La politique est la servante du marché

Aujourd’hui, la politique n’est qu’un monde d’affaires. Elle est la servante du marché.

La mécanique est simple : elle n’est qu’un rapport d’intérêts. Elle se reproduit et s’accroit en fonction de valeurs financières. Ces dernières s’enfouissent sous des modalités politiques plus à même d’abuser le citoyen latent que de superviser ses appétits exponentiels. Ainsi ces protocoles offrent un semblant d’éthique là où il n’y a que volonté de persévérer pour se maximaliser.

On parle même de main invisible, de marché auto-régulé afin, justement, d’éviter de regarder l’origine d’une crise qui semble dès lors inexorable.

L’argent est roi ; il peut tout, il est le nerf de la vie. Si l’on veut subsister l’on doit se pendre à ses tentacules. Tous les pouvoirs sont animés par elles. Sans capital nous ne sommes que fantômes. Les peuples sans guerre n’ont pas eu d’Histoire, ceux sans argent n’ont pas d’existence.

Avoir c’est être, mais être c’est surtout subir ceux qui ont.

La culture du profit, le désir de richesse et la folie consommatrice caractérisent les malades d’un marché qui n’ambitionnent que sa bonne santé. Une bonne santé qui ne peut que prospérer par la contagion de tous.

Les institutions financières organisent le pillage et le bénéfice des richesses du monde entier avec la bénédiction des gouvernants qui abusent de ces extorsions pour densifier leurs pouvoirs. C’est ainsi qu’ils légalisent le vol des ressources étrangères. C’est ainsi qu’ils taxent ceux qui ont moins mais qui peuvent quand même donner. C’est ainsi qu’ils socialisent les pertes des banques spéculatives. C’est ainsi qu’ils ménagent l’inégalité car… sans ces disparités l’argent n’aurait aucune raison d’être.

La pauvreté est la condition de possibilité de la richesse. C’est pourquoi l’argent aime la misère. Il l’agence pour que les plus démunis paient le capital qu’exploitent nos pythagoriques ploutocrates.

Cédric Bernelas

Source:diktacratie.com

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *