Le Premier ministre Li Keqiang réfute le soi-disant « néo-colonialisme chinois en Afrique

Li KeqiangLe soi-disant « néo-colonialisme chinois en Afrique » est une fausse accusation qui ne correspond ni aux traditions et cultures chinoises, ni à la réalité de la coopération amicale, de l’égalité et du bénéfice mutuel entre la Chine et l’Afrique, a affirmé le Premier ministre chinois Li Keqiang dans un communiqué de presse publié dimanche.

Li effectuera des visites officielles en Ethiopie, au Nigeria, en Angola et au Kenya du 4 au 11 mai. Il s’agit de sa première visite en Afrique depuis sa prise de fonctions en 2013.

La Chine et de nombreux pays africains ont souffert dans le passé d’agressions de l’étranger et de l’occupation coloniale ou semi coloniale. « Ne fais pas à autrui ce que tu ne voudrais pas que l’on te fasse ». Voilà un concept traditionnel plusieurs fois millénaire de la Chine et un élément majeur de sa civilisation, a indiqué M. Li, lors d’une interview conjointe accordée aux médias africains.

De nombreux dirigeants africains ont fait savoir publiquement que l’Afrique, qui avait subi le colonialisme, savait bien ce que ce mot signifiait et que les pays africains ne se laisseraient jamais induire en erreur par une telle allégation, a-t-il rappelé.

« Je peux affirmer solennellement aux amis africains que la Chine ne s’engagera jamais sur le vieux chemin du colonialisme emprunté par d’autres pays et qu’elle ne permettra jamais aux agissements colonialistes du passé de se reproduire en Afrique », a-t-il confié.

La Chine entend rester toujours une amie fiable et une partenaire fidèle des peuples africains et contribuer activement à la construction d’un beau continent africain, a-t-il souligné.

La Chine et les pays africains sont de bons frères et de bons partenaires travaillant dans la solidarité pour le développement commun. Dans sa coopération avec l’Afrique, la Chine s’en tient toujours aux principes d’égalité, de bénéfice réciproque, de pragmatisme, d’efficacité, de sincérité et de respect des engagements, et à ne pas assortir ses aides à l’Afrique de conditions politiques, a assuré M. Li, ajoutant que la Chine était restée fidèle à ces principes depuis des dizaines d’années sans jamais s’en écarter.

La coopération sino-africaine a contribué activement au développement de l’Afrique, notamment dans le domaine du progrès social et du bien-être de la population, l’objectif étant d’améliorer l’environnement de l’investissement sur le continent et la vie des Africains, a poursuivi M. Li.

Selon lui, de nombreux projets d’infrastructures réalisés avec l’assistance chinoise, comme des écoles, des hôpitaux, des stades et des systèmes d’approvisionnement en eau et en électricité, ont facilité le travail et la vie des populations.

Pour alléger le fardeau des pays africains dans leur marche en avant, fin 2013, la Chine avait annulé au total 20 milliards de yuans RMB de dettes en leur faveur.

Pour renforcer les capacités d’auto développement des pays africains, la Chine a également travaillé énergiquement à promouvoir la coopération industrielle et financière avec eux pour les aider à mettre en place des systèmes indépendants, complets et modernes d’industries manufacturières et d’agriculture, afin de consolider sans cesse la base de la coopération sino-africaine, a expliqué M. Li.

« Cette coopération, mutuellement bénéfique et gagnant-gagnant, offre des opportunités à la Chine et à l’Afrique », a assuré le Premier ministre chinois.

Xinhua

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *