Invasion de l’Afrique : ils se sont foutu le doigt dans l’oeil !

Ah digne Afrique. Tu leur parles, tu leur as parlé, tu leur parleras toujours ; mais comme il n’y a pas plus sourd que celui qui a intérêt à ne pas entendre, alors laisse les se foutre le doigt dans l’œil comme ils viennent de le faire en Libye et en Côte d’Ivoire.

C’est pourquoi je tiens à leur enseigner cet adage bien pensé en Afrique qui dit : « étranger a de gros yeux mais il ne voit pas clair ». Oui, c’est de cela qu’il s’agit depuis quelques jours en Libye et plus fortement en Côte d’Ivoire.

Après avoir élaboré des schémas et théories rétrogrades, ils se sont convaincus que l’Africain n’a pas évolué ni socialement ni intellectuellement. Alors bêtement, ils ont débarqué sur les côtes libyennes et ivoiriennes pour souiller nos eaux du sang de nos frères et ensuite se la couler douce en pillant nos richesses.

Mais l’invasion d’un peuple digne reste de nos jours, un saut vers l’inconnu. Les théories d’hier et les stéréotypes d’autrefois ne sont plus forcément d’actualité, qu’il s’agisse de l’Afrique noire ou blanche.

Mais avec leurs gros yeux remplis de cupidité et de convoitise, mus par le désir de faire vite et se partager le butin, ils ont fait des choix politiques idiots, commis des exactions lâches, massacré les civils dans leur sommeil, détruit des villes modernes, pour installer en lieu et place de l’élite, des vauriens de naissance et de culture.

Ce qu’ils n’ont pas compris, c’est qu’on a beau faire de mettre des perles au cou d’un cochon, il finira dans la boue en train de lutter de la merde avec d’autres cochons.

Alors en Libye, les cochons du CNT se battent à coup d’obus, de fusils mitrailleurs et de roquettes, pour avoir le contrôle de la crotte laissée par les fascistes français et américains qui pillent le pétrole de Bani Walid.

En Côte d’Ivoire, l’arbre de l’imposture a été planté sur un sol sableux en surface et totalement pierreux en dessous. Du coup, les feuilles ont jauni après quelques petits mois de verdure, certaines ont séché depuis lors et elles tombent l’une après l’autre. Alors, c’est la panique et à la queue leu-leu, ils se suivent pour venir regarder, et encore se rapprocher pour regarder, car ils ne comprennent pas ce qui arrive. Et pourtant, ils pensent avoir tout prévu.

Mais, ce n’est que le début du commencement !

C’est ainsi que les Ivoiriens leurs répondent. En Libye, je ne sais pas trop ce qui se dit ; mais c’est sûr que ça sent la désolation car l’odeur de la poudre a envahi le pays ravagé par méchanceté et plus aucun calcul n’obéit aux théories, théorèmes et axiomes qui étaient autrefois infaillibles.

C’est pourquoi je crie : Digne Afrique ! Que je suis fier d’être un des tes enfants. Digne comme le Président Jerry Rawlings. Digne comme le Président Yaya Jammeh. Digne comme le Président Thabo MBeki. Digne comme le Président Attah Mils. Digne comme l’icône Nelson Mandela. Digne comme l’icône Laurent GBAGBO. Dignes, ils le sont, ces aînés que j’omets volontiers de citer et qui donnent l’assurance que Mère Afrique restera debout et mettra le monde à ses pieds, à partir de cette année 2012.

Dès lors, ils doivent et devraient le comprendre ; ils se sont foutus le doigt dans l’oeil pour rien.

Car toute l’ivraie qu’ils ont planté sera déterrée, les arbres de l’imposture qu’ils ont planté et dont les racines ont buté sur la pierre infranchissable de la résistance mourront d’une belle mort d’ici demain et après demain, nous feront pousser du bon verger pour entretenir la marche triomphale de l’Afrique vers de verts pâturages. Désormais ! Il en sera ainsi. Notre heure a sonné !

A Très bientôt.
Hassane Magued

Source: facebook.com

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *