Interview exclusive de Major BAMBA – « La Côte d’Ivoire est un Etat de mort silencieuse »

Notre envoyé spécial s’est rendu dans un pays de l’ouest africain (à la lisière de la Teranga) à la rencontre du major BAMBA pour donner les raisons de sa lutte.
Trois hommes lui donnent rendez-vous à la périphérie de la ville. Ils le prennent pour le conduire vers le major Bamba mais arrivés au premier check-point le cortège est arrêté. C’est un autre groupe de cette fois-ci de cinq personnes qui prennent le relais pour s’enfoncer dans la forêt  » amazonienne ». Alors qu’ils atteignent presque le but le convoi est à nouveau stopper pour cause d’autorisations non conformes. «Après moult tractions et vérifications d’identité, soudain un troisième groupe de militaires surgit de cette immense forêt et nous escorte. Enfin nous atteignons notre but après plusieurs heures de routes rurales. Un homme à la barbe fournie, allongé dans un hamac et entouré de plusieurs hommes lourdement armés guettent et scrutent tous gestes des invités, d’un geste désinvolte nous fait signe de s’approcher. Mes mains étaient moites de peur.
Enfin mes guides m’introduisent et sans le moindre sourire, l’air grave, il me reçoit.

Major Bamba bonjour, comment est né le Mouvement pour la Souveraineté et de Défense de Côte d’Ivoire (MSDCI) et qui le composent ?
MB: C’est un mouvement qui s’est créé d’après la crise post-électorale 2010 par la chasse aux sorcières ou la justice des vainqueurs pratiquée par le régime autoritaire de Alassane Dramane Ouattara.

Nous sommes plus de 12000 hommes des FDS , des policiers , des gendarmes et des combattants civils à l’extérieur du de la Côte d’Ivoire.
C’est la première fois dans le monde, qu’un Président prend le pouvoir et pourchasse, persécute, torture l’armée. La Côte d’Ivoire compte 27000 hommes d’armes et plus de 12000 sont en exil. Or nous sommes une armée républicaine, donc nous sommes aux services de la nation. Dramane Ouattara suppose que tous les militaires sont pro-Gbagbo, pour ce faire, certains sont torturés, décapités, emprisonnés, empoisonnés, exécutés sommairement. D’autres militaires non recensés sont portés disparus et leurs les parents n’ont pas de leurs nouvelles et mais ne se manifestent pas de peur de représailles du camp Ouattara.

« La Côte d’ivoire est état de mort silencieuse, des familles, des villages, des ethnies sont exterminés. Des paysans sont chassés, expropriés de leur terre »,
De quoi vivez-vous Major BAMBA?

MB: D’amour de notre pays. Cela fait bientôt 18 mois que nous de
gestes de solidarité de la famille de ce qui en reste de famille, des amis, de cueillette (rire..) et des ONG internationales.
De nombreuses familles des militaires, ont vu leurs comptes gelés, leurs biens confisqués, ceux qui ont moins de chance, ont été décapitées, leurs maisons incendiées, vandalisées, leurs maisons sont occupées par des FRCI ou des dozos.
Certains d’entre nous, ont 3 -25 ou 30 ans de services. Nous nous sommes sacrifiés pour notre pays et le nouveau régime nous traite comme de vulgaires criminels. Notre dernier salaire perçu, date de mai 2010. Nous n’avons aucune indemnité, aucune prime. Sans l’apport financier ou autres aides de nos proches, nous serions livrés à nous-mêmes.
Des serviteurs du drapeau de leur pays deviennent des indigents.

Avez-vous a eu négociations avec le régime de Dramane Ouattara?
MB: C’est un leurre. Le régime actuel avait mandaté MR Ehui Bernard, ambassadeur de Côte d’Ivoire au Ghana, d’entrer en négociation avec les militaires qui sont sur le territoire ghanéen. Nous avons chargé le commandant Boniface Konan de mener cette médiation. Nous étions convaincus de la sincérité des propos de M. Ehui Bernard et certains frères d’armes sont allés à Abidjan, et pour comme chef de file; le commandant B. Konan. Dès leur arrivée, ils ont été emprisonnés, torturés pour certains et en résidence surveillée pour d’autres depus, Boniface Konan, Katé, Seka seka…….. Le but de cette négociation était de nous mettre à la disposition du régime de Dramane Ouattara.
Comme il ne sait pas que l’armée est républicaine, il pense la remplacer par des dozos ou par une armée hétéroclite. le rattrapage est tellement en marche qu’il faut simplement observer les nominations dans la haute administration, mêmes commissariats de police dans la capitale économique (Abidjan) qui ressemble de plus et plus à un état sans règle, un nomadsland. Nous avons toujours été au service de notre pays.
Aucun pays sérieux au monde ne peut être gouverné en ayant plus de la moitié de l’effectif de son armée à l’extérieur. Je voudrais que Dramane Ouattara arrête de traquer les pauvres populations qui ne demandent qu’à vivre en paix dans leur pays. Les plus dangereux c’est nous. Nos hommes sont déjà partout sur le territoire. ils attendent que notre signal pour arrêter le processus génocidaire. Personne ne peut gouverner un Etat avec 15% de suffrages exprimés. Ouattara est insensé et inhumain. Une liste est dressée pour exterminer les Ivoiriens dans toutes les communes, 880 militaires sont arrêtés et jetés en prison (MAMA) sans une autre forme de procès, 50% de nos collègues ont vu leurs salaires suspendus sans aucune charge contre eux. Notre lutte n’est pas pour un nom, un Président (Gbagbo) mais pour la défense de notre patrie. Si Ouattara était dans la même situation que Président Gbagbo, nous l’aurions défendu. Il prend des rebelles (FRCI) pour en faire une armée républicaine. C’est impossible, mais c’est son choix. Les brimades, les arrestations arbitraires des policiers, gendarmes et des militaires entrainent tous les jours des désertions. Le régime de Dramane Ouattara a divisé de moitié les salaires des Ivoiriens. Le pays attend d’aides des institutions financières internationales qui tardent à venir et la paupérisation a atteint à niveau jamais constaté depuis 5ans d’indépendance.

Alors votre moral?
MB: Le fait de penser que nous allons bientôt retourner au pays, nous met le moral au beau fixe. On travaille pour le retour sur les terres de nos ancêtres.

Comment allez-vous faire puisque vous êtes considérés comme des criminels?

MB: Qui de nous est criminel? Ouattara a vu la Côte d’Ivoire pour la fois en 1990 la plupart d’entre nous étions déjà militaires. Nous n’avons pas plusieurs options, notre seul objectif, bouter le régime de Dramane Ouattara, militaires comme civils hors d’état de nuire. J’en veux pour exemple tout près de nous le Ghana, même la grande France a été occupée pendant plusieurs années et elle a fini par se libérer et se démocratiser, il partira comme il est venu.

Quels sont vos rapports avec l’Onuci?
MB: Nous avons de bons rapports avec l’Onuci, les choses avancent en concertation avec les casques bleus.

L’arrestation du ministre Lida Kouassi Moise?

MB: C’est dommage, l’arrestation des civils tous azimuts n’arrange rien, ce pouvoir divise de plus en plus les Ivoiriens, la désinformation a atteint son paroxysme, le peuple et son bourreau ne regardent pas dans la même direction. depuis son arrivée au pouvoir prêt 10 000 mille familles selon les ONG internationales, sont sans abri, 90 000 mille autres sont mises au chômage ou simplement remplacées dans l’indifférence la plus totale de la communauté internationale. Les ivoiriens meurent de faim, dans un pays dont l’essentiel est l’agriculture, c’est le comble, ce pays marche sur la tête. Il faut aussi noter comment les arrestations se déroulent, les personnes sont humiliées, dénudées, torturées et présentées comme des trophées devant les caméras à la télévision nationale qui est vue dans le monde entier. Les droits de l’homme n’existent pas en Côte d’Ivoire. Il y a une chosification de l’Ivoirien par Ouattara .on ne peut pas remplacer un peuple par un autre. Les fils et les filles sont exécutés sommairement en toute impunité.
Le HCR et la communauté internationale commencent à Peine à dénoncer ces crimes perpétrés par les FRCI et son chef tous les jours à l’ouest. Il y a un silence coupable de leur part. La Côte d’Ivoire est une morgue à ciel ouvert. Ceci qui conforte notre position de chasser ce régime du pouvoir avec l’aide tous les forces vives, c’est la seule issue que nous avons. Il faut le faire partir par la force.

Tueries des 7casques bleus à l’Ouest?
MB: Nous ne sommes pas sur le terrain, donc je n’ai pas trop de précisions.
Mais il est vrai, on annonçait la diminution de l’effectif des casques bleus or Ouattara ne le souhaite pas. Donc je pense qu’il est derrière tout cette rocambolesque histoire. Comme il n’a pas d’armée, il panique et accuse les pro-Gbagbo. De toute façon, cet homme n’a jamais été responsable de quoi que ce soit, c’est la faute aux autres, quelle irresponsabilité et carence notoires. Cette fois-ci, la mayonnaise ne prend pas. C’est un coup fourré pour maintenir les casques bleus en Côte d’Ivoire, alors que leur mission est terminée. Ce régime a quelque de pourri. Il nous a tous fait croire que la paix était revenue et subitement la paix devient encore fragile. Avec ses atermoiements le monde entier découvre le vrai visage et ses sbires. Vous savez tous, j’en suis certain à qui profite le crime!

Ouattara est-il l’homme de la situation?

MB: Ouattara a berné les Ivoiriens, c’est une arnaque en grandeur nature. Il a promis monts et merveilles aux Ivoiriens et cela fait 18 mois qu’ils attendent toujours. Il avait promis des emplois, de l’argent, école or les prix des denrées alimentaires ont flambé et le pouvoir d’achat n’a pas suivi. Les fonctionnaires ne sont pas payés, la paupérisation prend de l’ampleur .Heureux celui qui trouve une baguette de pain à manger .la liste est longue. Les promesses de ce pouvoir c’est « l’arlésienne », en fait la vraie ADO solution c’est la répression.
Il nomme ses «frères » mêmes analphabètes à tous les niveaux de responsabilités et dans tous les secteurs d’activités.
J’en veux pour exemple dans les 93 commissariats d’Abidjan, les commissaires et leurs adjoints sont tous du nord. Ils sont tous analphabètes. Les terres sont arrachées à nos parents aux profits des étrangers. Donc une transition militaire s’impose afin de redonner la Côte d’Ivoire son lustre d’antan. Faire le désarmement des rebelles ou excombattants, Faire un recensement pour un bon fichier électoral engage le désarment des coeurs, Réformer l’armée et sécurise le pays
Donc remettre tout à plat en gros reforme se beau pays. Nous voulons faire renaitre notre pays.
Car Ouattara a menti aux Ivoiriens, même à la communauté internationale, en se présentant comme l’homme providentiel pour la Côte d’Ivoire, ils se rendent compte du désastre humain et économique.
Nous voulons que les 65 Ethnies de notre pays se retrouvent comme autrefois ensemble, le vivre ensemble qui est le propre de l’Ivoirien. Nous voulons remettre au centre de la vie, des Ivoiriens afin de bâtir une société paisible, une nation harmonieuse.

Le cas SORO?

MB: Soro est un ivoirien, c’est notre frère, il s’est égaré, depuis 1995, où il a croisé le chemin du diable. Il avait à peine 25ans donc c’était un peu normal. Maintenant il a mûri, nous sommes prêts à l’accueillir. il peut nous aider pour la réconciliation et la construction de la Côte d’ivoire de demain. Il a été trompé par un malhonnête, Nous sommes prêts à accueillir tout nos frères qui se sont trompés de chemin à un moment.
Nous allons mener une transition pacifique. Une transition juste et équitable, intégrant toutes les composantes (ethnies) de notre pays. Ceux qui aiment ce pays, devrons nous aider à rechercher des solutions ensemble .La libération est un processus une fois engagé ne reviendra plus en arrière même s’il réprime, détruit tout sur son passage.
Ivoiriens, il fera jour, tenons bon, le peuple doit se réveiller.
Que Bénisse la Côte d’Ivoire.

Jean MOLIERE DUPOND -225infomagazine.com

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *