Le Texas prêt à faire sécession pour en finir avec Obama

Plus de 100.000 Américains souhaitent que leur État quitte la Fédération américaine sur le site de la Maison-Blanche qui recueille les pétitions.

Les signatures affluent depuis la réélection de Barack Obama. Des citoyens américains demandent dans des pétitions que leur État quitte la Fédération américaine. Le mouvement touche une vingtaine d’États, majoritairement du Sud et favorables aux républicains. C’est le Texas qui mène la danse. Dans cet État où Mitt Romney a largement devancé Barack Obama à la dernière présidentielle, le seuil des 25.000 signataires, à partir duquel la Maison-Blanche s’était engagée à apporter une réponse publique, a été pulvérisé.

Le piège semble se refermer sur l’Administration Obama qui était fière de fournir un outil moderne au droit de pétition, sacré en Amérique. Le nom du site lancé par la Maison-Blanche où sont recueillies les pétitions s’appelle We the People (Nous, peuple des États-Unis), en référence aux premiers mots du préambule de la Constitution des États-Unis. «Nous avons créé ce site parce que nous voulons vous entendre», se vantait alors la Maison-Blanche, en promettant l’étude des propositions par ses experts et des réponses circonstanciées.

Le souvenir de la guerre de Sécession

Mercredi, la Maison-Blanche n’avait toujours pas répondu à cette fronde pétitionnaire qui ravive le souvenir de la guerre de Sécession déclenchée, en 1860, par des États du Sud refusant de suivre le chemin de l’Union tracé par le Nord et Abraham Lincoln, nouvellement élu à la présidence. Abraham Lincoln était républicain. Le Sud était à l’époque démocrate. Barack Obama est démocrate et le Sud est aujourd’hui républicain. Ce qui ne change pas, c’est la radicalité de la contestation dans le Sud, où on en vient rapidement à affirmer son indépendance face à un président du Nord honni.

Juridiquement, la question est ardue, mais il semble difficile pour un État de quitter l’Union. Politiquement, le bras de fer vient juste d’être engagé. Sur le site We the People, il y a aussi une pétition pour maintenir tous les États dans la Fédération des États-Unis, une pour obliger tout État séparatiste à d’abord rembourser ses dettes à Washington avant de quitter l’Union, une pour retirer sa citoyenneté à quiconque voudrait quitter l’Union, une pour déporter tout pétitionnaire favorable à la sécession de son État.

Les autres pétitions mises en ligne par la Maison-Blanche sur son site We the People militent pour la libéralisation de la marijuana ou le retrait de la mention «In God We Trust» (En Dieu nous croyons) sur les billets de banque, pour que l’université de l’Illinois reprenne son Indien Illiniwek comme mascotte ou pour que l’élection présidentielle se tienne un jour férié…

Par Thierry Portes 

Source: lefigaro

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *