Mali: Quand le MNLA accuse la France dans un communiqué

Depuis le début de l’intervention militaire étrangère au Mali conduite par l’armée Française, le Mouvement National de Libération de l’Azawad a démontré par les actes sa totale disponibilité pour la lutte contre le terrorisme et la criminalité transfrontalière.

Cet engagement s’est traduit par le déploiement de ses forces armées dans certaines zones de l’Azawad en concertation et en coordination avec les forces internationales malgré le fait que le MNLA désapprouve totalement la présence de l’armée malienne sur le territoire de l’Azawad.

Par ailleurs, le samedi 9 Février, un grave incident s’est produit à Ménaka et le MNLA reste sans nouvelle de M. Abdoulkarim AG MATAFA, membre du conseil transitoire de l’Etat de l’Azawad (CTEA) et de trois combattants du MNLA.
L’intéressé et ses trois compagnons ont disparu suite à un appel téléphonique d’un officier français, un capitaine qui était le contact d’Abdoulkarim AG MATAFA au sein de l’opération serval, les invitant à le rejoindre à quelques kilomètres de la ville.

En tout état de cause, le MNLA tient la France entièrement responsable de cette situation et exige que toute la lumière soit faite par les forces françaises sur les circonstances de cette disparition et exige leur libération immédiate.
D’autre part, le commandement du MNLA est entré en contact avec le général de l’opération serval à Kidal qui a fournit comme explication un disfonctionnement dans la chaine de l’opération Serval tout en demandant au MNLA de n’entreprendre aucune action. Or, le MNLA a appris de source concordante que l’armée malienne, dirigée par Ag Gamou dans la région de Ménaka, a décidé d’extrader Abdoulkarim AG MATAFA à Bamako. Aussi, le MNLA condamne avec la plus grande rigueur ce qu’il considère comme un grave abus de confiance de la part des officier de l’opération Serval vis à vis du Mouvement national de libération de l’Azawad. Le MNLA considère par ailleurs cette action comme une grave ingérence dans le conflit qui oppose l’Azawad au Mali.

Enfin, le MNLA rappelle à la communauté internationale qu’il s’était pleinement inscrit dans la résolution 2085 des Nations Unies qui stipulait que le Mali devait immédiatement engager des négociations avec le seul mouvement représentatif dans l’Azawad qui n’est autre que le MNLA.

Le mouvement national de libération de l’Azawad considère que le délai imparti par la communauté international et les Nations unies a été largement dépassé puisque non seulement le Mali n’a engagé aucune négociation mais que de surcroît son arme commet des crimes contre les civils Azawadiens, des crimes par ailleurs largement dénoncés par les organisations internationales des droits de l’homme.

En conséquence, le MNLA informe que dans les prochains jours il engagera ses troupes dans une lutte sans merci contre l’armée malienne sur l’ensemble du territoire de l’Azawad sans exclure les villes déjà occupées tel Gao et Tinbouctou où l’armée malienne continue de perpétuer des crimes contre les populations Azawadiennes au vu et au su de l’armée française.
Le MNLA tient responsable les forces armées Françaises de toutes les exactions perpétrées par l’armée malienne qu’elles ont confortablement installée sur le territoire de l’Azawad.

Aussi, nous souhaitons désormais des forces armées françaises qu’elle remédie au plus vite à ces graves dérapages et qu’elle entreprenne une collaboration bien concertée, précise, franche et assumée afin de prévenir tout conflit inopportun.

Mossa Ag Attaher, Porte-parole du MNLA, Chargé de communication du CTEA
Source: alterinfo

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *