La Corée du Nord, la Chine, et le bouclier antimissile américain

L’Asie se trouve à nouveau au seuil d’une nouvelle « crise antimissile ». Il y a quelques jours, l’armée sud-coréenne a annoncé la création d’un missile balistique capable de détruire les systèmes d’artillerie nord-coréens qui se trouvent dans des bunkers sur le territoire de ce pays. Pyongyang a déclaré en réponse que le déploiement au Japon du nouveau système de radar américain poussera la Corée du Nord à élaborer une arme nucléaire plus puissante.

Le chef du Pentagone Leon Panetta s’est mis d’accord sur le déploiement du deuxième radar américain au Japon lors de sa récente visite à Tokyo. C’est contre le Japon que seront dirigés les premiers missiles nord-coréens en cas de conflit dans la région, prévient le ministère de la Défense américain et c’est sous ce prétexte que le deuxième radar sera déployé.

La réaction de Pyongyang est tout à fait prévisible. Le ministère nord-coréen des Affaires étrangères a affirmé que les Etats-Unis, la plus grande puissance nucléaire, sont en train d’augmenter leur potentiel d’armement visant la RDPC. Il est donc normal pour la Corée du Nord d’élargir ses capacités nucléaires en réponse à ces mesures.

Le chef du Pentagone a présenté le deuxième radar américain au Japon avant son départ pour Pékin. Le choix du lieu de déploiement et de la date témoigne clairement de l’intention des Etats-Unis de faire à nouveau pression sur la Chine. Pékin a été fortement contrarié par le premier radar, et ce deuxième radar américain est également déployé non loin de l’Empire du Milieu. Leon Panetta a cependant affirmé que le bouclier antimissile américain n’est pas dirigé contre la Chine. Selon le directeur adjoint de l’Institut des Etats-Unis et du Canada Pavel Zolotarev, ses affirmations ne correspondent pas à la réalité.

« Les Etats-Unis sont très préoccupés par l’augmentation du potentiel militaire de la Chine, car il pourrait limiter la projection de la puissance américaine dans la région. Et cette projection est principalement limitée par les missiles chinois. C’est pourquoi les Américains mettent l’accent sur le développement d’un bouclier antimissile régional qui viserait à neutraliser le potentiel de la Chine. C’est l’objectif principal de ce bouclier antimissile ».

Se basant sur son potentiel économique croissant, la Chine cherche à obtenir la parité militaire avec les Etats-Unis en Asie. Sans cela, ses prétentions au rôle de deuxième superpuissance ne seront pas convaincantes. Mais les Etats-Unis ne se feront jamais à la perte de leur suprématie stratégique sur la Chine. Pour se protéger dans cette course à la suprématie, ils sont en train de construire ce bouclier qui longe les frontières chinoises. Le Pentagone a déjà déployé une partie des missiles et des radars à Bahreïn, au Koweït, en Arabie saoudite et aux Émirats arabes unis. Le front de l’Est de ce système doit reposer sur des bases américaines au Japon et en Corée du Sud.

Les Philippines et l’Australie pourraient devenir de nouveaux points de déploiement du bouclier antimissile en Asie. La Missile Defense Agency américaine envisage notamment la possibilité de déployer un troisième du bouclier antimissile aux Philippines. À cet égard, les observateurs rappellent l’intention des Etats-Unis de revenir sur la base américaine de Subic Bay aux Philippines qu’ils ont quittée il y a 20 ans. Cette base, située au plus près des frontières chinoises, est un endroit idéal pour suivre avec précision la trajectoire des missiles balistiques lancés depuis les bases militaires du Sud de la Chine.

Source: french.ruvr.ru

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *