Elections en Afrique: la France attachée à la transparence selon Juppé

PARIS – Le chef de la diplomatie française, Alain Juppé, a souligné mardi à l’Assemblée nationale l’importance de la tenue d’élections transparentes en Afrique, notamment en République démocratique du Congo (RDC), afin de faire émerger des régimes véritablement démocratiques.
Nous avons sur l’Afrique une ligne de conduite très claire. Pour nous, ce qui est prépondérant c’est d’assurer à l’Afrique des élections qui soient claires, transparentes, garanties par une surveillance internationale et qui permettent de faire émerger des régimes véritablement démocratiques, a-t-il déclaré au cours d’une intervention sur les crédits de son ministère pour 2012.
C’est le combat que nous avons mené en Côte d’Ivoire, c’est ce qui s’est passé au Niger, en Guinée, c’est ce que nous souhaitons voir se passer en République démocratique du Congo. Ce sera notre fil conducteur de notre politique africaine, a-t-il ajouté.
La tension s’est exacerbée à trois semaines des élections en RDC où des heurts ont opposé lundi à Lubumbashi (sud-est) des partisans de la majorité et de l’opposition, faisant plusieurs blessés.
Face à aux heurts violents des dernière semaines, Paris appelle les autorités congolaises comme l’opposition à éviter toute déclaration ou action qui seraient de nature à envenimer une situation déjà tendue, a déclaré mardi Bernard Valero, porte-parole du ministère des Affaires étrangères.
Tout appel à des actions violentes doit être proscrit, a ajouté M. Valero invitant les responsables politiques congolais à appeler leurs partisans à éviter tout débordement ou toute confrontation violente.
La France exprime le voeu que l’ensemble des acteurs du processus électoral, à commencer par les candidats eux-mêmes, privilégient le dialogue politique pour trouver une solution à leurs différends, a-t-il ajouté.
Ces incidents interviennent en pleine campagne pour les législatives et la présidentielle du 28 novembre, un scrutin à un seul tour depuis une réforme constitutionnelle menée par le président sortant Joseph Kabila et dénoncée par l’opposition.
Au Liberia, où les électeurs votent mardi au second tour d’une présidentielle boycotté par Winston Tubman, principal rival de la présidente sortante Ellen Johnson Sirleaf, la dispersion violente d’une manifestation d’opposants a fait au moins deux morts lundi.
Les violences qui se sont déroulées hier à Monrovia sont intolérables. Il est essentiel que la liberté de manifester pacifiquement soit respectée. La France condamne avec fermeté ces affrontements et appelle solennellement l’ensemble des acteurs politiques à tout mettre en oeuvre afin de ramener le calme et permettre l’achèvement du processus électoral, a déclaré M. Valero.
Ellen Johnson Sirleaf, prix Nobel de la paix 2011, est arrivée en tête au premier tour avec 43,9% des voix contre 32,7% à M. Tubman. Ce dernier a accusé la présidente d’avoir utilisé massivement les ressources de l’Etat pour acheter le ralliement au second tour d’autres opposants.
©AFP

Source: connectionivoirienne.net

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *