Libye : la Russie appelle la CPI à ouvrir une enquête

La Russie a appelé mercredi la Cour pénale internationale (CPI) de La Haye à ouvrir une enquête sur les violations du droit international, lors de la guerre civile en Libye ayant abouti au renversement du régime de Mouammar Kadhafi.

« Force est de constater que le non-respect de l’esprit et de la lettre des résolutions 1970 et 1973 du Conseil de sécurité de l’Onu a occasionné de nombreuses victimes en Libye, y compris parmi les civils. Les preuves ne manquent pas, et il est aujourd’hui impossible de les ignorer. On ne doit pas chercher à défendre les droits d’un groupe de personnes tout en bafouant les droits fondamentaux d’autres personnes, en premier lieu leur droit à la vie et au développement », a affirmé Konstantin Dolgov, délégué aux droits de l’homme du ministère russe des Affaires étrangères, cité par l’agence Ria Novosti.

Ainsi, Moscou juge indispensable que la Cour pénale internationale et le Conseil de sécurité de l’Onu engagent une enquête impartiale sur toutes les violations, notamment « des violations des droits de l’homme et des normes humanitaires internationales commises par les parties au conflit libyen, ainsi que par les forces de la coalition », a précisé le diplomate russe.

Ces déclarations du délégué aux droits de l’homme interviennent une semaine après les propos du porte-parole de la diplomatie russe Alexandre Loukachevitch contestant l’avis du secrétaire général de l’Onu Ban Ki-moon sur l’opération de l’Otan en Libye.

D’après M. Loukachevitch, les « affirmations du secrétaire général de l’Onu, selon lesquelles les actions de l’Alliance en Libye étaient strictement conformes à la résolution 1973 du Conseil de sécurité, vont à l’encontre des faits et ne correspondent pas à l’opinion de nombreux pays membres de l’Onu et de son Conseil de sécurité ».

Rappelons que plusieurs organisations de défense des droits de l’homme ont accusé les deux parties en conflit (forces pro-Kadhafi et rebelles) d’avoir commis des abus qui, dans certains cas, constituent des crimes de guerre.

Le 17 mars, la Russie et la Chine se sont abstenues lors de l’adoption de la résolution 1973 autorisant le recours à « tous les moyens nécessaires » pour protéger les populations civiles en Libye, où Mouammar Kadhafi tentait de réprimer par la force une insurrection armée. Depuis, ces deux pays accusent les pays occidentaux d’avoir outrepassé ce mandat.

Source: afriscoop.net

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *