Grèce: des habitants s’opposent à la charité raciste d’Aube dorée

AntifascismeDimanche après-midi (31 mars, NDLR), quelques dizaines de membres du parti grec d’obédience néo-nazie Aube dorée se sont rassemblés sur la place principale de Potama, un petit village situé au cœur de l’île de Thasos, bien plus connue pour ses fouilles archéologiques que pour son niveau de vie. Ce jour-là, ils sont arrivés avec un camion chargé de nourriture et de produits de première nécessité et s’apprêtaient à les distribuer à la population, comme ils ont l’habitude de le faire depuis un certain temps. Enfin, pas toute la population, seulement les Grecs… Un moyen comme un autre de nourrir le racisme et la propagande à bon marché. Et le procédé est rodé, puisqu’il a permis aux néo-nazis d’être considérés par de nombreux Grecs comme étant les plus à même de résoudre les problèmes dans lesquels les a fait sombrer la troïka.

Mais cette fois, de manière totalement inattendue, les habitants du village ont refusé de faire la queue pour recevoir l’aumône et écouter les discours xénophobes.  Bien au contraire, les membres d’Aube dorée ont été accueillis par des banderoles sur lesquelles on pouvait lire des slogans du type : « le fascisme ne passera pas ! ». Une centaine de personnes, adhérents associatifs, supporters du club de football local ou membres de partis de gauche, ont empêché les néo-nazis de décharger le camion avant de les obliger à se tenir à l’écart. Las, les membres d’Aube dorée se sont résolus au bout d’une demi-heure à démonter les tentes qu’ils avaient commencé d’installer avant de disparaître.

Le communiqué du KOE (organisation communiste de Grèce) trahissait la joie de ses sympathisants : « c’est un succès phénoménal du mouvement antifasciste et une réponse claire du peuple démocratique de Thasos contre l’effrayante propagation du phénomène néo-nazi dans notre pays. Les gens de l’île nous ont montré la voie en matière de mobilisation et de lutte ».

Bien qu’ayant eu lieu dans un petit village d’une île du nord de la Grèce, cet épisode est beaucoup plus important qu’on ne croie dans un pays où les idées réactionnaires, du fait de la couverture institutionnelle, de la complicité des forces de l’ordre et du désespoir croissant d’une population aux abois, occupent une place croissante.

Capitaine Martin

Source:resistance-politique

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *