# EODE THINK TANK / GEOPOLITIQUE / LA GEOPOLITIQUE DE L’OR BLEU : L’EAU, ENJEU DE SÉCURITÉ ET DE DÉVELOPPEMENT

LM pour EODE Think Tank / 2013 06 05 /

LM - EODE TT geopolitique de l'eau (2013 06 05) FR 1La Revue SÉCURITÉ GLOBALE (Automne 2012, n° 21) « L’EAU, ENJEU DE SÉCURITÉ ET DE DÉVELOPPEMENT », éditée par l’Institut Choiseul, a consacré un numéro à la Géopolitique de l’Eau. Ou l’Or bleu comme enjeu géostratégique majeur.

Au moment où les forces françaises, appuyées par l’OTAN et l’AFRICOM US, sont engagées au Mali, dans un des pays de la bande sahélienne qui se caractérise par son aridité, la question de l’eau apparaît plus que jamais comme un enjeu de sécurité et de développement.

Le numéro de l’automne 2012 de la Revue SÉCURITÉ GLOBALE (qui a été publié avant cette intervention) « se révèle à tous égards très précieux pour envisager les questions de sécurité en Afrique comme ailleurs » et comprendre la mentalité des intervenants occidentaux. Ces questions sécuritaires si elles se posent sont bien souvent celles de l’accès aux ressources et bien entendu à la plus vitale entre toutes. En arrière-plan cette « Géopolitique de l’eau » qui sera l’un des enjeux majeurs de ce XXIe siècle.

Dans différents articles, différents spécialistes s’interrogent sur ces questions. Panorama d’un sujet complexe et notions de base …

GEPOLITIQUE DE L’EAU EN MEDITERRANEE

Pour L’eau et les tensions en Méditerranée, c’est Dominique Michel Alhéritière, président honoraire de l’association internationale du Droit des eaux, qui présente une vaste mise au point de près de vingt pages qui font le tour de la question. « L’eau a été et continue à être une source de tensions en Méditerranée, aussi bien au Nord qu’au Sud et à l’Est ».

Avec un très utile rappel sur la Mésopotamie, Dominique Michel Alhéritière, explique l’importance du facteur hydraulique dans les civilisations mésopotamiennes, dans cette zone qui n’est pas, nous le savons désormais, le croissant fertile, la question centrale était bien celle de la maîtrise de l’eau par des ouvrages hydrauliques d’importance majeure utilisant déjà le bitume comme moyen de réaliser l’étanchéité de ces ouvrages. Si la notion d’hydroconflictualité a un sens, c’est bien dans cette période. Les différents royaumes assyriens, néo-assyriens et néo-babyloniens se livrant à la destruction des réalisations de leurs adversaires. Les vandales n’ont pas hésité non plus lors de leur traversée de la Gaule à détruire les aqueducs avec un enthousiasme qui a fait entrer le nom de ce peuple dans le langage commun.

LES DOCTRINES LIEES A LA GEOPOLITIQUE DE L’EAU

Bien entendu les questions les plus importantes sont traitées ici. On retrouve ici la « DOCTRINE DE LA SOUVERAINETÉ TOTALE SUR LES EAUX », illustrée par le contrôle amont des sources du Tigre et de l’Euphrate, tandis que le cas du Nil, avec la montée des revendications des pays amont contre le grand pays d’aval, l’Égypte, est un exemple de ce que l’on peut espérer trouver comme archétype de la « DOCTRINE DE L’INTÉGRITÉ TERRITORIALE ABSOLUE », lourde d’ailleurs de dangers en raison de l’impact qu’aurait sur le premier pays du bassin du Nil, un contrôle par les pays de l’amont. Les changements politiques en Égypte, la posture plus intransigeante des frères musulmans au pouvoir à l’égard de leurs voisins peut se révéler conflictuelle à terme.

L’eau dans le conflit israélo-palestinien apparaît clairement comme une source de tensions, avec la volonté israélienne d’exploiter à son profit l’aquifère profond de Cisjordanie. De façon dramatique l’auteur parle de la Mer morte assassinée. Certes salée et fortement, elle n’en constitue pas moins un exutoire indispensable pour le Jourdain et le Yarmouk, source d’eau douce à partir du plateau du Golan. Une autre région contestée encore pour son rôle de château d’eau de la Galilée.

Quatrième étude de cas, l’expression est de l’auteur, les grands aquifères sahariens qui se révèlent comme une source précieuse de ces territoires du Sahel victimes et nous le savons bien aujourd’hui du mal-développement et de la mal gouvernance qui ont favorisé la situation actuelle notamment au Nord Mali.

LM - EODE TT geopolitique de l'eau (2013 06 05) FR 2LA GRANDE RIVIÈRE ARTIFICIELLE DE KADHAFI

En 1984, projet directement impulsé par Kadhafi, la Libye a entamé la réalisation unilatérale de la GRANDE RIVIÈRE ARTIFICIELLE. Cet ouvrage pharaonique – dans le bon sens du terme – a permis, à partir des aquifères profonds de Nubie au Sud Est du pays d’alimenter en eau le littoral dans une proportion de 87 %. La Libye a envisagé deux séries d’accords, avec l’Égypte et le Soudan à l’Est et la Tunisie et l’Algérie à l’Ouest pour l’aquifère saharien.

L’évolution de la situation en Libye, la Somalisation du pays, et l’absence d’un État unitaire dans la Libye post-CNT, aujourd’hui remettent en cause ces accords. Ajoutons que les infrastructures ne sont plus entretenues et que les grandes villes côtières libyennes manquent d’eau courante depuis la destruction de la Jamahiriya.

EAU, CHANGEMENT CLIMATIQUE ET GÉOSTRATÉGIE

L’article : Eau, changement climatique et géostratégie, est rédigé par Pierre BERTHELOT, enseignant et membre de l’académie de l’eau. Il traite évidemment des conséquences du changement climatique et de son impact sur l’or bleu. Pour ce qui le concerne il n’exclut pas les manipulations.

Les États avaient jusqu’alors une approche économique du problème, celle-ci touche désormais aux questions de sécurité stratégique. Cela se traduit par des politiques d’appropriations de terres cultivables, donc suffisamment arrosées ou facilement irrigables par des États dotés de moyens financiers importants et menacés par le stress hydrique consécutif au changement climatique.

Les opérations militaires en cours, en Afghanistan ou en Afrique concernent ces questions. La sécurité des États exposés en première ligne à des pénuries sera effectivement directement menacée. L’auteur évoque d’ailleurs ces préoccupations, encore balbutiantes dans l’armée française, mais déjà prises en compte par le commandement US, de GREEN WARRIOR, c’est à dire « orienté vers des missions prenant en compte l’évolution environnementale ».

Pourtant, avant que les États Unis s’engagent dans la contre-insurrection, et que les forces françaises les accompagnent sous le quinquennat précédent, les forces françaises avaient parfaitement intégré cette notion de répartition de la ressource en eau permettant de gagner les cœurs et les esprits en favorisant des aménagements hydrauliques au profit des populations.

Pour l’auteur, et ce n’est pas surprenant, il conviendra de traiter ces questions par la réactivation de structures spécialisées dans la gestion de la ressource, ou par la création de nouvelles entités de gestion transnationale de l’eau, des nappes ou des bassins.

De ce point de vue, la politique du « deux poids deux mesures » peut se révéler conflictuelle à terme.

L’appropriation de la ressource par Israël de l’aquifère Cisjordanien est un abcès de fixation et favorise évidemment toutes les manipulations.

En Asie centrale, le problème est le même, avec une tension permanente entre les pays riverains de ces fleuves endogènes de la mer d’Aral, l’Amou Daria et le Syr Daria.

Enfin, le développement des usines géantes de désalinisation fait de ces dernières autant d’objectifs pour des frappes aériennes ou de missiles avec une volonté évidente de menacer de façon permanente les intérêts vitaux de l’adversaire.

LM - EODE TT geopolitique de l'eau (2013 06 05) FR 4

SÉCURITÉ INTERNATIONALE ET ENJEUX LIÉS À L’EAU

L’article : Sécurité internationale et enjeux liés à l’eau est rédigé par Franck Galland, un des spécialistes de ces questions de sécurité liées à l’eau. Son ouvrage paru chez Choiseul en 2011 EAU ET CONFLICTUALITÉS est une référence.

Depuis la fin des années 1990, la question de la compétition pour les ressources préoccupe largement les États-Majors. L’auteur revient évidemment sur le problème du Nil, une véritable pomme de discorde potentielle entre pays de l’amont et de l’aval. L’Égypte doit nourrir 82 millions d’habitants et reste loin de l’autosuffisance alimentaire. Dans ce domaine, le Soudan a également une attitude inflexible et considère comme une agression toute tentative des pays amont de modifier le débit du grand fleuve. Pourtant et très légitimement l’Éthiopie avec 118 millions d’habitants en 2025 a besoin de développement hydraulique et des travaux sont en cours. (93.815.992 (Juillet 2012)

L’auteur évoque le cas de l’Algérie qui a su mobiliser une partie de la rente pétrolière pour doter le pays d’usines de dessalement permettant d’alimenter des villes littorales en forte croissance. Toutefois pour l’Égypte comme pour l’Éthiopie, des investissements lourds s’avèrent indispensables.

Pour le Yémen, un pays vulnérable à court terme, l’auteur parle de 2015, la stabilité de l’ancienne « Arabie heureuse » est grandement menacée. Le pays compte 200 m3 d’eau par habitant et pourrait se retrouver avec 40 m3 en 2025. Dans le cas de ce pays, il est clairement question d’action rapide. Les affrontements certes limités pour l’accès aux puits sont devenus fréquents ce qui rappelle des évènements qui se déroulent également en Somalie, un état failli.

Clairement pour ce qui concerne ces deux pays, « la responsabilité d’une action rapide doit être prise à la fois pour éviter de développer un point de fixation dangereux du point de vue de la sécurité mondiale, mais également pour favoriser l’expertise française dans ce domaine ». Ce qui a le mérite d’être clairement affirmé.

Le financement de ces programmes doit évidemment impliquer les pays du golfe à commencer par l’Arabie Saoudite. Comme dans l’article précédent, la sécurité de ce développement doit être assurée à la fois par des infrastructures solides et de qualité et des water warriors c’est à dire des troupes capables de sécuriser ces efforts considérables de développement.

UNE CARTOGRAPHIE MONDIALE DE LA GÉOPOLITIQUE DE L’EAU

Une cartographie mondiale de la géopolitique de l’eau est proposée par le Général (CR) Alain LAMBALLE. Il rappelle dans cet article les données du problème. Elles sont simples : 276 bassins hydrographiques transfrontaliers, 300 aquifères partagés.

La géopolitique de l’eau est ainsi traitée en Europe avec l’exemple de bonne gouvernance à propos du Rhin mais aussi de tensions entre la Slovaquie et la Hongrie à propos du Danube. En Amérique du Nord, la question n’est pas forcément simple, même si l’accord de l’ALENA peut faciliter les transferts d’eau. Des négociations entre les États-Unis et le Canada à propos de Colombia ont été engagées dès 1964, pour la maîtrise des inondations. Avec le Mexique, à propos du Colorado les enjeux sont plus complexes. Le traité de 1994 a permis d’apaiser les tensions mais les États-Unis aujourd’hui cherchent à moderniser le canal qui alimente la Californie mais en limitant les infiltrations qui profitent au sous sol mexicain.

Concernant l’Amérique du Sud de très importants accords ont été signés entre le Brésil et le Paraguay, à propos du Parana et entre le Brésil et l’Argentine pour le barrage de Yacireta. L’auteur revient en Afrique pour le cas nilote, pomme de discorde entre l’Égypte et l’Éthiopie. « Cette dernière qui peut apparaître comme le nouvel atout des États-Unis à l’Est de l’Afrique semble vouloir utiliser sa position de pays amont pour son propre développement, agricole et hydroélectrique ».

LM - EODE TT geopolitique de l'eau (2013 06 05) FR 5

GEOPOLITIQUE DE L’EAU EN AFRIQUE

La naissance du Sud Soudan qui entend lui aussi accéder au ressources du Nil peut mettre deux pays au lieu d’un en situation conflictuelle avec l’Égypte.

Pour ce qui concerne l’Afrique subsaharienne la situation est également compliquée. Tous les grands fleuves traversent plusieurs pays et leur gestion dépend évidemment d’accords internationaux.

Les États de la région ont signé des accords dès les années soixante mais qui peinent à se mettre vraiment en place. Le Sénégal est un fleuve frontière avec trois pays dans son bassin, le Mali en amont, le Sénégal et la Mauritanie. Les troubles internes que la Mauritanie connaît sont liés à un conflit d’usage des berges du fleuve Gorgol, affluent du Sénégal.

En Afrique orientale la situation est plus délicate, avec une pression pastorale qui consomme une part importante des ressources aggravée par la disparition progressive des glaces et des neiges du Kilimandjaro qui prive des territoires des eaux du dégel.

Pour l’Afrique australe, avec le cas particulier de l’Afrique du Sud, grande puissance économique de la zone, la question est également celle d’un pays aval qui entend exercer son droit à l’usage à l’encontre des pays de l’amont. Les réalisations hydrauliques au Mozambique datent de la période de la colonisation portugaise et, comme pour le Lesotho, avec la rivière Orange, les ponctions sur la ressource sont opérées au profit de l’Afrique du Sud. Pourtant le Lesotho connaît une situation de déficit hydrique. La Namibie conteste la frontière avec l’Afrique du Sud, sur le cours inférieur de la rivière orange. L’accord ancien signé avec l’Allemagne avait fixé les limites sur la rive nord des plus hautes eaux, ce qui permettait à l’Angleterre de disposer d’une délimitation avantageuse. Or la règle commune veut que dans ce cas, la limite soit fixée au centre du lit de la rivière. Cela permet à l’Afrique du Sud d’exploiter les ressources minérales du fleuve, particulièrement riche en limons diamantifères.

LM - EODE TT geopolitique de l'eau (2013 06 05) FR 3

GEOPOLITIQUE DE L’EAU EN ASIE

Enfin pour terminer, l’auteur revient sur la géopolitique de l’eau en Asie. Beaucoup de cas sont conflictuels à terme, et relèvent d’ailleurs de conflits anciens. La dimension hydraulique du conflit indo-pakistanais est connue à propos du Cachemire. Les questions des usages de l’eau sont évidement sensibles dans tout le sous continent avec le Bangladesh à propos du Gange et du Brahmapoutre qui coulent en Inde avant d’arriver au Bangladesh. De façon globale, comme en Afrique, la grande puissance régionale se taille la part du lion au détriment de ses petits voisins.

Pour ce qui concerne l’Asie centrale, la question qui est posée est celle de la naissance de frontières depuis 1991 et des partages des eaux entre les pays de la zone. Encore une fois ce sont les conflits d’intérêts entre l’amont et l’aval qui posent problème. Kirghizistan et Tadjikistan détiennent une position de châteaux d’eau par rapport à l’Ouzbékistan, le Kazakhstan et le Turkménistan. Ce sont d’ailleurs ces trois pays qui sont les plus puissants ce qui peut les amener à faire pression pour défendre leurs intérêts.

L’Organisation de coopération de Shanghai n’est pas parvenue à mettre en place un accord, et il est vrai que la Russie finance des barrages au Kirghizistan et au Tadjikistan, ce qui s’inscrit aussi dans une politique d’alliance à revers contre des pays tentés, c’est le cas de l’Ouzbékistan à un rapprochement avec les États-Unis tandis que le Kazakhstan et surtout le Turkménistan seraient tentés par la carte chinoise (Gazoduc en construction vers la Chine).

La guerre de Corée, toujours en cours malgré l’armistice signé en 1953 à Pam Mum Jom pourrait trouver un « débouché hydraulique » en cas de reprise des hostilités. Sur un affluent de la rivière Han, un barrage Nord coréen construit à Kumgansan pourrait, s’il était brutalement relâcher inonder Séoul.

Enfin, la Chine résume à elle seule les enjeux hydrauliques de l’Asie. C’est sur son territoire que se trouvent les principaux châteaux d’eau, à commencer par le Tibet et l’on comprend les enjeux géopolitiques de ce territoire. Si les plus grands fleuves de la zone, le Jiangzi et le Huang He ne coulent qu’en Chine, d’autres prennent leur source en Chine pour se diriger vers les voisins du Sud et de l’Ouest, comme le Kazakhstan.

La Chine est un don des fleuves mais en même temps elle ne dispose que de 8 % des ressources mondiales pour 20 % de la population. Son agriculture est largement tributaire de l’eau, et dans le même temps elle conduit des travaux géants pour alimenter le nord déficitaire en eau à partir du Sud excédentaire.

LE REGNE DE LA LOI DU PLUS FORT …

La géopolitique de l’eau se révèle surtout conforme à l’esprit du temps et à la brutalité des rapports internationaux qui découle du Nouvel Ordre Mondial et de l’unilatéralisme de la super-puissance américaine. « De façon générale la confrontation et l’opposition d’intérêts sont de règle et dans ce domaine c’est la loi du plus fort qui s’impose. Le plus fort en position, le plus fort en puissance, impose sa loi et ses usages de l’eau. La concertation internationale dans ce domaine est balbutiante et si cela existe pour l’eau salée et les espaces maritimes, avec la convention de Montego Bay, nous sommes loin du compte pour ce qui concerne les eaux douces ».

LM

Avec EODE-Books – Choiseul / 2013 06 05 /

http://www.eode.org/eode-think-tank-geopolitique-la-geopolitique-de-lor-bleu-leau-enjeu-de-securite-et-de-developpement/

_________________________

# L’EAU, ENJEU DE SÉCURITÉ ET DE DÉVELOPPEMENT
Revue SÉCURITÉ GLOBALE
Automne 2012 N° 21
Ed. Institut Choiseul
http://choiseul-editions.com/

Cartes : revue Sciences Humaines, Le Figaro et Le Web Pédagogique.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *