“LE COUP MONTE”: LA FRAUDE ELECTORALE EN FRANCE

Luc MICHEL for EODE Think Tank /
Avec EODE-Books – Plon / 2013 07 19 /

LM - EODE TT le coup monté (2013 07 19) FRJ’évoquais récemment – à propos du livre BROKEN BALLOTS (article publié uniquement en Anglais) – la fraude électorale aux USA (1).
Un autre livre – LE COUP MONTE de Carole BARJON et Bruno JEUDY (Ed. Plon) – donne un coup de projecteur sur la fraude électorale en France.

Dans ce livre, les journalistes Bruno Jeudy (Le Journal du dimanche) et Carole Barjon (Le Nouvel Observateur) affirment, en s’appuyant sur les propos d’un haut responsable de l’UMP, que Jean-François Copé a ourdi un « coup monté » pour remporter l’élection à la tête du parti face à François Fillon en novembre dernier.

LE COUP MONTE – qui est aussi une plongée dans les mœurs sans piété de la classe politique française – donne un aperçu de ces manipulations au travers d’une élection intra parti, celle du président de l’UMP, le grand parti de la droite post-sarkozyste. Mais cet aperçu a valeur d’exemple pour tous les processus électoraux en France et ailleurs dans l’UE.

Ces politiciens français si prompt à donner des leçons au monde – voir particulièrement leurs propos sur la Russie de Poutine -, sont eux aussi des spécialistes des manipulations électorales.

– En amont avec les sondages orientés, la monopolisation des médias au service des partis du système et des fausses « alternatives » (comme le FN), la conformisation des esprits, les découpages de la géographie électorale.
– Pendant avec les techniques de fraude directe (bourrage des urnes, manipulation des listes électorales, vote électronique trafiqué …).
– En aval avec la manipulation des opérations de dépouillement et des résultats et d’autres techniques de fraude post-électorale.

LE COUP MONTE. OU COMMENT NICOLAS SARKOZY ET JEAN-FRANÇOIS COPE ONT ROULE FRANÇOIS FILLON …

« L’élection ratée d’un président de l’UMP restera dans les annales de l’histoire électorale. Durant trente jours, les Français médusés ont assisté en direct à un combat, un pugilat d’une rare violence. Au-delà d’un simple duel à mort entre François Fillon et Jean-François Copé, ce sont les déchirements de la droite française depuis cinquante ans qui sont remontés à la surface », explique l’éditeur.

Et on plonge très vite dans ces techniques de fraude électorale et post électorale, qui sont le plus souvent passées sous silence par politologues et médias. Car, ici, les auteurs posent les bonnes questions :

– Qui a fait disparaître les résultats de trois départements ?
– « Erreur matérielle » ou soustraction délibérée ?
– Simple « oubli » ou manipulation ?
– « Coup monté », comme l’affirme dans ce livre le désormais célèbre doyen Gélard (Patrice Gélard, ex-président de la Commission de contrôle des opérations électorales de l’UMP, la Cocoe) ?
– Copé a-t-il volé la victoire de Fillon ?

Suivent encore alors d’autres questions :
– Au-delà, quel a été le rôle en coulisses de Nicolas Sarkozy ?
– Quelle a été la part de l’ancien président de la République, qui rêve de retour, dans ce fiasco ?
– Et celle de son conseiller Patrick Buisson ? (2)
– Fillon a-t-il été naïf ? Ou présomptueux ?

Au terme d’une enquête auprès des cinquante acteurs de cette crise, c’est à toutes ces questions que les auteurs de ce livre ont tenté de répondre.

Au détour d’une interview sur Europe 1, François Fillon avait glissé une petite phrase sur le « coup monté » qui aurait permis à Jean-François Copé de conquérir la présidence de l’UMP. Thèse que partagent ces deux journalistes dans LE COUP MONTE, qui soutient que Jean-François Copé est arrivé à la tête de l’UMP par un « coup monté ». « Il n’y a rien de nouveau, c’est ce que j’ai toujours dit », a ensuite confirmé François Fillon.

UN SCRUTIN MANIPULE

« Le résultat de cette élection a été inversé dans des conditions inacceptables », affirme Fillon. Dans cet ouvrage, les auteurs décrivent comment Jean-François Copé a manipulé le scrutin. Confirmant l’avis de François Fillon sur Europe 1 : « Le résultat de cette élection me donnait une très courte victoire. Il a été inversé dans des conditions inacceptables, c’est pour ça que j’ai déclenché la crise qui a eu lieu à l’UMP ».

Patrice Gélard, ex-président de la Cocoe, lui dément. Evidemment.
Gélard nie avoir évoqué un « coup monté ». Ce dernier, qui accuse dans ce livre Jean-François Copé d’avoir ourdi « un coup monté », a formellement démenti cette déclaration après sa parution. Ses « paroles ont été déformées par les journalistes », selon deux de ses proches. Bruno Jeudy et Carole Barjon maintiennent leur version des faits. Selon eux, il se serait dit convaincu que l’affaire des trois fédérations oubliées était « une manipulation » qui « a été montée » de toutes pièces, lors d’un entretien début janvier. « On ne m’enlèvera pas de l’idée que c’est un coup monté », aurait-il alors affirmé.

« Seuls, la justice, si un militant quelconque de l’UMP décidait de la saisir, ou bien le remords tardif de l’individu responsable de ce que M. Copé appelle ‘une erreur matérielle’ pourraient faire la lumière complète sur cette affaire », concluent les auteurs du livre.

« En face », le député Eduardo Rihan Cypel, un des porte-parole du PS, avait saisi la balle au bond. Et allumé un contre-feu. Pour lui, « les critiques caricaturales et surjouées de l’UMP ces derniers jours n’ont qu’un objectif : masquer les révélations sur la tricherie organisée à l’UMP lors du vote interne pour la présidence du parti ».

« DES DETAILS EFFRAYANTS SUR LA SOIREE DU 18 NOVEMBRE »

« Le psychodrame de l’hiver dernier a pourtant de quoi inquiéter les militants sur le fonctionnement de leur parti. Magouilles, manipulations des procès-verbaux, réveils au beau milieu de la nuit, menaces… Tout y passe », commente le Hufftington Post.

« Outre l’omniprésence de Patrick Buisson, mentor sulfureux de la « droite décomplexée », et l’intervention permanente de Nicolas Sarkozy, qui jette de l’huile sur le feu », les auteurs révèlent que Patrice Gélard, sénateur UMP et président de la tristement célèbre Cocoe, chargée de récolter les résultats des fédérations, « ne se fait pas d’illusion sur ce qui s’est déroulé ce fameux soir ».

« On ne m’enlèvera pas de l’idée que c’est un coup monté », aurait-il déclaré, désignant deux responsables proches de Jean-François Copé: Jérôme Lavrilleux et Eric Césari. « J’aurais dû additionner moi-même les voix des Français de l’étranger et celles des fédérations d’outre-mer (…) Je n’ai jamais eu le listing complet avec la totalité des fédérations », se plaint-il encore dans le livre. « J’en ai marre d’être le bouc émissaire de quelque chose qui m’a échappé. J’ai été enfumé », dit-il. Patrice Gélard a démenti ensuite cette version des faits, mais elle est partagée par la quasi-totalité des fillonistes.

La suite au prochain épisode. En septembre ? Où pourrait se dérouler le second round …

Luc MICHEL

https://www.facebook.com/EODE.Think.Tank

http://www.eode.org/eode-think-tank-elections-monitoring-le-coup-monte-la-fraude-electorale-en-france/

__________________________

Le coup monté
Carole BARJON — Bruno JEUDY
Ed. Plon

Carole Barjon est rédactrice en chef adjointe au Nouvel Observateur.
Bruno Jeudy est rédacteur en chef au Journal du Dimanche.

Date de parution : 28 Mars 2013
Nombre de pages : 216
ISBN : 2-259-22129-7

http://www.plon.fr/ficheLivre.php?livre=9782259221290

___________________________

(1) Luc MICHEL, EODE THINK TANK / ELECTIONS MONITORING / “BROKEN BALLOTS”: ELECTORAL FRAUD IN THE USA
sur eode.org/eode-think-tank-elections-monitoring-broken-ballots-electoral-fraud-in-the-usa

(2) sur Patrick Buisson – le Karl Rove de Sarkozy -, lire :
Luc MICHEL, LE NEOCONSERVATISME A LA FRANÇAISE : LA LEPENISATION DE LA DROITE POST-SARKOZYSTE !
Sur

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *