Et si Mandela avait fait le mort pour ne pas rencontrer Obama ?

obama_mandelaHier 18/07/2013, le jour de son 95ème anniversaire, comme par miracle, Nelson Mandela a ressuscité du long coma dans lequel les circonstances et  les médias l’avaient trempé. Et si tout ce cirque n’avait été orchestré que pour éviter  de seconder l’hypocrisie du président américain qui est devenu l’homme dont l’Afrique a le plus peur aujourd’hui ? Ce qu’on sait de certain est que Mandela ne voulait pas serrer la main d’Obama. Mais pourquoi ?

Que s’est-il passé entre le moment où le sénateur Obama posait triomphalement à coté de Nelson Mandela ? Entre temps, Obama est devenu président des Etats-Unis. Et le fils noir d’Afrique est devenu l’un des pires prédateurs du continent africain. De la Côte d’Ivoire à la division du Soudan en passant par la destruction de la nation libyenne pour la transformer en foyer de djihadistes.

Durant son premier voyage comme chef d’Etat en Afrique du Sud, Obama ne pourra pas rencontrer l’ex président Nelson Mandela va tout simplement faire le mort sur son lit d’hôpital pour ne pas serrer la main de celui qu’il appelle : « l’assassin de son ami et frère Mouammar Kadhafi », ce dernier qui avait tant fait pour aider ceux des combattants de l’ANC qui avaient lutté pendant ses années de détention. Martyrs que l’Occident a délibérément choisi de faire oublier en sur-médiatisant les 27 ans de prisons de Mandela, pour mieux occulter le sacrifice extrême de Steve Biko et ses compagnons, qui ont donné leur vie pour qu’il y ait la liberté en Afrique du Sud au moment où presque toutes les administrations Européennes et des Etats-Unis d’Amérique finançaient et aidaient les ennemis de Mandela qui le tenaient en prison. Comme une femme, la représentante à Paris de l’ANC, Dulcie Evonne September, 53 ans, assassinée avec 5 balles dans la tête au bas des escaliers du bureau de l’ANC à Paris. Elle enquêtait pour trouver les preuves du soutien militaire de la France au régime raciste d’Afrique du Sud. Aujourd’hui, chaque star de Hollywood est à la page s’il peut exhiber sa photo avec Mandela. En dehors de la mode qui consiste à s’arrêter sur le temps passé par Mandela en prison, de visiter sa cellule, savent-ils ce qu’était l’apartheid ? Et pourquoi n’en parlent-ils jamais ? Pourquoi Obama n’a-t-il jamais cité un seul nom des vrais héros de la lutte contre l’apartheid ?  L’Afrique doit-elle continuer de se livrer à ce cirque ou carrément faire le mort pour les éviter ?

OBAMA VEUT AIDER LES PAYS ARABES, MAIS EN REALITE IL INSTALLE L’ISLAMISME EN AFRIQUE DU NORD.

Le 18 Juillet 2013 la ville américaine de Detroit dans l’état du Michigan dépose le bilan, c’est-à-dire, fait faillite. C’est l’énième faillite d’une ville américaine et d’une longue liste. D’autres villes suivront parce qu’elles croulent sous les dettes et que les aventuriers dits politiciens issus du suffrage universel, n’arrivent pas à maîtriser, pour continuer à payer les pompiers, les policiers, les balayeurs de rue, le service d’alimentation en eau potable, les crèches, les cantines  scolaires, les piscines municipales etc. Detroit n’est que l’arbre qui cache la forêt d’une gestion catastrophique de la chose publique dans presque tout l’occident. Apparemment, la « démocratie » et la « bonne gouvernance » qu’Obama a exigées des pays arabes en 2009 comme conditions pour être aidés financièrement par les Etats-Unis se font toujours attendre dans son propre pays. Et même le plus naïf des Arabes qui entend ces mots ne peut s’empêcher de se demander pourquoi Monsieur Obama n’applique pas ses conditions de « bonne gouvernance » dans son propre pays les USA et l’autre de « démocratie » à ses meilleurs amis dans la péninsule arabique qui sont toutes des monarchies et qui sont le symbole même de la négation des droits fondamentaux des êtres humains à vivre en liberté, comme le simple droit d’une fillette de monter sur une bicyclette ou d’une femme de conduire une voiture.

Si Monsieur Obama prétend de façon générique aux pays arabes ce qu’il ne prétend pas de ses meilleurs amis comme le Qatar ou l’Arabie Saoudite, c’est là la preuve qu’il n’y croit pas lui-même.

Dans les faits, ce message d’Obama ne visait que les pays africains. C’est ce qui explique le soutien de l’administration Obama à tous les nouveaux gouvernements islamistes arrivés au pouvoir en Egypte, en Tunisie et en Libye. Que la Sharia au pouvoir soit l’objectif de ces gouvernements ne gêne nullement Washington qui leur donne toute sa protection. L’éviction du protégé Morsi du pouvoir en Egypte n’a toujours pas été digérée par Obama qui lui a parlé au téléphone avant son dernier discours à la Nation pour dire qu’il se maintenait au pouvoir malgré une pétition de 22 millions d’Egyptiens. En Tunisie, la situation est encore catastrophique, sur le plan des libertés individuelles avec des assassinats politiques (comme celui de l’opposant Chokri Belaïd), mais cela ne gêne nullement Obama qui donne toute sa bénédiction à ce qu’il appelle l’Islam modéré au pouvoir.

QUAND TONY BLAIR CASSE L’IMAGE DE NELSON MANDELA

A la sortie de l’apartheid, pour contrer l’hégémonie des privés blancs dans le système financier sud-africain, Nelson Mandela demandera l’aide de tous les pays occidentaux, qui vont refuser. Tony Blair alors premier ministre britannique ira plus loin dans ce refus et déversant des tonnes d’or sur le marché afin de casser le prix du principal produit d’exportation d’Afrique du Sud, l’or et réduire la nouvelle Afrique du Sud de Nelson Mandela en grosses difficultés financières, d’un côté, pour prouver que c’était mieux du temps des Blancs et de l’autre, pour contraindre le pays à tendre la main à l’occident et qui a pour cette main tendue, prétendu et obtenu qu’il ne soit jamais effectuée, par exemple comme au Zimbabwe, la réforme agraire, pour restituer aux vrais propriétaires les nombreuses terres fertiles du pays entre les mains des seuls Blancs encore en 2013.

Lorsque Nelson Mandela quitte le pouvoir en 1999 sur un bilan pas très satisfaisant, c’est l’année où un certain Gordon Brown, numéro deux du gouvernement de Tony Blair et Chancelier de l’Echiquier (nom donné au Royaume Uni au Ministre des Finances), en un an, déverse sur le marché tout l’or de la réserve de la Bank of England, la banque centrale britannique, c’est-à-dire dès 1999, pour mettre à genoux l’Afrique du Sud et donner au monde l’image d’une Afrique du Sud mal gérée par Nelson Mandela, Tony Blair déverse sur le marché 395 tonnes d’or, en encaissant la somme de 3,5 milliards de dollars. Il faudra attendre 7 ans pour qu’en 2006, un journal britannique, en l’occurrence The Times ait le courage de dénoncer cette opération. Car à force de vouloir mettre à genoux l’Afrique, l’Europe s’est très souvent mis le doigt dans l’œil. Tony Blair avait réussi son coup, puisqu’à cause de cette opération, le cours de l’or a touché son plus bas niveau historique, annulant tous les programmes sociaux prévus par le successeur de Mandela, un certain Tabo Mbeki, faisant croire au monde que les Noirs étaient incapables de faire mieux, là où les Blancs avaient réussi. Oui, mais comme le relève justement le magazine Times en mars 2006, c’est la décision la plus stupide qu’un gouvernement européen a pu prendre, car la seule annonce de cette opération a fait chuter le prix de l’or auquel finalement le Royaume uni a pu vendre son or.

Ce cours qui ne pouvait rester éternellement bas a augmenté depuis et arrivé au double, à 600 dollars l’once en 2006, le magazine dit que cet or aurait valu au cours du jour la somme de 7 milliards de dollars, c’est-à-dire, le double. Le hasard aidant, c’est le même Gordon Brown qui avait bradé l’or, prendra la place de Tony Blair comme premier ministre britannique et se trouvera en grande difficulté financière pour boucler ses différents budgets, et sera ensuite tout simplement balayé par les élections pour laisser sa place à un certain Cameron. Le journal The Independant du 20 Mars 2006 va enfoncer le clou en faisant remarquer que les difficultés du moment et le début  de la crise économique auraient été moins graves pour le pays si son or n’avait pas été bradé 7 ans plus tôt, puisqu’en 2006 la flambée des prix d’or sur le marché commence.

COMMENT KADHAFI VA VENIR AU SECOURS DE L’AFRIQUE DU SUD

C’est un homme qui viendra au secours encore une fois de Nelson Mandela et cet homme c’est Mouammar Kadhafi. Il n’existe pas de chiffres officiels rendus publics sur cette intervention libyenne en Afrique du Sud, mais on l’estime à plusieurs milliards de dollars à en croire les chiffres que les amis d’Obama en Libye viennent de communiquer. C’est grâce à cet argent que de nombreux Noirs vont finalement avoir accès au crédit pour créer leurs propres entreprises, alors que les banques, toutes détenues par les Blancs se refusaient de le faire, prétextant que les Noirs n’avaient jamais géré d’entreprises, et donc, qu’on ne pouvait leur concéder de crédit. C’est là la naissance de la première classe moyenne des Noirs sud-africains sous Tabo Mbeki.

Pour comprendre pourquoi Mandela va faire le mort pour éviter  de rencontrer le président américain, il faut remonter à 1 mois avant l’arrivée d’Obama dans le pays.  La nouvelle Libye d’Obama (puisque les hommes au pouvoir ont été installés par Obama et son administration) exige de l’Afrique du Sud de restituer les milliards que Kadhafi a investis dans le pays pour contrer l’hégémonie des Blancs. C’est la goutte d’eau qui va faire déborder le vase des proches du premier président sud-africain démocratiquement élu, Nelson Mandela.

C’est le journal britannique Sunday Times qui avance au mois de mai 2013, le chiffre de 80 milliards de dollars qu’Obama à travers ses amis libyens serait en train d’exiger aux pays africains sous le prétexte d’une appellation tout aussi grotesque que scandaleuse : « tous les fonds et avoirs illégalement détenus, obtenus, pillés, déposés ou cachés en Afrique du Sud et dans les pays voisins par feu Mouammar Kadhafi ». C’est ce que récite le texte que les 2 ministères libyens de la Justice et des Finances ont adressé à leurs homologues sud-africains. La seule réponse officielle de la part des sud-africains à ce jour, c’est Jabulani Sikhakhane, porte-parole du Ministre sud-africain des finances, Pravin Gordhan qui nous la livre le 2 Juin 2013 : « Le processus de vérification de la demande des autorités libyennes est en cours ».

ET ARRIVA OBAMA

C’est dans ce contexte tendu que le président américain décide d’effectuer son voyage en Afrique, pour immortaliser ce moment qui lui manque : Obama, premier Noir président des Etats Unis avec le premier Noir président d’Afrique du Sud. Sauf qu’être noir ne suffit plus. Le monde est une jungle où les intérêts économiques sont plus importants que les affections raciales. Tout au moins c’est le message que le président américain a envoyé à l’Afrique depuis son premier mandat.

Et lorsqu’à son arrivée au Sénégal, il parle d’homosexualité, personne n’est dupe. Tout le monde a compris qu’aujourd’hui, le thème de l’homosexualité est utilisé par l’occident en Afrique pour faire diversion et éviter que les vrais sujets qui fâchent soient abordés. Et ça marche à chaque fois. Ainsi, plutôt que de se demander si leur président Macky Sall peut effectuer une vraie rupture avec le Franc CFA qui appauvrit tous les pays africains qui l’utilise, les sénégalais se sont divisés entre ceux qui étaient pour leur président qui s’est déclaré contre l’homosexualité ou le président américain qui avait sciemment posé le thème. C’est dans ce piège que l’Afrique a été plongée dans les années 80 avec le mensonge du Sida, avec la complicité des Nations Unies à travers l’OMS, comme je le démontre dans mon livre en italien « In Fuga dalle Tenebre » (En fuyant les ténèbres) et le succès de cette diversion bien orchestrée, un vrai cirque macabre,  avec pour acteurs de vrais bourreaux et de vraies victimes, a duré 30 ans. Comme la recette du Sida ne marchait plus, un nouveau thème est vite trouvé : l’homosexualité.

Et comme d’habitude, les Africains y plongent comme des bébés qui voient le miel. Obama le sait et après l’Union Européenne, entre aussi dans la diversion des africains au Sénégal. Et ça marche.  Combien Obama à travers ses amis Libyens exige-t-il du Sénégal des investissements de Kadhafi ? Bien sûr qu’on n’en a pas parlé. C’est à se demander si le président sénégalais est même au courant de cette manœuvre souterraine américaine. Et puis arrive l’étape sud-africaine. Et Mandela qui fait le mort. Le jour même de l’arrivée d’Obama en Afrique du Sud, c’est la famille de l’ex-président sud-africain qui fait circuler une rumeur : la famille se disputerait sur le choix de l’endroit où l’enterrer.  Pour une fois, les services secrets américains qui avaient maintenu la visite d’Obama ne s’étaient pas trompés sur l’état de santé de Nelson Mandela qui n’était pas aussi catastrophique qu’on a voulu laisser entendre. Mais lorsqu’on parle du choix du cimetière, alors là, les insistances de l’entourage d’Obama pour aller voir Mandela à l’hôpital ont pris fin. Il aura pour le moins appris comme le président Hollande à Addis Abeba le 25/07/2013 lorsqu’il n’y a eu aucun public à son discours repoussé à 20 :45, qu’en Afrique, on ne sait pas faire semblant.

USURPATION DU DRAPEAU SUD-AFRICAIN PAR LES HOMOSEXUELS OCCIDENTAUX

Depuis quelques années, il y a en Afrique du Sud, un mal être qui vient du fait que les sud-africains ont l’impression que Mandela a été un instrument entre les mains des Blancs afin de leur faire accepter la violence des injustices sociales d’avant. Il y a aussi les symboles qui viennent s’ajouter. Le drapeau sud-africain, des couleurs arc-en-ciel, qu’on a utilisé pour convaincre les Noirs de ne pas céder au sentiment de vengeance contre les Blancs a tout simplement été usurpé d’abord par les pacifistes italiens, ensuite convertie en « rainbow flag », ou le drapeau de ralliement de la communauté lesbienne, gay, bisexuelle et transsexuelle (LGBT). Une polémique a eu lieu en France lors des feux d’artifice du 14 Juillet 2013, lorsque sur la Tour Eifel on a eu des feux arc-en-ciel. Les opposants au mariage pour tous ont crié au scandale, accusé un clin d’œil fait aux homosexuels. Les organisateurs ont dû se défendre le lendemain sur toutes les chaînes de radio et télévision de grande écoute en expliquant que c’était juste un hommage à Nelson Mandela sur un lit d’hôpital. Même la mairie de Paris de Bertrand Delanoë a dû se justifier avec un communiqué disant :

« La mairie a pris la responsabilité de placer Paris sous le signe de la liberté, l’égalité, la fraternité et de rendre hommage à Nelson Mandela. Point. »

Cette confusion confirme le mal être des sud-africains face à cette usurpation de leur drapeau qui leur donnait l’impression d’être le peuple le plus tolérant de la Terre, malgré tout ce qu’ils ont subi. C’est aussi pour cela que lorsqu’Obama choisit le thème de l’homosexualité pour son discours à Dakar, il ne peut pas imaginer qu’il est en train de tirer sur une corde très sensible en Afrique du Sud.

LE DECLIN DE L’OCCIDENT QUI PRETEND AIDER L’AFRIQUE

Lorsque le lendemain en Tanzanie, Obama promet 7 milliards de dollars pour éclairer toute l’Afrique, personne n’y croit, même pas lui-même. Il ne se serait pas trompé aussi grossièrement sur le montant qu’il faudrait pour éclairer toute l’Afrique. Et dans tous les cas, s’il n’a pas pu sauver Detroit de la faillite, l’une des villes qui l’a le plus voté, dont la dette était de 20 milliards de dollars, on n’a pas besoin d’avoir pris des cours d’économie ou de comptabilité pour se demander comment il peut aider 54 pays africains qui sont presque tous en bonne santé économique ?

La faillite de Detroit, camouflée sous la propagande de : « première grande ville à faire faillite » est en effet l’énième ville américaine qui dépose le bilan, à cause de l’incapacité de gestion de ses dirigeants. Comment Monsieur Obama, qui veut partager les bons et les mauvais points de la bonne gouvernance aux dirigeants africains, n’a-t-il pas honte, lorsqu’il prononce ces mots tout en sachant que le monde entier est au courant de la très mauvaise capacité de gestion de la chose publique de la part des politiciens américains en particulier et occidentaux en général ? Comment des gens qui ont prouvé leur incompétence à administrer des villes dans leurs pays en occident peuvent-ils expliquer aux Africains, qui ont toutes leurs villes avec des budgets excédentaires, comment on gère la chose publique ?

Le 12 Octobre 2011, Harrisburg, la capitale de l’Etat de Pennsylvanie a déposé le bilan pour mauvaise gestion. Le 28 Juin 2012, c’est la 13ème ville californienne de Stockton de 300.000 habitants qui a déposé le bilan pour les mêmes raisons. De la même façon que feront 21 autres villes américaines avant Detroit, pour la même raison : l’incompétence des politiciens américains à équilibrer les dépenses et les recettes de leurs communes.

De tous les 28 pays de l’Union Européenne, seul le petit Monaco a un budget en équilibre. Tous les autres sont déficitaires. Tous les länders de l’Allemagne croupissent sous les dettes. Par exemple,  dans la ville de Oberhausen, c’est depuis le mois de Mai 2012 que toutes les piscines, les théâtres et les bibliothèques municipales sont fermés pour manque d’argent, et le licenciement de 1000 employés communaux, dans une petite ville de 200.000 habitants qui a 1,8 milliards d’Euros de dettes. La conséquence est que le centre d’affaire sociale a été obligé de monter son personnel à 350  employés pour répondre à de nombreux nouveaux pauvres qui se bousculent dans ces centres pour trouver à manger. Une des conséquences des plus inattendues, c’est que la plupart des boutiques du centre villes qui avant vendaient les plus grandes marques de luxe, aujourd’hui se sont presque toutes converties à la friperie et à d’autres articles de deuxième main que dans le passé, les bons et généreux Allemands offraient aux organisation humanitaires pour les pauvres d’Afrique et d’Amérique du Sud.

Pour comprendre la gravité de la situation de ce que la propagande nous présente comme le pays le plus vertueux économiquement d’Europe, il faut savoir que Oberhausen est le centre de la Ruhr, la région fortement industrielle à l’ouest de l’Allemagne. C’est ici qu’est né le miracle économique et industriel allemand après la deuxième guerre mondiale.  Dans cette région seulement 8 communes sur 396 ont un budget en équilibre. Toutes les autres 388 sont déficitaires et super-endettées. Dans cet état régional de le Rhénanie-du-Nord-Westphalie dont fait partie la région du Rhur, la surendettement du Länder est de 190 milliards d’Euros, c’est le montant de la dette de la moitié des pays africains, c’est-à-dire la dette d’au moins 25 pays réunis.

CONCLUSION

Mandela a-t-il fait le mort pour ne pas rencontrer Obama ? Son entourage n’a pas répondu à cette question. Mais lorsqu’on met ensemble plusieurs faits, on n’a même pas besoin de lui poser cette question dérangeante. En Afrique du Sud, plus les Blancs s’accaparent l’héritage de Mandela et plus les Noirs s’installent dans un doute qui avait été déjà agité par le parti de gauche sud-africain PAC (Pan African Congress) qui a toujours trouvé que Mandela était un traitre, comme le fait de refuser de débaptiser le nom du pays, pour son vrai nom africain : AZANIA et surtout, parce qu’il n’a pas procédé à la nationalisation des grandes entreprises du pays détenues par les blancs et donc, n’a pas procédé à la redistribution des richesses, laissant les choses dans l’injustice criante où elles se trouvaient durant l’apartheid. Les Noirs sud-africains ont l’impression que quelqu’un leur a volé leur victoire sur l’apartheid. Et plus les Blancs célèbrent Mandela et plus ils s’installent dans leur doute. Tous dans ce pays ont à cœur les mots de l’ex époux de l’actuelle compagne de Mandela (Graça Machel). Samora Machel disait à ses amis du maquis durant la période de la très longue et sanglante guerre de l’indépendance du Mozambique, une des plus tardives d’Afrique finie en 1975 et suivie par une guerre civile financée par le Portugal : « Le jour où vous entendrez les blancs bien parler de moi, ce jour-là, ne partagez plus vos secrets avec moi, parce que cela voudra dire que je vous ai déjà trahis ».

Douala, le 19/07/2013

Jean-Paul Pougala

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *