La véritable menace pour le Moyen-Orient est la vente d’armes vendues par l’occident

L’Occident insiste toujours sur ses politiques anti-iraniennes.

Le président français en a, de nouveau, fait la preuve, lors de sa visite, en Arabie saoudite, lorsqu’il a prétendu que le programme nucléaire iranien menace la paix et la sécurité du monde, rappelant que Paris et Riyad sont unanimes, sur l’intensification des sanctions contre l’Iran, pour ce qu’ils ont considéré comme impératif d' »empêcher les progrès de l’Iran », dans son programme nucléaire. N’oublions pas qu’en avançant l’idée de la menace représentée par l’Iran et son programme nucléaire, les Occidentaux poursuivent, en effet, des objectifs particuliers: l’Iran est une menace, pour la région, il incombe, donc, aux pays de la zone de se tenir sur leur garde, entre autres, en s’équipant d’armes, pour faire face à cette prétendue menace iranienne.

Et à qui profite cette politique divisionniste? Aux usines d’armement, qui peuvent, facilement, vendre leurs armes et équipements militaires. Au moment même où le Président français, François Hollande, discutait avec le roi d’Arabie saoudite de l’essor des relations, dans tous les domaines, y compris, militaire, le Premier ministre britannique, David Cameron, entamait sa tournée régionale, qui doit le conduire, dans les pays arabes du bassin du golfe Persique et au Moyen-Orient. A l’ordre du jour de cette tournée, figure l’achat des chasseurs du BAE Systems, comme l’a annoncé le bureau de David Cameron, qui fait escale, lundi, aux Emirats arabes unis, et, mardi, en Arabie saoudite, avant de se rendre, dans d’autres contrées du Moyen-Orient.

Ce sont, en effet, des visites qui s’effectuent, comme l’estiment les analystes, dans le cadre du plan de sauvetage économique de l’Europe. Le Premier ministre entend proposer aux E.A.U les chasseurs « Typhoon », dont ils espèrent vendre, environ, 60 unités, selon les dires du bureau du Premier ministre et les responsables de la compagnie BAE Systems. Quant à l’Arabie saoudite, qui a signé, en 2007, avec cette plus grande compagnie de fabrication d’armes et d’armements au monde, un contrat d’achat de 72 chasseurs de ce type, elle entend conclure un autre contrat. Riyad a, déjà, reçu 24 des 72 chasseurs demandés. Il est vrai qu’une rivalité se constate entre les fabricants d’armes, telle qu’avec la compagnie française Dassault, qui cherche à vendre ses chasseurs « Rafale » aux Emirats arabes unis et aux autres pays arabes de la région, en raison, notamment, des graves problèmes économiques apparus en Europe. La vente de plus d’une centaine de chasseurs aux pays arabes assure, directement, plus de 6 milliards de dollars de revenus aux compagnies britanniques.

Il est, donc, tout à fait naturel que la France cherche à obtenir sa part du gâteau, dans ces pays, via la vente d’armes et le ratissage des milliards de pétrodollars, tout comme ce qu’a toujours fait la Maison Blanche. La politique d’Iranophobie de l’Occident incite les dirigeants arabes à tomber, volontairement, dans le piège des compagnies de fabrication d’armes, mettant, ainsi, en danger les intérêts nationaux de leurs pays. Quoi qu’il en soit, la politique divisionniste occidentale a transformé la région en un entrepôt d’armes et de munitions, autrement dit, en une véritable poudrière,  et c’est là que se trouve la véritable menace pour la région et ses pays et que les chefs d’Etat inféodés semblent, malheureusement, ignorer.

 

Source: french.irib

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *