Désolation: « Jeunes d’Afrique, Marchons en rang serré », Par A. Christine Binlin Dadié

Désolation

 

 

 L’honneur du continent était en jeu ;

La dignité des peuples, la raison ;

La liberté devait se prendre et non se quémander, se marchander ;

Les armes étaient la force de leur pensée et de leur conscience éveillée ;

Ils ont combattu courageusement ;

Ils ont défendu leur liberté au prix du sang versé ;

Du sang des hommes ;

Du sang des femmes ;

Du sang des enfants ;

Et vous autres dignes héritiers de tant de gloire ;

Qu’aviez vous fait de l`héritage?

L’aviez- vous refusé parce que lourd à porter?

L’aviez-vous scindé pour prendre ce qui vous arrange ;

OUI.

Vous avez revendu le sang des martyrs au prédateur venu d`un univers glacial ;

Un prédateur qui rôde sur nos terres ensoleillées portant un cœur gelé par son rude climat, nourrissant des pensées agressives, brutales et féroces.

Ce prédateur sans couleur aux aguets, volant toujours à la quête d`une nouvelle proie ;

Vous le connaissez ;

Il est à la fois moine et brigand ;

Il est magicien et l`argent son outil ;

Il est blême, fade et avide de richesse ;

Sur son passage, semant tristesse et désolation car ses rêves sont destructions et conquêtes ;

Il se dit le messager de la civilisation ;

Un apôtre plein de suffisance, d`arrogance et de mépris pour les autres ;

Leur collant une étiquette : barbare, sauvage et inculte ;

S’affabulant de sa docte science ;

Marchant dans les ténèbres ;

Proclamant sa foi dans un monde à l`envers ;

Au fait, qu`elle était sa foi?

Imprévisible, changeant au gré de ses intérêts, opportuniste ;

Il est chrétien !

Hypocrisie, fausseté et contrefaçon sont à son actif ;

Et vous mes frères !

Qu’avez vous à vendre, vos âmes à un prix aussi vil ;

Apprentis sorciers, intellectuels myopes, fonctionnaires cleptomanes, marionnettes qu`on exhibe, vous êtes devenus ;

Fils indignes de l`héritage de nos pères et dont les noms sont gravés dans la honte et le déshonneur ;

Car vous avez vendu le sang des martyrs ;

Bradé l`espoir des peuples confinés dans la misère et l’injustice ;

Ce peuple payant votre luxe et votre confort par son sang et sa sueur ;

Et cela pour combien de temps !

Vois-tu que la nuit se dissipe déjà et que l`aurore s`annonce ;

Il est venu le temps de faire le décompte ;

Toute une jeunesse debout réclame ce droit ;

Elle crie vengeance en brandissant le spectre de la justice et de la vérité ;

Sur son chemin, brisant les chaînes qui retiennent un peuple sans complexe et sans crainte, assume le destin d`un continent.

Et vous autres rapaces ;

Fuyez, cédez le passage, la sentence se fera entendre ;

Que d`âmes vouées à la damnation, que de têtes vouées aux gémonies pour la renaissance d`un continent ;

Chacun doit payer le prix ;

Des siècles d`exclusion et de marginalisation ont fait déborder le Nil et ses eaux impétueuses serpentent en cercle et envahissent tous les vestiges de la servitude ;

Pour laver la honte inondant les terres d`où sortiront les fruits mûrs de l`unité africaine retrouvée ;

De l’indépendance chèrement acquise ;

Jeunes d’Afrique,

Marchons en rang serré, en toute solidarité et chantons comme les célestes anges ;

Ce continent qui demain sera en honneur.

A. Christine Binlin Dadié  

2 Commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *