L’Occident attise le risque de guerre civile en Syrie, dit Pékin

Les pays occidentaux attisent le risque d’une guerre civile en Syrie en soutenant sans discernement l’opposition, estime lundi le Quotidien du peuple dans un éditorial.

« Si les pays occidentaux continuent à soutenir pleinement l’opposition syrienne, une guerre civile à grande échelle finira par se produire et il n’y aura alors pas moyen d’éviter la possibilité d’une intervention étrangère armée », lit-on sous la plume de Qu Xing, identifié par le quotidien comme un expert en politique étrangère.

Selon l’auteur, si la résolution du Conseil de sécurité appelant à la mise à l’écart du président Bachar al Assad avait été adoptée le 4 février dernier, le pays aurait connu davantage de violences.

« Assad aurait été dos au mur, tous ses moyens de retraite coupés, et l’opposition aurait été encouragée à presser encore davantage. Les affrontements auraient été encore pires que ceux qu’ils sont maintenant », poursuit le texte.

La répression du soulèvement contre Bachar al Assad a fait des milliers de morts en onze mois.

La Chine et la Russie ont été amplement critiquées pour leur veto opposé au projet de résolution soutenant le plan de sortie de crise de la Ligue arabe.

Pékin a depuis multiplié les signes marquant son intention de contribuer à un règlement pacifique de la situation.

Samedi, un émissaire chinois a été reçu à Damas par le chef de l’Etat syrien, à qui il a apporté le soutien de Pékin à son projet de référendum constitutionnel du 26 février.

Jean-Stéphane Brosse pour le service français

Source: yahoo.com

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *