JO – Jeux Nationalistes

Les Jeux Olympiques transforment une rencontre sportive entre individus en un champ de bataille entre Nations. Ce faisant, ils exacerbent le penchant grégaire des individus pour le nationalisme

Des drapeaux de toute part, des chefs d’État en renfort, des Nations qui s’affrontent, des peuples exaltés. Bienvenue aux Jeux Nationalistes.

Aux Jeux Olympiques, les athlètes ne sont pas là en tant qu’individus aux qualités exceptionnelles, mais comme des soldats devant rapporter le plus de victoires possible à leur pays. Les chefs d’États ou leurs représentants font le déplacement. Ainsi, l’homme politique s’installe sans embarras comme chef de guerre au sein de ce chaudron géant que constitue l’arène des JO. Les citoyens de chaque Nation suivent fébrilement les résultats de leur armée nationale. Ils sont fiers pour leur pays des exploits de ces représentants sportifs et humiliés par leurs échecs.

Ainsi les JO transforment une rencontre sportive entre individus en un champ de bataille entre Nations. Ce faisant, ils exacerbent le penchant grégaire des individus pour le nationalisme et mettent en œuvre les intérêts bien compris des gouvernements qui peuvent consolider leur image, leur assise, tant sur la scène intérieure qu’au niveau international.

A la base, l’athlète n’a pas vocation à être l’instrument du nationalisme. Ses résultats sportifs ne sont le fruit que de son effort personnel et du professionnalisme de ses entraineurs. Donner au sportif le rôle de représentant d’une Nation n’a donc pas de sens. Cela en devient même ridicule lorsque le sportif vit et s’entraine dans un autre pays.

Les fédérations, avec la bienveillance du pouvoir politique, créent donc de toute pièce ce simulacre de représentation nationale au travers du sportif.

Face à cette mise en scène d’un affrontement stérile entre pays, le spectateur des Jeux apparait comme une victime consentante. Son penchant grégaire pour le repli identitaire et nationaliste peut s’exprimer publiquement, sans honte. En effet, il pourra librement proclamer qu’il veut écraser les anglais aux JO alors qu’il devra taire ou refouler son souhait d’expulser les immigrés wadiyens.

Des Jeux Olympiques non Nationalistes ? C’est possible. En 2012, quatre sportifs « sans pays » concourent déjà comme hommes libres.

Anthony V.

Source:contrepoints

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *