Jérusalem : des colons écrivent des slogans insultant le prophète Jésus sur une église

Des colons juifs ont écrit des slogans racistes insultant le prophète Jésus (la paix soit sur ​​lui) sur une des églises chrétiennes à Jérusalem occupée.
Les inscriptions « Jésus, fils de p… » et « Le prix à payer «ont été taguées à la peinture bleue sur la grille d’entrée du couvent Saint-François, tout près du Cénacle, haut lieu du christianisme dans la Ville sainte, où selon les Evangiles a eu lieu le dernier repas du Christ avec ses disciples.

Issa Hanna, secrétaire général de l’appui islamo-chrétien de Jérusalem et des lieux saints, a expliqué que les colons ont inscrit des slogans à l’entrée du monastère franciscain à Jérusalem, promettant la revanche tout en insultant le prophète Jésus. Issa a déclaré dans une interview au correspondant de « Quds Press » que les attaques des colons extrémistes durant les fêtes juives se traduisent par des séries de violations des sanctuaires islamiques et chrétiens sur la terre sainte.

Le mois dernier, les colons avaient mis le feu à la porte d’une église chrétienne dans la région de Latroun-ouest, à Jérusalem, et ont écrit des slogans anti chrétiens sur ses murs.

Dans un communiqué, les évêques catholiques de Terre sainte ont fait part de leur « profonde consternation face à de tels agissements ». Les évêques expriment « une nouvelle fois encore, leur inquiétude sur l’éducation donnée aux jeunes dans certaines écoles (israéliennes) où le mépris et l’intolérance sont enseignés » et appellent à un changement du système éducatif « sinon les mêmes causes produiront les mêmes effets ».

Parallèlement un état d’alerte règne dans la mosquée bénie d’el-Aqsa depuis 7h30 ce mardi matin, par les forces de l’occupation israélienne, où des dizaines d’éléments des forces spéciales se déploient dans toute la mosquée, en particulier à l’entrée de la Porte de Maghrébins, où ils ont fait sortir tous les fidèles de moins de 45 ans.

La Fondation d’al-Aqsa pour les legs pieux et le patrimoine a déclaré dans un communiqué urgent mardi matin que quatre journalistes et un caméraman ont été arrêtés par les forces occupantes qui ont également kidnappé l’une des femmes palestiniennes qui se trouvait dans la mosquée.

Pendant ce temps, un groupe de 30 colons sionistes a pris d’assaut la mosquée bénie d’al-Aqsa, et à l’entrée de la porte de Maghrébins, et ils effectuent des tournées suspectes devant la mosquée Qibali. Les fidèles à Al-Aqsa ont éloigné les colons sionistes mardi matin, y compris le rabbin, hors de la mosquée Al-Aqsa, et les ont empêchés de continuer leur profanation.
Des affrontements entre les fidèles et les forces sionistes ont eu lieu, et les fidèles ont organisé un sit-in à l’intérieur de la mosquée al-Aqsa pour célébrer sa libération.

Des sources israéliennes ont affirmé avoir arrêté un sioniste effectuant des rituels bibliques contrairement aux règles de conduite, il a été retiré de la cour de l’Esplanade des mosquées, et a été placé en garde à vue. Moshé Feiglin, colon religieux, ancien activiste d’extrême droite ayant purgé six mois de prison pour rébellion contre l’Etat, est le chef de file de l’aile droite du Likoud (droite nationaliste), parti du Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu.

Des ultras de la colonisation israélienne mènent depuis des années une politique dite du « prix à payer », consistant à se venger sur des villageois palestiniens, des lieux de culte musulmans et chrétiens, des décisions gouvernementales qu’ils jugent hostiles à leurs intérêts. Le 20 février, des graffitis avaient été découverts sur les murs d’une église baptiste à Jérusalem-Ouest. Treize jours auparavant, des inconnus avaient inscrit « Mort aux chrétiens » et « Le prix à payer » sur un mur d’enceinte du monastère de la Croix à Jérusalem-Ouest, la partie juive de la Ville sainte.

Source: palestine-info.cc

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *