GÉOPOLITIQUE / LE CYBERESPACE: NOUVELLE FRONTIÈRE DU MONDE ?

EODE-BOOKS - le cyberspaceEODE-BOOKS – lire – s’informer – se former
Un service du Département EDUCATION & RESEARCH
de l’Ong EODE
http://eode.org/eode-books/
# LA NOUVELLE REVUE GÉOPOLITIQUE
– LE CYBERESPACE : NOUVELLE FRONTIÈRE DU MONDE ?
N° 8 – janvier – février – mars 2013
Editions Technip
SBN:  9782710810193

I : LA NOTION DE « CYBERESPACE »

Le terme français cyberespace désigne, d’après le Petit Robert, un « ensemble de données numérisées constituant un univers d’information et un milieu de communication, lié à l’interconnexion mondiale des ordinateurs ». Il est dérivé de l’anglais Cyberspace (contraction des termes Cybernétique et Espace), néologisme apparu au début des années 1980 dans une nouvelle de William Gibson intitulée Gravé sur chrome (Burning Chrome – 1982).

William Gibson en explicite le concept dans son premier roman de science-fiction, Neuromancien, où il le définit comme « une hallucination consensuelle vécue quotidiennement en toute légalité par des dizaines de millions d’opérateurs, dans tous les pays, par des enfants à qui des concepts mathématiques sont ainsi enseignés… Une représentation graphique de données extraites des mémoires de tous les ordinateurs du système humain ». Le Cyberespace est devenu depuis un thème commun de la science-fiction repris par de nombreux auteurs, par exemple Dan Simmons sous le nom d’Infosphère.

Pour Pierre Lévy, auteur de L’INTELLIGENCE COLLECTIVE – Pour une anthropologie du cyberespace,  » Le cyberspace y désigne l’univers des réseaux numériques comme lieu de rencontres et d’aventures, enjeu de conflits mondiaux, nouvelle frontières économique et culturelle. (…) Le cyberspace désigne moins les nouveaux supports de l’information que les modes originaux de création, de navigation dans la connaissance et de relation sociale qu’ils permettent. »

Pour Olivier Kempf, maitre de conférence à Sciences Po, dans sa STRATEGIE DU CYBERESPACE, dans une approche stratégique, le cyberespace est opaque et non létal. L’offensive redevient possible, avec un allongement du temps stratégique, contrairement à une idée répandue.

II: CYBERESPACE – TERRITOIRE – FRONTIERE

La nation de Cyberespace renvoie à celles de territoires et de frontières. Et rejoint par là le domaine de la géopolitique.

Alix Desforges, dans « Cyberespace et Internet : un réseau sans frontières ? » (CERISCOPE Frontières, 2011), entend répondre à la question « Le cyberespace est-il un territoire ? »:

« L’interconnexion des réseaux est permise par l’Internet dans lequel le cyberespace trouve son fondement. Perçu comme un territoire, le terme est porteur d’une utopie qui participe à son processus de territorialisation. Liberté de circulation de l’information, transparence, partage, démocratie, égalité, pacification du monde et progrès sont quelques-uns des éléments de cette utopie du cyberespace, qui participent à la construction de sa représentation territoriale (Flichy, 2001). Pour autant, le cyberespace et l’Internet dont il résulte constituent-ils une négation des frontières des Etats et de toute géographie ? (…) Le vocabulaire du cyberespace comprend d’ailleurs de nombreuses références géographiques. On navigue sur le web, les flux d’informations transitent par des portails, des passerelles, des canaux ou des ports… Les chercheurs et les militaires qui ont participé à l’élaboration et la mise en place du réseau ont également participé à la construction de la représentation du cyberespace sous la forme d’un véritable territoire qui possèderait ses propres règles et codes de conduite (…) Les frontières des Etats et la géographie conservent ici toute leur signification et leur importance. Les différents éléments qui composent l’infrastructure relèvent tous de juridictions précises en cas de litiges et leur aménagement doit composer avec la géographie terrestre.

Si le cyberespace ne constitue pas un territoire dans le sens physique du terme, une « étendue sur laquelle vit un groupe humain » (Lacoste, 2003), une partie de ses acteurs le considère comme tel. Ils le perçoivent et l’imaginent « comme leur propriété collective » (Lacoste, 2003). Le cyberespace possède néanmoins une dimension territoriale tangible, celle-ci recouvre en fait l’infrastructure du réseau Internet qui le constitue. »

Et le cyberespace a une seconde dimension géopolitique :

il permet la projection de la volonté de puissance des états bien au-delà de leurs frontières – Alix Desforges  parle de « nouvelles frontières » – et est une extension de la géostratégie. Ainsi « Le cyberespace permet par ailleurs aux Etats d’étendre leur territoire, de repousser leurs frontières terrestres et leur souveraineté. Lors des manifestations post-électorales en Iran et alors que les réseaux sociaux étaient utilisées par les manifestants, le Département d’Etat américain (ndlr : qui tentait alors une « révolution de couleur » à l’iranienne) a demandé expressément à l’entreprise Twitter de repousser une opération de maintenance qui devait avoir lieu sur la zone. Celle-ci aurait entrainé une coupure du service de microblogging en Iran qui aurait privé les manifestants d’un de leurs outils de communication et d’organisation ».

III: SOMMAIRE DE LA NOUVELLE REVUE N° 8

Table des matières :

DOSSIER : LE CYBERESPACE : NOUVELLE FRONTIERE DU MONDE ?

. Le cyberespace en faits et en chiffres, Barbara Tissier

. L’informatique : nouvelle machine de guerre des Etats, Roland Sérousi

. Cybercriminalité et cyber-attaques : état des lieux des moyens de répression, Ardavan Amir-Aslani

. McLuhan, apôtre du village planétaire ou gourou des nouveaux médias, Nicolas Mazzucchi

. L’attaque de Bercy, tournant de la cyber-défense française, Barabara Tissier

. Cyberespace : géopolitique d’une nouvelle économie, Michel volle

. l’Etat et le numérique, François-Bernard Huyghe

. Black Hat USA 2012

. Russie et Cybérie, Yannick Harrel

. Estonie 2007 : la première cyber-guerre de l’histoire ?, Barbara Tissier

. La Russie a-t-elle cyber-attaqué la Géorgie en 2008 ?, Barbara Tissier

. Olympic Games : le cyberconflit contre le programme nucléaire iranien, Jean-Loup Samaan

. le sommet sur les télécommunications de Dubaï 2012, Barbara Tissier

. Internet et la réinvention de la géographie, Kavé Salamatian

. Verbatim

Ouverture

. Le piège technologique de la cyber-guerre, Christian Harbullot

. Entreprise et cyber-stratégie, Olivier Kempf

ARTICLES SUR D’AUTRES SUJETS :

Lecture

. L’ordre mondial américain : les conséquences d’un déclin

. Les emblèmes de la République

. Les présidents américains : de Washington à Obama

. Crise libyenne : la nouvelle donne géopolitique

La grande idée

. La mer : l’autre nouveau champ de bataille ?, Nicolas Mazzucchi

Post-scriptum

. « Il n’est pas impossible que Petraeus revienne aux affaires » – Entretien avec Régis Le Sommier, Nicolas Mazzucchi et Barbara Tissier

. Le réseau diplomatique français au service des entreprises, Bernard de Montferrand

Le mot de la fin

. La grande chance de Béchar Al-Assad, Ardavan Amir-Aslani

Sur le site de l’éditeur ; http://www.editionstechnip.com/sources/Liste_Fiche.asp?CV=1810&Fa=1

_____________________

EODE-BOOKS

eode.books@yahoo.com

http://www.eode.org/category/eode-books/

* EODE EDUCATION & RESEARCH :

The Department EDUCATION-FORMATION-RESEARCH of the Ngo EODE and of EODE-THINK TANK.

http://www.facebook.com/pages/EODE-Education-Research/246061642114064

* EODE / Eurasian Observatory for Democracy & Election (Brussels-Paris-Moscow-Kichinev- Yaounde)

http://www.eode.org/

http://www.facebook.com/EODE.org

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *