« La république mourra dans l’opprobre »… que voyons-nous ?

L’abbé Souffrant (1755-1828), saint curé de Maumusson, en Bretagne, qui a vécu les affres de la révolution maçonniques de 1789 pour instaurer la liberté, l’égalité et la fraternité, prophétisait pour notre époque :

« L’Année des deux printemps, la République mourra dans l’opprobre général. »

« Le Gouvernement étant à la merci des puissances étrangères, l’intérieur de la France se révoltera. La crise civile sera dirigée surtout contre la religion. »

Que voyons-nous aujourd’hui ?

Les politiciens actuels vomissent sur le cas d’un acteur célèbre qui fait ce que font des centaines et des centaines de Français en ce moment : ils quittent la France rose qui va virer au rouge. Ce que ne savent pas tous ces exilés, est que les autres provinces européennes finiront, elles aussi, au rouge.

En tout cas, les scandales qui pleuvent nous situent dans le cadre de la prophétie de l’abbé Souffrant.

Message de Mediapart – Face aux démentis répétés du ministre du budget, Mediapart est en mesure de révéler de nouvelles informations qui montrent que Jérôme Cahuzac n’a pas dit la vérité aux plus hautes instances de l’Etat – Elysée et Matignon -, ainsi qu’à la représentation nationale :

Mediapart révèle l’identité du détenteur de l’enregistrement dans lequel Jérôme Cahuzac parlait fin 2000 de son compte en Suisse.

Dans des mails consultés par Mediapart, Jerôme Cahuzac ne dément pas l’authenticité de l’enregistrement.

Des vérifications fiscales approfondies sont en cours sur le patrimoine du ministre. Ses déclarations d’ISF laissent apparaître de nombreuses anomalies.
Après ? Quand les scandales pleuvront au quotidien, alors la guerre civile devrait poindre, mais cela n’adviendra qu’après l’explosion du Moyen-Orient. [Voir le début de cette analyse dans le numéro 268.]

En attendant, l’establishment mondialiste fera tout pour instaurer son changement sur les cendres de notre monde dont la crise est pour le moment très bien orchestrée. Les tenants du système ont encore besoin de politiciens serviles. C’est sans doute pourquoi certains politiques, qui ne sont pas meilleurs que les autres, ne sont pas ennuyés. On pense à Nicolas Sarkozy et à bien d’autres. Sont-ils programmés pour la perestroïka du système capitaliste ?

Honte à ces démocraties qui ne respectent plus l’innocence des enfants et glisse vers le culte officiel du Prince de ce monde

Deux fois par an, le jour des solstices, l’« International Boys Love Day » (IBLD) célèbre les relations sexuelles entre adultes et enfants, prétendument consentants, en vue de promouvoir la reconnaissance de ces relations ! Vous ne rêvez pas, vous pouvez vérifier la véracité de cette information en cliquant sur le site de cette association, créée en juin 1998 par une poignée de pédophiles. Au nom de la sacro-sainte « liberté » ils revendiquent le droit d’exprimer leurs opinions politiques, sexuelles et idéologiques. Et, pourquoi pas ?… A quel titre pourrait-on le leur refuser ?… Ils le savent, d’ailleurs, puisque, le 30 mai 2006, ils ont créé un nouveau parti politique enregistré auprès des autorités néerlandaises : le « Charity Freedom and Diversity Party ». Ils se réclament de la liberté de penser et d’expression garantie par la Constitution. C’est le triomphe du Libéralisme et de la Franc-maçonnerie !… Ce parti affirme que ses membres comptent des hommes politiques hollandais importants, des chefs d’entreprise, des pères de famille, des instituteurs… des prêtres, et d’une façon générale « tous types d’hommes libres qui ont choisi d’exprimer leur sexualité et leur vie érotique à travers des relations libres avec des petits garçons et des petites filles ». Bientôt, ils vont probablement défiler dans la rue pour faire valoir leurs « droits » ! Si la fin du monde ne s’est pas produite le 21 décembre, les châtiments, eux, ne sont certainement plus très loin. La bonté et la patience de Dieu ont des limites !… Elles sont largement dépassées.

Extrait du Courrier de Tychique

Source:liesi

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *