LIBYE ET PIEGE MEDIATIQUE SUR L’ESCLAVAGE DES AFRICAINS (Par Gilbert NKAMTO)

2017 11 22/

LibyeGilbert Nkamto : Un témoin camerounais direct de la prise de la Libye par les islamistes alliés aux occidentaux parle !

Sans toutefois occulter ce qui s’est passé en Libye et qui se passe jusqu’ici à certains endroits du pays au sujet de la pertinente question de l’esclavage, il est clair qu’il faut distinguer les responsabilités de cette tragédie d’une autre époque et les liens qui les impliquent.

Situer les responsabilités au compte du pauvre libyen, c’est nier ou chercher à nier les souffrances de ce peuple, depuis que plus de 44 pays du monde occidental avec en tête de proue la France de Sarkozy, l’Angleterre de Cameron, les Etats-Unis de Obama, l’Italie de Berlusconi et le monde arabe de Cheikh Hamed ben Khalifa al-Thani du Qatar ont jeté, au printemps 2011, leur dévolu criminel sur ce pays, qui était en plain boom infrastructurel, économique et un levier de développement pour l’Afrique et notamment pour les pays de la zone Censad.

DE QUEL ESCLAVAGE PARLONS-NOUS ?
POURQUOI A-T-ON OCCULTE EN 2011 LES ATROCITES INOMMABLES  DE LA LIBYE PAR LES ISLAMISTES ???

Parce que CNN a suscité l’émoi « nègre » ou du moins de la race noire, alors toutes les télévisions du monde avec en prime certains journalistes espions ou journalistes de l’ordre établi, ont décidé de lancer des campagnes contre le supposé « esclavage en Libye » et comme à l’époque de « je suis Charlie », les Africains ont adhéré à la thèse en convoquant des attaques contre les pauvres libyens et contre la souveraineté de la Libye.

A-t-on subitement oublié 2011 ? Des soldats noirs libyens de l’armée nationale, n’étant pas en zone de combat, reclus dans leur base de cantonnement et dans leur caserne, étaient massacrés aux yeux et aux sus du monde entier, traités de mercenaires pro-Kadhafi. Ces media étaient où ? Des ressortissants africains, tabassés, chosifiés par les mêmes geôliers d’aujourd’hui et sous le film des cameras de ces chaines de télévisons, pourquoi n’avaient-elles pas relayé les images pourtant elles les avaient et les ont gardées dans leurs archives…

Les familles libyennes, notamment arabes blanches, parce qu’elles soutenaient le Guide Kadhafi, étaient massacrées, vendues aux enchères par les mêmes geôliers d’aujourd’hui… et filmées par les mêmes cameras…. Pourquoi les images n’ont jamais été rendues public pourtant Aljazeera étaient au premier rang de la communication anti-régime Kadhafi… pour rappel, les filles et mères étaient violées, les seins tranchés à la fin de l’œuvre macabre, les organes amputés tels les reins, le foie et autres pour les réseaux mafieux internationaux de vente d’organes humains, les hommes étaient aussi dépecés, et leur chair était servi aux soldats retenus captifs qui devaient la consommer parfois à l’état frais. Je parle des choses factuelles avec des images encore disponibles sur Youtube. Pourquoi ces « merdias » n’avaient-ils pas fait large propagande ???

Je me souviens de cette humble famille libyenne de Misurata, parce qu’elle était sortie manifestée avec la banderole verte, elle a été stoppée net à un checkpoint tenu par les « twars » c’est-à-dire les rebelles, les parents égorgés devant leurs filles âgées autour de 18 et 16 ans et transportés dans un conteneur au centre de Misurata qui servait de lieu d’abattoir et de dépôt de corps, les jeunes filles avaient servi la nuit tombée, le plat sexuel des amis pro-Otan et du Qatar et après le bon travail de nos amis démocrates Us-Otan, elles ont eu les seins tranchées, les yeux transpercés alors qu’elles étaient encore en vie, et petit à petit elles étaient dépecées jusqu’à ce qu’elles rendent leur dernier souffle. Où étaient CNN et consorts ??? Elles étaient là, elles ont les films dans leurs archives… pourquoi n’avaient-elles pas organisé la propagande contre les atrocités commises par leurs partisans pro-démocrates ???

Le monde s’indigne contre l’esclavage des Africains en Libye et accuse les libyens d’être des esclavagistes ; le faisant, l’occident tente d’occulter ses massacres en Afrique du nord et notamment en Libye avec les séries d’assassinats massifs des Africains et Arabes libyen, marocain, tunisien, algérien, égyptien, syrien, libanais, yéménite, soudanais, érythréen, éthiopien, et subsahariens, qu’il orchestre avec leurs sous-marins positionnés en Méditerranée et en mer libyenne, coulant les canoës, les chaloupes et les bateaux de fortune que ces derniers utilisent pour tenter leur expéditions vers l’eldorado européen.

C’est toujours pour occulter ces massacres d’Africains et Arabes en Libye que l’Otan et l’occident, soucieux de laver leur image ternie avec la déchéance de leur politique internationale en Libye et en Syrie, ont organisé leur propagande autour du sujet de l’émoi du nègre afin de relancer leur campagne d’invasion contre la Libye souveraine qui cherche désespérément à combattre les agents de terreur que sont daesh et ses suppôts des services de renseignement Otan-occident-arabe.

LES LIBYENS A LA CROISEE DES CHEMINS

Entre terreur et esclavage, les Libyens sont pris au piège d’une situation qu’ils n’ont jamais cherché, le « printemps libyen » étant une histoire forgée par l’Otan, la France, l’Angleterre et le Qatar pour assassiner le combattant de la liberté de tous les temps qu’était Mouammar Abou Mnyar Al-Kadhafi. Les Libyens n’avaient jamais protesté contre Kadhafi malgré les images propagandistes orchestrées par les services de renseignement occidentaux et qatari contre la Jamahiriya et son peuple.

Les Libyens sont aujourd’hui esclaves de Daesh et des agents de renseignement Otan-occident-arabe. Prendre les Libyens à partie, en commençant à les victimer dans nos pays en Afrique c’est tomber dans le piège posé par nos geôliers à nous tous, l’Otan-occident et certains pays arabes parmi lesquels le Qatar, l’Arabie Saoudite qui souhaitent à jamais raser la Libye de la carte de l’Afrique. Les Libyens sont pris au piège et sont de notre côté… ils attendent désespérément notre soutien, militaire et humanitaire afin de restaurer l’autorité et l’unité de la Libye.

Dans mon livre achevé depuis 2013 et non encore édité,  « LIBYE 2011 : LE PLAN MACABRE DE LA DESTABILISATION DE KADHAFI », j’y fais un certains nombre de révélations et de témoignages qui restent à nos jours inconnu du public mais connu des agences de renseignement des pays qui veulent raser la Libye de la carte du monde.

En tant que témoin de l’histoire, ayant vécu la crise libyenne jusqu’à la mort du Colonel, ayant été aux affaires en tant que Coordinateur général de la « Fact Finding Commission on the Libyan Crisis » à Tripoli de février jusqu’au mois de septembre 2011,  je suis ce noir à qui la Libye a tout donné en terme de fonction, de prestige et de notoriété sur la scène politique libyenne et continentale. Je les ai eus grâce aux Libyens que l’Otan-occident tente aujourd’hui de traiter d’esclavagistes. J’étais Noir, Camerounais et non Libyen et j’ai accomplis mon séjour sur cette terre sans jamais connaître l’esclavage que le monde connaît des pays des Emirats et du Liban. Comme moi, de milliers d’Africains ont servi en Libye dans de très grandes structures et intutitions sans la moindre discrimination qu’on connaît parfois même dans nos pays d’origine.

Les Libyens sont des gens bien et ils le demeurent. La Libye a été infestée par des terroristes et ses suppôts Otan-occident, pour définitivement détruire le peu qui reste du patrimoine de la Jamahiriya et de Kadhafi.

EN LIBYE, DES LIBYENS SONT NOIRS !

Que ce soit dans la Tripolitaine, à Tripoli, Zuwara, Garyan, Mizda, Waddan, Ghadamis, Syrte, Bani Walid, la population est composite avec les Noirs libyens qui vivaient et qui vivent en parfaite harmonie avec leurs frères et sœurs de couleur blanche ; en Cyrénaïque, Ajdabiya, Al Jaghbub, elJabel Akdar, Tubruk, Derna ont également toute une population composite et où noir et blanc libyen cohabitent pacifiquement, et enfin dans tous le Fezzan, les Libyens noirs sont majoritaires et dominants et vivent en parfaite harmonie avec les Libyens de couleur blanche. De quel esclavage est-ce qu’on parle en Libye ? Si c’est la problématique du « noir africain » qui semble préoccupante et occupe les présidences en Afrique et en occident, ne s’agirait-il pas là d’une mystification de l’enjeu réel de l’esclavage ? Le problème pour moi est ailleurs. L’esclavage étant réel et encore vivace aussi bien dans nos pays africains, aux USA, en Europe, en Asie. Il faut donc attaquer ce fléau où ca fait mal.

Que ce soit les Libyens noirs ou blancs, ils sont tous aujourd’hui esclaves de certains groupes d’individus affiliés aux réseaux terroristes qui font la pluie et le beau temps sur la  terre du « no man’s land », où aucun pouvoir n’existe et où chacun fait ce qu’il veut et dont les seuls qui dirigent sont l’alliance daesh-état français, britannique, qatari et Us.

Pour mémoire, Tawargha, petite ville entièrement peuplée de Libyens noirs, autour de 50.000 habitants jusqu’en 2011, située à quelques 40km de Misurata en remontant vers Syrte, fut entièrement rasée par les pro-démocrates Otan-occident-arabes au lendemain de la prise totale de la Tripolitaine par les « twars » français, qatari, britannique et US tout simplement parce qu’elle avait soutenu jusqu’à la dernière minute, Kadhafi et la Jamahiriya. Ces noirs ont été faits prisonniers, transformés en esclaves des pro-démocrates et personne, aucun media encore moins la communauté sous-titrée internationale, n’a eu l’audace de décrier le massacre contre les Noirs libyens. Les Tawargha étaient massacrés, fusillés à bout portant, enterrés dans de fosses communes, forcés à s’exiler dans d’autres villes de la Libye et où ils sont traités en esclaves par les pro-démocrates libyens revenus d’exile. Présidents africains, ne sont-ils pas noirs comme vous ? Qu’aviez-vous fait ?

Vous êtes allés cupidement au siège de l’Union africaine en 2011, annoncer votre adhésion au gouvernement pro-démocratique de la communauté internationale en Libye en méconnaissance des bienfaits et des prouesses que Kadhafi avaient réalisés pour vous et votre peuple, que vous dirigez en mains de maitres d’esclaves. Vous vous indignez aujourd’hui contre l’esclave en Libye ? Avez-vous reconnu votre erreur de jugement qui vous avait poussé à jeter la Libye en pâture, Kadhafi avec ???

CE QU’IL Y A LIEU DE FAIRE !?

Il est urgent, au lieu de courir derrière les émotions trompe-œil, attaquer le problème libyen dans son fond. Il est urgent de secourir le peuple libyen utile en exil et celui resté sur place sur le plan réellement humanitaire et envahir militairement la Libye par une alliance militaire russo-chino-africaine pour libérer le pays de la peste que constitue daesh et ses parrains Otan-occident-arabe.

Si la Russie et la Chine se sont engagées militairement en Syrie sur la demande du Président Assad, il n’est pas impossible que l’Union africaine les appelle au secours d’autant plus qu’en Libye, il n’y a aucune autorité réelle qui peut appeler à l’aide de façon à ne pas offusquer d’autres camps à l’intérieur de la Libye. L’autorité de l’Afrique est engagée et c’est là où on attend les Africains.

Le folklore des marches est une illusion car elle ne change pas la donne sur le terrain. Il faut aller à l’action…

LE RAPATRIEMENT DES AFRICAINS

L’initiative est certes louable mais elle ne manque pas ses nombreux critiques. Le cas libyen n’est pas exceptionnel que les cas d’esclavage qui se produisent au Liban, dans les Emirats Arabes Unis notamment à Dubaï, en Arabie Saoudite où les Africains sont vendus moins chers que la peau de banane.

Partis explorer l’eldorado dans le monde arabe, ces Africains une fois sur place, découvrent macabrement que l’esclavage existe encore au  21ème siècle. Ils font toujours appel à leur pays d’origine qui reste insensible à leur situation d’esclavagisme.

Il y a plus de six mois en Algérie surtout, que les Africains sont pourchassés et interdits de prendre le même moyen de transport que les Algériens. Malgré les campagnes de dénonciation sur les réseaux sociaux, aucune propagande audiovisuelle, aucune réaction officielle d’une chancellerie africaine n’a fait l’objet d’interpellation des autorités algériennes. Les Africains en Algérie sont arrêtés, chosifiés et déportés dans le désert du Niger, considéré comme le dépotoir des nègres. Ce fut le cas aussi avec le Maroc, en Tunisie c’est tous les jours que les autorités tunisiennes déportent les Africains vers le territoire libyen.

Un nouvel esprit doit voir le jour en Afrique, particulièrement en Afrique subsaharienne. Ca suffit cette tragédie sur les peuples africains quels qu’ils soient, arabes, berbères, sahraouies, soudano-bantou, etc. Ca suffit cette barbarie sur l’Afrique.

Nous devons être un nouveau type de leaders avec un nouveau type de leadership qui passe à l’action et qui ne court pas derrière l’émotion pour s’attaquer aux réels enjeux et défis de l’heure.

Par Gilbert NKAMTO,
Cadre MCR bureau central (2002-2011), Tripoli-Libye.
SG Panafricom (Douala-Cameroun).
________________________

http://www.elac-committees.org/
https://www.facebook.com/elac.committees/
https://www.facebook.com/ALAC.org/

* ELAC WEBSITE :
http://www.elac-committees.org/
For Direct Democracy and Libyan Jamahiriya ! /
Le Réseau de Résistance pour la Démocratie Directe et la Jamahiriya libyenne ! /
СЕТЬ СОПРОТИВЛЕНИЙ ДЖАМАХИРИИ – За Прямую Демократию и Ливийскую Джамахирию!

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *