis seulement quatre mois. Nous avons vu et mis en garde Ouattara contre la violation du protocole additionnel n°2 du traité de la CEDEAO interdisant à tous les gouvernements des pays membres de cette organisation de changer de règles de jeu électoral à moins de 6 mois avant la date des élections, quelque soit le type de scrutin, sans un consensus large avec l’ensemble de la classe politique. Ouattara a sans scrupule violé impunément cette disposition de la CEDEAO.

LIDER, de façon responsable, continue son ascension par l’installation de bases du parti un peu partout dans le pays et cela sans grands moyens pour le moment. Nous ambitionnons de bâtir une vraie opposition en face du pouvoir de Ouattara. Nous pensons que les populations doivent comprendre que la démocratie, ce n’est pas le multipartisme et les élections. La démocratie, c’est d’abord l’Etat de droit, non pas au sens du gouvernement sorti des urnes, du gouvernement légal, mais un état, une situation dans laquelle le droit s’impose à tous, à commencer par l’Etat lui-même et ses animateurs. Nous expliquons aux populations que le multipartisme ne signifie pas d’avoir des partis qui agissent comme des syndicats de groupes ethniques. Nous expliquons aux politiciens et à nos militants que la démocratie, c’est d’abord reconnaitre les droits inaliénables des populations à la propriété privée des terres de leur pays, et la liberté d’échanger ces terres. Nous pensons que si LIDER arrive à se faire entendre sur ces questions, alors nous aurons atteint notre objectif d’éducation à la démocratie, à l’harmonie sociale et à la paix.

Au cours de l’année dernière, vous avez été victime de plusieurs accidents et incidents. S’agissait-il d’accidents fortuits ou pensez-vous qu’ils sont dus au fait que vous êtes un grand adversaire du régime ?

Je ne m’explique pas encore l’origine de cet accident mais je trouve curieux que le pouvoir Ouattara, qui a divisé le pays en zones militaires officieuses commandées par les com-zones et les com-secteurs, aille attaquer ma famille, mon exploitation agricole et mes travailleurs sous le prétexte qu’il y aurait dans mon village un camp d’entrainement de miliciens anti-Ouattara. Je trouve curieux qu’il n’y ait pas eu d’enquêtes sérieuses après ces évènements et que la gendarmerie et le chef d’état major général des armées aient refusé de recevoir les plaintes de mes parents contre les guerriers de la milice pro-Ouattara appelée FRCI. Je trouve inquiétant que, dans le même temps, le pouvoir essaye de me présenter comme un criminel, alors c’est moi qui suis la victime.

Le procès de l’ancien président Laurent Gbagbo est attendu à la CPI, mais nous n’avons pas entendu parler de mandats d’arrêt à l’endroit de ceux qui étaient dans la rébellion. Quel est votre point de vue à ce sujet ainsi que sur le maintien en détention de nombreux cadres de l’ancien parti au pouvoir et membres de l’ancien gouvernement ?

Ouattara applique une justice à géométrie variable. Celle qui emprisonne les criminels du camp vaincu et leur demande des comptes et celle qui fait la promotion des criminels de son propre camp et ferme les yeux sur leurs actes répréhensibles. Il est difficile dans ces conditions de construire une nation, de faire la réconciliation et d’instaurer la confiance en Côte d’Ivoire. Ouattara, par cette attitude, assure la criminalisation de l’Etat. Et nos regards sont tournés vers la CPI, pour savoir si oui ou non, elle va se faire complice de cette justice locale qui tient plus de la vengeance que de la justice.

Professeur, par le passé, vous avez écrit à propos des accords de défense entre les pays africains et les Français. Pouvez-vous parler brièvement de cela, en particulier à la lumière de la crise au Mali, et plus récemment en Afrique centrale ? Quelle est la pertinence de ces accords de défense ?

Dans les économies modernes, lorsque les Etats s’engagent dans ce type d’accords internationaux, les populations sont informées du contenu de ces traités et conventions. Les sociétés civiles et les parlementaires en discutent, pour que les populations sachent dans quoi leur gouvernement s’est engagé. Il arrive même que l’on procède par référendum pour ratifier ce type d’accord. Il s’agit de la procédure en vigueur dans les sociétés de confiance. Mais dans les sociétés africaines, seul le président de la République, et parfois quelques membres du gouvernement, sont initiés et informés sur le contenu de ces accords. L’opinion reste dans l’ignorance, le parlement aussi, de même que la presse. Il s’agit des sociétés de méfiance, des sociétés patrimonialistes. Et lorsqu’un choc arrive et qu’il faut passer à l’application de ses accords, les populations n’y comprennent rien. Le Mali, comme la plupart des états africains, n’est pas viable individuellement. Nos pays seraient plus solides et viables s’ils étaient intégrés dans une logique fédéraliste. Chaque pays aurait un chef d’Etat élu selon le régime parlementaire, et tous les Etats seraient soumis à un gouvernement fédéral, lui aussi issu du régime parlementaire après des élections législatives au scrutin majoritaire à un tour, selon le modèle de Westminster en Grande-Bretagne. En dehors de cette réforme, pas d’avenir heureux et harmonieux pour les pays africains. Le Mali est un cas d’école qui montre que, malgré toutes nos élections, nos Etats, nos gouvernements, nos armées, nos nationalismes étriqués, tous nos pays et leurs institutions peuvent s’écrouler du jour au lendemain sans qu’il n’y ait de forces internes capables d’y remédier. On le voit aussi pour la Côte d’Ivoire, où il n’y a plus d’Etat. Le risque est potentiel pour tous. Vous voyez ce qui se passe chez le président Bozizé, son appel au secours à l’attention de Paris et la réponse du président Hollande. Nous devons redevenir des hommes libres et reprendre confiance en nous-mêmes et en nos voisins et aller à la construction de ce fédéralisme africain. Il y va de notre sécurité collective et de notre développement dans la prospérité et la paix. Ces accords de défense sont des accords commerciaux mal ficelés. Ils servent à autre chose qu’à la défense des pays et de leurs populations. Nous pouvons nous en passer, si nous réduisons les risques de conflits dans nos pays. Et pour cela, nous avons de larges possibilités inexploitées.

Nous savons que la Côte d’Ivoire est toujours dans une situation difficile. Quelles perspectives de développement pourraient donner aux gens une raison d’espérer et quelles sont vos prédictions d’avenir?

Je n’ai pas de boule de crystal pour prévoir l’avenir de la Côte d’Ivoire, mais si la tendance reste à la criminalisation de l’Etat que nous observons en ce moment, je crains fort que l’année 2013 soit plus difficile que 2012. Si la réconciliation n’avance pas, si la justice n’est restaurée, si Ouattara continue de prendre les populations en otage avec ses factions tribales armées déployées sur l’ensemble du territoire, je crains fort que l’activité économique reste étouffée et que le chômage et les difficultés de toutes sortes ne s’amplifient. Si la corruption du régime continue de se renforcer, et si l’impunité continue d’être la norme, je crains fort que les bases de notre nation encore fragile ne cèdent à la violence et au chaos. Mais en ce début d’année 2013, je formule le vœu que Ouattara puisse prendre conscience de ses responsabilités et enfin les assurer entièrement, sans se présenter à nous comme quelqu’un qui est incapable de contrôler ses milices armées et qui vit dans la peur perpétuelle, alors qu’il est le président de la République.

Version anglaise: http://lider-ci.org/index.php?option=com_k2&view=item&id=86:ivory-coast-is-not-making-much-progress-under-ouattara&Itemid=156

Source:connectionivoirienne.net

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *