L’UKRAINE CHASSE GARDÉE DE LA RUSSIE, CONVOITÉE PAR L’UNION EUROPÉENNE

Par Robert Bibeau, 13 décembre 2013

UkraineLa série noire des incursions occidentales visant la sujétion d’un pays du camp ennemi, chasse gardée de l’alliance-opposée, se poursuit et rencontre autant de résistance qu’en Syrie. Les simagrées des Femens ukrainiennes avaient laissé présager que la partie serait aisée, mais finalement la joute sera corsée.

Je comprends les gens qui ne s’y retrouvent plus dans l’actualité internationale. Tous les brigands de la Terre (y compris Georges W. Bush) rassemblés à Soweto pour célébrer leur héros soi-disant révolutionnaire (depuis quand Stephen Harper fréquente-il les obsèques d’un révolutionnaire?) alors qu’à l’autre bout de la Terre, des gens en colère manifestent violemment pour s’intégrer à l’Union Européenne que les divers peuples de l’Union voudraient quitter, si on osait le leur demander.  Comme chacun le sait, les multiples  référendums d’opposition aux accords constitutifs de l’UE ont été ignorés par les démocrates européens, ceux-là même regroupés à Soweto pour commémorer le plus grand démocrate ex-voto. Il y a de quoi en perdre son Latin. Et ne demandez pas aux médias bourgeois et à leurs  experts désinvoltes de vous expliquer l’incongruité, vous ne pourrez bientôt plus vous retrouver parmi le salmigondis de leurs « menteries ».

Le monde politique international semble compliqué. Et pourtant, il ne l’est pas. Je vous raconte. On vous a habitué pendant des années à voir l’Alliance Atlantique (OTAN) sous hégémonie étasunienne et sous le parapluie de l’ONU – la pseudo Communauté internationale – attaquer – bombarder – tuer ou emprisonner les chefs d’État étrangers (des pays du Tiers-monde en exclusivité) qui ne se pliaient pas aux diktats des  dirigeants de notre temps (!)  Rappelez-vous Milosévich, Laurent Bagbo, Kadhafi, jusqu’à Bachar al-Assad récemment, le dernier de la lignée des saqués. Mais un grand changement s’est opéré depuis une année, l’alliance opposée (le BRICS), sous la direction de la Chine, a stoppé l’avancée de l’Alliance Atlantique en direction de l’Est et a obligé les USA à signer un accord avec l’Iran.

Quand l’Alliance Atlantique avait la maîtrise totale de l’économie mondiale, elle pouvait du point de vue politique et militaire, faire ce qui lui convenait, ce qui lui plaisait. Aujourd’hui que l’industrie et l’économie se développent en Asie – l’Alliance concurrente, le BRICS – se rebiffe et résiste aux incursions des morons  surendettés de l’ouest.

Survient l’affaire ukrainienne. Ce pays faisait partie des néo-colonies intérieures de l’Empire social impérialiste soviétique. La désintégration de cet empire (1989-1991) a entraîné une période de flottement anarchique où chacune de ces néo-colonies se croyait autorisée à se magasiner un nouveau maître, les prébendes étant le salaire de ces conscrits. Rappelez-vous qu’en 2004, ces commis avaient jonglé avec l’idée de se rattacher à l’Alliance Atlantique et les ouvriers ukrainiens avaient subi la « Révolution orange » – chaque attaque de l’Alliance Atlantique porte un nom de code d’une couleur différente (1).

Mais vous devez savoir que c’est l’économie qui dirige la politique et non l’inverse. L’Ukraine effectue près de 90% de son commerce avec la Russie et ses néo-colonies. L’Ukraine a besoin du gaz et du pétrole russe pour survivre. Après quelques années d’une idylle amoureuse impossible avec la promise ukrainienne dépenaillée (la traite des blanches étant le seul commerce lucratif pour Kiev), tannés d’attendre leur pitance des subsides de l’Union, un nouveau Président adoubé par Moscou renversa les alliances et le pays réintégra sa place dans le glacis de la Russie.

Mais voilà que quelques sbires de l’Union Européenne, faisant fi de l’hégémonie de la Russie sur ce pays, tentent une nouvelle percée en direction de la plaine ukrainienne, histoire de se rapprocher autant que faire se peut de leur ennemi juré, Poutine et ses affidés. L’Alliance Russo-chinoise, ayant montré sa pugnacité en Syrie strangulée, continue à inverser la tendance et à conserver cette contrée dans la corbeille Russo-chinoise de l’héritier présomptif de l’empereur détrôné (les États-Unis).

Vous assistez présentement en Ukraine à une nouvelle échauffourée désespérée de l’Alliance Atlantique (OTAN), que la misérable bourgeoisie française voudrait diriger,  qu’elle incongruité!  C’est que les États-Unis ont déjà compris que la guerre inter-impérialiste ne se gagnera pas en Ukraine, en Syrie, en Iran, à Bamako ou à Bangui, mais bien en Mer de Chine, et depuis, le grand pays impérialiste y concentre ses forces navales.

Pendant ce temps, sous la gouverne de Hollande, les restes des forces atlantistes grappillent  et s’agitent au Mali, en Syrie, en République Centre Africaine et en Ukraine, histoire de conserver ce qui peut l’être avant que la nouvelle alliance dominante (le BRICS) lance sa vaste campagne de propagande.

En Ukraine, la Russie résiste à l’intrusion européenne sur son domaine et elle fera ce qu’il faut pour que cette proie de choix ne change pas d’aloi. Les manifestations des hobereaux ukrainiens empressés de se rallier à L’UE ne sont que péripéties pour distraire la galerie après les commémorations spectacles rassemblant les plus grands brigands que la Terre ait portés, que des gens pleurant la mort de leur servant.

Robert Bibeau

Source:cherif.eljazeir.com

__________________________________

(1)  http://www.europe1.fr/International/Ukraine-une-nouvelle-Revolution-orange-1728617/

http://www.les7duquebec.com/actualites-des-7/lukraine-chasse-gardee-de-la-russie-convoitee-par-lunion-europeenne

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *