France – Le Président Hollande est-il devenu le père des coups d’Etat électoraux en Afrique ?

Par Docteur Prao Yao Séraphin
images20S’il y a bien un dirigeant qui a su exprimer son sens aigu des rapports de force par des images percutantes, restées dans la mémoire collective, c’est Mao Tsé-toung. Nous empruntons ici, une de ses célèbres citations pour annoncer notre propos : « la politique est une guerre sans effusion de sang, et la guerre une politique avec effusion de sang ». Les guerres enregistrées sur le continent africain et les élections truquées sont devenues une politique des pays occidentaux pour profiter des richesses du continent.

Les différents gouvernements français n’ont eu de cesse de protéger les intérêts des multinationales présentes en Afrique, dans le secteur pétrolier et gazier (Total), le secteur bancaire (BNP Paribas, Société Générale), les transports, la construction (Vinci), la gestion aéroportuaire (Adp), les télécommunications (Orange), sans oublier les groupes Bolloré et Bouygues.

Si l’on regarde de près les guerres, les rebellions, les coups d’Etat électoraux en Afrique, on comprend sans effort que les intérêts occidentaux grippent le processus de démocratisation et de développement du continent africain. Les exemples sont nombreux en Afrique où l’instabilité est créée et entretenue par l’Occident, avec la complicité des dirigeants, pour maintenir le continent dans son giron. Il y a même une certaine jouissance, une dose d’appétence, des occidentaux, à voir le peuple noir dans la souffrance.

En Guinée et en Côte d’Ivoire, la France de François Hollande vient de bénir deux coups d’Etat électoraux dans le seul dessein de protéger les intérêts français au détriment des peuples africains. Prenons le seul cas de la Guinée. Selon le professeur Ibrahima Boiro, directeur du Centre d’études et de recherche en environnement (CERE) de l’université de Conakry, la Guinée possède 500 tonnes de réserves en or et 30 millions de carats de diamant, alors que « les populations locales continuent de croupir dans la misère ». La Guinée possède également de la bauxite, dont elle est le deuxième exportateur mondial derrière l’Australie, ce pays reste pourtant l’un des plus pauvres du continent.

C’est pour assurer l’approvisionnement d’AREVA en bauxite que la France ferme les yeux sur les volontés populaires en Afrique. En fait, il ne revient pas aux Africains de décider pour eux-mêmes mais ceux qui comptent. Triste destin pour les peuples Africains. Apres ses guerres de protection d’intérêts, le Président Hollande semble se plaire dans ses nouveaux habits de protecteur de coups d’Etat en Afrique. En vérité, les Présidents Français sont tous les mêmes, ils changent simplement de couleur comme le caméléon sinon leur nature reste la même. Mais une fois qu’on a dit cela, on dira que le diagnostic est bon. Toutefois, l’œuvre sera incomplète si des pistes de solution ne sont pas données. Comment donc sortir de l’ornière dans laquelle se trouve le continent africain ? Épineuse et brulante question, car c’est bien là que peinent les africains. Jamais la liberté n’est venue de l’oppresseur, elle est insufflée tel un ouragan par l’opprimé. D’ailleurs, les occidentaux, eux-mêmes, savent que la misère est le terreau du terrorisme et que les multinationales qui dépècent le continent africain ne rendent pas service, à terme, à leurs pays. Me dira-ton que le capitalisme marche avec une moralité à rebours ! L’initiative doit donc venir des africains et non des occidentaux. L’Afrique change, les africains doivent l’être également. La mutabilité de la conscience noire en général et en particulier africaine en particulier, reste à peine discernable dans la conscience occidentale. Et pourtant, l’Afrique est un continent en mouvement. Point n’est besoin d’être un féru de politique internationale, pour le savoir.

Les africains doivent se battre sans état d’âme, pour faire profiter à leurs populations, les fabuleuses richesses pillées par les multinationales occidentales. Et dans cette lutte, aucun sujet ne sera plus galvaudé dans cette quête de la liberté. En vérité, l’homme naît avec toute l’ambivalence qui le caractérise et c’est la vie qu’il rencontre qui oriente, canalise, et détermine ses choix, non pas une fois pour toute, mais jour après jour. C’est ce que semble dire Mao Tsé-toung, en ces termes : L’existence sociale des hommes détermine leur pensée…… et la vérité doit s’inspirer de la pratique. C’est par la pratique que l’on conçoit la vérité. Il faut corriger la vérité d’après la pratique. A mon humble avis, nous devons nous asseoir et réfléchir sur TOUS les moyens à utiliser pour échapper à la méchanceté des occidentaux.

Docteur Prao Yao Séraphin, président des Jeunes Démocrates Ivoiriens

Source: connectionivoirienne.net.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *