Les Grecs souffrent pour payer la Troïka et son système d’usure

Avec une économie qui s’est contractée durant 5 longues années et un taux de chômage record de 25%, les habitants du nord de la Grèce n’ont pas les moyens de chauffer leurs maisons. Des villages n’ont pas reçu de subvention de l’Etat pour chauffer les écoles et plusieurs maires ont annoncé qu’ils allaient fermer les écoles plutôt que de voir les enfants greloter.

De nombreuses personnes âgées se regroupent dans un centre afin de profiter d’un chauffage commun.

Voilà la conséquence des mesures d’austérité avec l’hiver en Grèce. Le prix du mazout a grimpé de 48 pour cent sur ​​un an, selon l’International Energy Agency, une organisation basée à Paris. Ce qui renchérit considérablement le coût, c’est la taxe qui peut représenter jusqu’à 42 pour cent du coût total ! Les gens abandonnent le fioul pour le bois, mais là aussi les prix grimpent et les importations se font de Bulgarie.

Le plus grave, ce sont les commentaires selon lesquels les gens n’ont pas assez d’argent pour acheter du pain. Les boulangeries ferment par manque de clients. Les pauvres gens font les poubelles. Les personnes âgées qui ont vécu les affres de la Seconde Guerre mondiale disent que si cela continue il faudra vendre les meubles pour avoir de quoi survivre.

Source:liesi

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *