La Haye – Les femmes patriotes devant le parlement, division chez les pro-Gbagbo…

La Haye – Par Gbansé Douadé Alexis

Après le palais Royal hier samedi à Amsterdam [capitale officielle], les Femmes Patriotes pour Gbagbo ont remis le couvert ce dimanche, en organisant un nouveau Sit-in devant le parlement à La Haye [capitale politique]. Le message et les slogans sont restés les mêmes. A savoir, dénoncer le complot de l’occident et de l’ONU contre Laurent Gbagbo « arbitrairement et illégalement détenu en prison pendant que des dozos tueurs se pavanent librement en Côte-d’Ivoire ».  Au groupe initial hier samedi à Amsterdam, évalué à une centaine de manifestantes, est venu s’ajouter ce dimanche le noyau dur des résistants et démocrates Ivoiriens résidents au Pays-Bas. Ce, en prélude à la 3e manifestation de demain lundi 13 août, prévue à La Haye et qui enregistrera la présence du CPAD.

Que faire de Gbagbo ?

Laurent Gbagbo, devait initialement se présenter ce lundi 13 août devant les juges de la Cour pénale internationale (CPI). Une audience de confirmation ou de non-confirmation des charges contre l’ex président de la Côte-d’Ivoire, à nouveau reportée par la CPI. Au Pays-Bas, dans les milieux politiques et journalistiques, il se murmure de plus en plus que la CPI chercherait une formule pour se « débarrasser » de Laurent Gbagbo, car incapable pour des raisons politiques de lancer des poursuites contre les pontes du clan Ouattara, sur lesquels pèsent de graves soupçons de violations massives des droits de l’homme en Côte-d’Ivoire. « La libération de Gbagbo ne serait pas aussi mauvaise pour la réconciliation dans votre pays. Après tout, il est l’homme politique le plus populaire de la Côte-d’Ivoire au regard des résultats du premier tour de la présidentielle de 2010. La Hollande je te le confie, commence par être fatiguée des manifestations incessantes des militants de son parti, mais le gouvernement hollandais constate aussi que le régime de Ouattara n’est pas aussi différent de celui de Gbagbo. Avec tous les derniers meurtres parmi ses propres militaires [Ouattara], les prisonniers politiques pro-Gbagbo, les dozos, il devient difficile pour les occidentaux de maintenir leur soutien aveugle à des criminels », a notamment affirmé un journaliste Néerlandais, spécialiste de l’Afrique noire francophone dans un Français au dessus de la moyenne.

Rififi dans les mouvements de la résistance

Le site Connectionivoirienne.net présent à Amsterdam et à La Haye durant ce weekend, a pu constater quelques bruits de dissensions entre les divers mouvements se réclamant de Laurent Gbagbo: les Femmes Patriotes de Topo Léontine [photo à la Une], le CPAD, le mouvement d’Abel Naky, celui de Willy Blah, la diaspora Cojep avec Zap Krasso, le FPI de Brigitte Kuyo etc etc…Des propos acerbes ont notamment été tenus contre certains responsables desdits mouvements « incapables de donner du contenu réel à leurs multitudes de mouvements et aussi pas capables de s’entendre sur une plate-forme commune de Lutte, pour des questions d’égos ou d’agenda personnel de promotion. C’est l’argent qui semble intéresser certains, d’autres veulent juste se faire remarquer ou se faire connaitre, se rendre importants. Bientôt nous allons parler et dire certaines choses. Trop c’est trop ! Après deux ans de lutte, il faut songer à mettre une organisation plus costaud en place, avec des objectifs politiques dépassant la personne de Laurent Gbagbo. Il fait temps de penser à la Côte-d’Ivoire, comme Nation. La libération de Gbagbo est l’un des objectifs mais pas le seul objectif, même si sa personne mobilise et rapporterait de l’argent à certains ». Des propos tenus par un participant au Sit-in de ce dimanche. Avant de soupçonner certains groupes se réclamant pro-Gbagbo à Paris d’être des taupes, des infiltrés du régime Ouattara. « Comment eux, ils trouvent tous ces grands moyens…? Bientôt nous allons les nommer. Ouattara leur donne de l’argent «  a conlu le même manifestant.

La Haye – Connectionivoirienne.net par Gbansé Douadé Alexis

Source:connectionivoirienne.net

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *