Egypte: le silence assourdissant de la communauté des bien-pensants

« Assad est un vendu, un horrible criminel, etc ». On connaît la rengaine. On disait la même chose de Moubarak, hier. Mais quel silence quand le leader égyptien des Frères musulmans, le président Morsi, fait matraquer la foule qui ne veut pas des solutions de la confrérie soutenue par les réseaux officieux de l’Occident. Plus de soixante morts dans les dernières manifestations au Caire. Circulez, il n’y a rien à dire !

Comme nous l’avons rappelé dans la lettre LIESI pour expliquer le changement de paradigme qui se prépare au Moyen Orient : lors de son célèbre discours au Caire, sous Moubarak, le président Obama avait exigé la présence des Frères musulmans… Connaissait-il l’avenir ?

Le 27 janvier 2013, dans son discours, à aucun moment le président Morsi n’a mis la police en cause dans les affrontements qui ont causé la mort de quarante-six personnes.

Commentaire de Florian Kohstall, politologue et directeur de l’antenne de l’Université libre de Berlin au Caire : « Mohamed Morsi est dans la continuité de Moubarak, qui n’a jamais réussi à imposer son autorité. Dans les médias, il y a une forte résistance contre lui. Il a multiplié les procès contre les journalistes pour insulte, ce que même Moubarak n’avait pas fait. »

Les prochaines élections législatives égyptiennes auront lieu au printemps… Difficile pour un dictateur de changer de masque dans un délai si court. Mais peu importe : il a pour le moment les bonnes grâces de l’Empire et de ses Etats caniches.

Vive la démonocratie, la religion du pouvoir de l’Empire US : celle qui décide du droit de tuer, de désacraliser la famille, de condamner des enfants africains à se nourrir de produits made in US à la condition que leurs gouvernements acceptent désormais les valeurs de Sodome.

Source:liesi

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *