Libye : Seif al-Islam sera « inévitablement exécuté »

Le fils de l’ex- dirigeant libyen Mouammar Kadhafi, Seif al-Islam, sera « inévitablement exécuté » à l’issue d’un procès en Libye, a déclaré lundi à l’agence Rian Novosti, Mikhaïl Marguelov, représentant du président russe pour l’Afrique.

« Il ne s’agit pas de remettre Seif al-Islam ou d’autres « kadhafistes-clés » entre les mains de la Cour pénale internationale (Cpi), alors qu’un procès en Libye s’achèvera inévitablement par leur exécution », a déclaré M.Marguelov.

Selon lui, les espoirs de voir triompher en Libye les valeurs européennes, notamment les droits de l’homme, la suprématie de la loi et la démocratie, après le renversement de l’ancien régime, ne se réaliseraient pas.

L’Onu appelle à un traitement humain

Les autorités libyennes doivent garantir un bon traitement au fils de Mouammar Kadhafi, Seif al-Islam, ainsi qu’à l’ex-chef du renseignement militaire libyen Abdallah al-Senoussi, a déclaré lundi, dans un communiqué, la Haute commissaire des Nations unies aux droits de l’homme, Navi Pillay.

Les autorités libyennes devaient garantir aux interpellés des conditions de détention humaines, et coopérer pleinement avec la Cpi, qui avait lancé contre ces deux prisonniers des mandats d’arrêt internationaux pour crimes contre l’humanité, a indiqué Mme Pillay, saluant l’engagement de la Libye à faire en sorte que Seif al-Islam soit traité humainement et jugé équitablement, selon les standards internationaux.

En fuite depuis que les rebelles du Cnt ont pris le contrôle de Tripoli fin août, Seif al-Islam Kadhafi, 39 ans, a été arrêté dans la nuit de vendredi à samedi dans le sud de la Libye, puis transféré à Zenten, à 170 km au sud-ouest de Tripoli. Abdallah Al-Senoussi a quant à lui été arrêté dimanche à proximité de la ville de Sebha dans le sud du pays.

Les autorités intérimaires libyennes ont refusé de les livrer à la CPI qui les accuse de crimes contre l’humanité. Des voix s’élèvent dans la communauté internationale pour réclamer « un procès équitable » en bonne et due forme sous l’autorité de la Cpi. La Cour installée à la Haye ne peut prononcer la peine de mort. (Avec RIA Novosti).

http://www.afriscoop.net/journal/spip.php?article4676

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *